Décès du général-Major Hassen Alaïmia    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    La Suisse bannit les importations agricoles en provenance du Sahara occidental occupé    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Un procès à huis clos !    Laskri compte piloter une liste    Les prix à la production en hausse de 0,6% au 1er trimestre 2020    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Des milliers de personnes reconfinées en Australie    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Vu à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 05 - 2020

Le centre de détention et de torture de Touggourt, une des quelque 200 structures du type érigées par le colonialisme français pour étouffer la Guerre de libération nationale, constitue un témoin matériel d'une des sombres pages de la présence coloniale française et de ses atrocités perpétrées contre un peuple en quête de recouvrer sa liberté et sa souveraineté.
Erigé en 1957 au cœur de la ville de Touggourt, ce camp de détention et de torture, dressé comme dispositif opérationnel de protection par le colonialisme français et doté de salles de détention et de tortures, d'un dépôt d'armement et de sept geôles individuelles, a été mis sous la supervision d'une brigade opérationnelle coloniale composée de parachutistes.
Cette dernière a été créée après l'arrivée du général Charles De-Gaulle dans la région pour intensifier la répression contre les révolutionnaires de l'Armée de libération nationale (ALN) et des Algériens en général, selon de nombreux témoignages.
Ayant eu pour but de repérer les moudjahidine de l'organisation politique et administrative du Front de libération nationale et de l'isoler par la coupure des liaisons entre civils et militaires algériens, le centre de torture fut une autre forme de pratiques répressives coloniales usant, selon les priorités accordées, de toutes le méthodes d'exaction, plus atroces les unes que les autres, pour soustraire des informations des détenus sur l'organisation de la guerre de libération nationale et les mouvements des Moudjahidine, avant de procéder à leur exécution.
Selon des sources historiques, la bravoure indéniable dont ont fait preuve les Moudjahidine contre l'occupant français, a poussé ce dernier à perdre son contrôle et recourir à diverses méthodes de tortures inhumaines afin de semer la crainte parmi les Algériens, de les faire plier et les amener à renoncer aux actions révolutionnaires et militaires leur permettant d'arracher leur liberté et leur souveraineté.
Cette structure coloniale à Touggourt accueillait des détenus, des citoyens suspectés de soutenir la Révolution, issus des différentes régions d'Oued-Righ et de Taibet, dans le Grand Touggourt, pour leur faire subir d'abominables actes de torture par les forces coloniales.
Parmi les exactions, les tortionnaires recourraient à des méthodes inhumaines d'interrogatoire, dont la gégène dans des parties sensibles du corps, les supplices de l'eau sale, l'enfoncement de clous dans les mains et les pieds, et d'autres formules atroces employées de manière systématique sur la victime dévêtue, telle que l'attaque au chien, la suspension de la victime en l'air par les pieds, l'arrachage des ongles, outre d'autres méthodes touchant à la dignité humaine, d'après divers témoignages de Moudjahidine.
Parmi ces rappels historiques, ceux du directeur du musée du Moudjahid de Touggourt inspirés de témoignages du défunt Moudjahid Mouldi Benhamida, un des détenus de ce centre de torture dont le premier Chahid fut Ahmed Tinamri Boulifa, exécuté le16 octobre 1957 après avoir enduré tortures et supplices.
Réhabilitation de la structure pour son aménagement en musée
Par souci de préservation de la mémoire nationale et la transmission du message des Chouhada aux générations futures, les autorités locales ont procédé, depuis plusieurs années, à la récupération de ce site historique auprès de ses véritables propriétaires qui s'étaient réappropriés, à l'indépendance, le site.
Les autorités locales ont ainsi procédé en 2005 et 2006, à la faveur d'un financement sur budget de la wilaya, à la restauration du site, notamment les geôles, les salles de torture et l'aménagement du préau, a expliqué le directeur du Musée du Moudjahid de Touggourt, Nabil Ramdane.
Le secrétaire général de l'Assemblée populaire communale (APC) de Touggourt, Lamine Bertima, a indiqué que le site a bénéficié d'une étude technique visant sa restauration, l'aménagement de son accès principal donnant sur l'artère principale de la ville de Touggourt et la réalisation d'une stèle commémorative susceptible de conférer la dimension historique à ce Centre et d'en faire un musée et un témoin historique sur les exactions et les actes abominables perpétrés par le colonialisme français à l'encontre du peuple algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.