Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 06 - 2020

Le président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration de l'APN, Abdelkader Abdellaoui, a affirmé, lundi, que les attaques fréquentes des médias publics français ciblant la souveraineté de l'Algérie « ne relèvent nullement de la liberté d'expression».
Dans son allocution lors d'une séance de travail ayant regroupé les membres de la commission qu'il préside avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale et des compétences à l'étranger, Rachid Bladehane, M. Abdellaoui a affirmé que «les parlementaires algériens estiment que les attaques menées par les médias publics français ne relèvent nullement de la liberté d'expression, ni de la liberté d'opinion».
«Lorsque des cercles médiatiques publics français adhèrent à une campagne répétée et acharnée ciblant la souveraineté de notre pays, ce n'est pas uniquement au parlement, mais à tout Algérien d'exprimer son mécontentement, son indignation et son rejet » vis-à-vis de telles pratiques, a-t-il souligné.
«Les complexes liés à l'histoire peuvent aveugler certains et l'amertume de la défaite peut raviver la haine entre les peuples, cependant les crimes historiques contre l'humanité demeurent imprescriptibles, car transmis de génération en génération et les nouvelles générations de France sauront ceque leurs ancêtres avaient infligé au peuple algérien», a-t-il soutenu.
Il s'agit là «d'un autre enjeu qui a ses connaisseurs, ses conditions et ses issues qui permettront de faire éclater la vérité au grand jour, une vérité qui vient en prolongement de la lueur de la Glorieuse Révolution de Novembre», a souligné M. Abdellaoui.
A cet effet, le parlementaire a appelé «l'autre rive» à préserver «les passerelles entre les peuples" en contrôlant «certains médias tendancieux et leurs mercenaires», ajoutant «si la relation entre les peuples est émaillée de tensions, les relations entre Etats obéissent, néanmoins, à des règles politiques énoncées dans des traités et réglementations ratifiés par des instances internationales ».
Au nom des parlementaires algériens, le président de la Commission s'est adressé aux parties "qui ont essuyé des échecs dans les relations internationales actuelles", les exhortant à "chercher des issues de guerres loin de l'Algérie".
Il a, à cet effet, évoqué "l'histoire sanguinaire de l'institution politique française et de ses généraux criminels", demandant aux instances concernées de "défendre avec force le bassin de l'Algérie et sa dignité, notamment en ce qui concerne le rapatriement des restes mortuaires de nos chouhada pour les inhumer dans leur chère patrie, par respect à la dignité humaine, la récupération des archives confisquées, la préservation des droits de nos émigrés qui représentent une passerelle humaine entre le peuple algérien et d'autres peuples".
M.Abdellaoui a passé en revue la situation dans les régions de la Méditerranée, du Sahara et du Sahel "qui traversent une période difficile dont les retombées peuvent entrainer des changements profonds dans cet espace, au coeur duquel se trouve l'Algérie avec son poids et ses principes", ajoutant que "l'Algérie, grâce à ses principes ancrés, a réussi à barrer la route à certains".
La séance de travail se poursuit à huis clos à l'APN entre les membres de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le Secrétaire d'Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l'étranger, de M. Rachid Bladehane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.