Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental-ONU: la nomination d'un émissaire est un moyen d'activer le processus de paix
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 05 - 2020

Le représentant du Front Polisario auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Omar, a réaffirmé que la nomination d'un Emissaire au Sahara occidental, n'est pas un but ou un objectif mais un moyen d'activer le processus de paix pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.
Le diplomate sahraoui qui était l'invité lundi soir d'une table ronde virtuelle organisée par la Ligue pour la protection des prisonniers sahraouis dans les prisons marocaines, sur le thème: "Les Nations Unies et le plan de paix au Sahara occidental", a soutenu que "ce que le Front Polisario a exprimé dans cette partie était et est toujours clair et unanime pour tous les Sahraouis, en particulier lors du 15e Congrès tenu fin décembre 2019 à Tifariti libéré, et qui a été confirmé par le président sahraoui, Brahim Ghali, dans son message au Secrétaire général des Nations Unies le 28 décembre 2019".
M. Sidi Omar a relevé les cinq points principaux qui ont été mentionnés dans le message du président sahraoui, comme conditions pour le rétablissement de la confiance du peuple sahraoui dans les Nations Unies et le processus politique sérieux basé sur une base claire et solide qui permettrait au peuple sahraoui d'avoir le droit à l'autodétermination, et de clarifier les procédures pour assurer des négociations directes entre les deux parties au conflit (le Front Polisario et le Maroc).
Il a également précisé, dans son intervention, que la position du Front Polisario exprimée à la veille de l'approbation par le Conseil de sécurité de sa résolution 2494 (2019) résultait de l'adoption par le Conseil de cette résolution sans mesures concrètes pour faire avancer le processus de paix parrainé par les Nations Unies, le considérant comme un véritable coup de frein à la dynamique que le Conseil a créée et maintenue pendant 18 mois, soulignant que cette position était au service de la politique coloniale expansionniste du régime marocain dans les parties occupées de la République sahraouie.
D'autre part, le Dr Sidi Omar a pointé du doigt, "les Nations Unies et le Conseil de sécurité, responsables du blocage du processus de paix, en raison de l'inaction envers l'intransigeance du régime marocain soutenue par certains membres du Conseil, et son refus de respecter le droit international et de s'engager sérieusement dans le processus de règlement, afin d'éliminer le colonialisme du Sahara occidental, par référendum sur l'autodétermination tel que stipulé dans la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité, par laquelle la mission de la MINURSO a été créée".
En réponse à une question sur les tentatives de l'occupation marocaine d'utiliser certaines entités étrangères pour ouvrir des "représentations consulaires" dans les territoires occupés, et signer des accords économiques avec l'Union européenne avec le soutien de certains pays européens dans le but de saper le processus de paix, le responsable sahraoui a déclaré que toutes ces étapes ne sont que "des preuves de mauvaises intentions du Maroc envers le processus de règlement".
Le Sahara occidental a été inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée générale des Nations Unies et, par conséquent, à l'ordre du jour de la Quatrième Commission et du Comité spécial de l'AG de l'ONU sur la décolonisation (C-24), depuis 1963 en tant que territoire non autonome auquel s'applique la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance des pays et des peuples coloniaux (résolution 1514 (XV) de l'Assemblée, du 14 décembre 1960), conformément à la légalité internationale et les résolutions de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.