Cherif Boubeghla et Cheikh Bouziane, deux icônes de la résistance populaire contre l'occupation française    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 05 - 2020

Humoriste au verbe mordant, homme de théâtre et de cinéma, Guy Bedos, l'ami de l'Algérie qui a vécu dans plusieurs villes du pays, le militant pour les causes nobles et l'anticolonialiste s'est éteint jeudi à l'âge de 85 ans.
Souvent revenu dans son pays natal, Guy Bedos avait décidé de mettre fin à sa carrière sur scène en jouant une dernière fois à Alger son spectacle "Rideau!" en 2013 marquant un retour dans ce pays pour lequel il a toujours pris position dans sa jeunesse contre le colonialisme ou dans les années 1990 contre les violences terroristes.
Citant son idole, l'écrivain Albert Camus, Guy Bedos évoque la célèbre citation de ce dernier, "Entre la justice et ma mère je choisis ma mère", et dit dans une interview à la télévision avoir "préféré la justice et être entré en résistance à la bêtise et à l'injustice".
Se disant "profondément natif d'Algérie", ce monstre sacré des planches a tourné "Le passé retrouvé:Guy Bedos en Algérie 1988" avec Mireille Dumas, une occasion pour lui de montrer à son enfant "d'où il venait (...) et ce qu'il a vécu". Il avait également émis le souhait de s'installer à "Tipasa, près de son ami Albert Camus".
Dans les années 1990, Guy Bedos se disait "meurtrie dans sa chaire" et "horrifié par la violence islamiste" tout en exprimant son soutien aux femmes et hommes victimes de ces violences ainsi qu'aux artistes et journalistes.
Lors de sa dernière scène à Alger en 2013, son tombé de "Rideau!" sur sa carrière sur les planches, il avait réaffirmé son amour, resté intact, pour l'Algérie et son peuple en clamant sur scène "Autant mourir que de laisser faire du mal à l'Algérie !".
Né à Alger en 1934, Guy Bedos a vécu dans la capitale où il a été élève à l'actuel lycée de l'Emir Abdelkader avant de s'installer à Constantine, à Souk Ahras puis à Annaba. Il quitte l'Algérie à 16 ans et vit de la vente de livres avant d'apprendre le théâtre classique et signe sa première mise en scène à 17 ans et demi.
En 1965, il débute au music-hall en co-vedette avec Barbara, puis se lance dans une carrière d'humoriste en formant un duo avec Sophie Daumier. Après leur séparation, il se lance dans une carrière solo, tout en s'affirmant comme un acteur accompli au cinéma et dans des téléfilms.
En tant qu'acteur il compte une filmographie d'une trentaine d'oeuvres au cinéma "Un éléphant ça trompe énormément" (1976), "Nous irons tous au paradis" (1977), "Contre l'oubli" (1991), "La jungle" (2006) ou encore "Et si on vivait tous ensemble" (2012). Son répertoire au théâtre est également riche d'une vigntaine de spectacles.
Il aura également édité une dizaine de publications dont l'autobiographie "Je me souviendrai de tout, journal d'un mélancolique" (2015) et le recueils d'entretiens "J'ai fait un rêve" (2013), un livre qu'il est venu présenter au Salon international du livre d'Alger.Selon son souhait, Guy Bedos sera enterré en Corse cette île qu'il surnommait "mon Algérie de rechange" et dont il aimait "les odeurs de maquis".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.