Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Treize activites acquittés    Benhadid réhabilité    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    La JS Azazga en difficulté financière    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    Les perspectives d'évolution à court terme pour le marché pétrolier évoquées    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 05 - 2020

Des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) ont émis, mercredi lors du débat du projet de loi de finances complémentaire (PLFC) 2020, des réserves quant à l'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières du pays.
Lors d'une séance plénière présidée par Slimane Chenine, président de l'APN, en présence de membres du Gouvernement, plusieurs députés ont estimé que toute augmentation des taxes ou impôts dans le but de couvrir le recul des recettes pétrolières serait inappropriée en cette conjoncture marquée par la stagnation que connaissent plusieurs secteurs économiques.
A cet effet, le député Youcef Mahi (RND) a indiqué que le PLFC a reproduit les mêmes méthodes utilisées auparavant face aux crises, affirmant que le recours à l'augmentation des impôts et la baisse des dépenses "a déjà montré ses limites".
Les mesures consistant à augmenter le Salaire nationale minimum garanti (SNMG) et à annuler l'impôt sur le revenu global (IRG), mentionnées dans ledit projet, ne seraient pas suffisantes face à la cherté de la vie, encore moins avec l'augmentation de la taxe sur le carburant, a-t-ajouté.
M. Mahi a également mis en garde contre l'impact de la baisse du budget de fonctionnement sur la performance des entreprises et des programmes de recrutement, notamment en ce qui concerne le règlement des contrats de pré-emploi.
Le député Mohammed Amine Hariz (FLN) a quant à lui estimé qu'à travers ce projet, le Gouvernement ne fera qu'orienter la pression subie en matière de gestion budgétaire vers le peuple, au moment où plusieurs catégories sociales et professionnelles souffrent des retombées de la pandémie de Covid-19 qui a profondément impacté l'économie.
Concernant les solutions alternatives, le député Mhamed Hadji (RND) a insisté sur l'impératif de drainer les fonds circulant dans le marché parallèle et les orienter vers les banques, encourager le tourisme local, soutenir les investissements productifs et accompagner les agriculteurs à travers l'organisation des chaines de production et la subvention de l'électricité rurale et la régularisation des actes de propriété.
De son côté, la député Fatiha Terai (FLN) a mis l'accent sur l'amélioration de la gestion fiscale dans le recouvrement et ce à traves l'accélération de la numérisation des données, la modernisation des outils de gestion et la révision de la relation avec les contribuables.
S'interrogeant sur l'absence des exonérations fiscales en faveur des professionnels et des entreprises lésées suite à la propagation de la pandémie, le député Abderrezak Terbech (FLN) a souligné la nécessité de prendre des mesures à même de garantir le retour à l'activité en évitant la fermeture des commerces.
Dans ce contexte, le député Lakhder Ben Otman (RND) a appelé à la mise en place d'un plan de sauvetage des entreprises nationales qui "souffrent en silence et attendent l'aide de l'Etat pour éviter la faillite et le licenciement des travailleurs.
Les députés ont également mis en avant l'importance de "l'assainissement de la gestion locale", la prise de mesures pour le traitement de l'affaire des projets "Ansej", l'encouragement de l'agriculture sahraouie, l'ouverture d'un débat national sur les transferts sociaux et d'un atelier national sur la politique des salaires, outre la réduction de 50% de la taxe sur l'activié professionnelle au niveau de l'ensemble des wilayas du Sud.
Plusieurs députés ont appelé à accélérer le rapatriement des algériens bloqués à l'étranger.
Le PLFC sera soumis au vote dimanche prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.