Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée internationale de soutien aux victimes de la torture: le Maroc sommé de se conformer à la légalité internationale
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 06 - 2020

Plusieurs organisations de défense des Droits de l'homme ont dénoncé vendredi l'impunité dont jouissent les responsables des crimes de torture et de disparition forcée contre le peuple sahraoui, et exigé des autorités d'occupation marocaines de faire toute la lumière sur le sort de tous les disparus sahraouis et de porter devant la justice tous les responsables de crimes de torture.
La Commission nationale sahraouie des Droits de l'homme (CONASADH) et l'Association des familles de prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA), ont exprimé, dans un communiqué conjoint à l'occasion de la Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture, leur "solidarité et leur soutien à toutes les victimes de la torture à travers le monde et leur souhait d'attirer l'attention de la communauté internationale particulièrement sur la situation des sahraouis victime de torture dans les territoires sous occupation marocaine et dans les centres de détention marocains, tant sur le territoire marocain, comme au Sahara occidental occupé".
Les organisations ont rappelé que "par sa résolution A/RES/52/149, du 12 décembre 1997, les Nations Unies ont proclamé le 26 juin, Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture, en vue d'éliminer totalement la torture et d'assurer l'application effective de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, entrée en vigueur le 26 juin 1987".
Au sujet des prisonniers sahraouis, elles ont relevé qu'"ils sont incarcérés dans des conditions inhumaines et dégradantes, subissant la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dans des prisons situées sur le sol marocain, en violation du Droit international humanitaire, une situation qui s'est aggravée suite à la pandémie du Covid19".
Et d'ajouter: "La situation de nombreux de ces prisonniers a fait l'objet d'analyse faites par différents organes et mécanismes des droits de l'Homme de l'ONU, y compris le Comité des Droits de l'Homme, le Comité contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Groupe de travail sur la détention arbitraire, la Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et la liberté d'association, entre autres".
En outre, dénoncent les organisations: "La pratique de la torture a été explicitement mentionnée dans les Rapports périodiques du Secrétaire Général de l'ONU sur la situation au Sahara Occidental. Toutes les décisions et recommandations des détenteurs de mandats et des organes de traité sont restées lettre morte".
== Le Maroc appelé à mettre immédiatement un terme à ses pratiques inhumaines ==
Dans le même communiqué, la CONASADH et l'AFAPREDESA ont dénoncé "l'impunité qui couvre les responsables des crimes de torture, de disparition forcée contre le peuple Sahraoui, et le refus du royaume du Maroc de se conformer aux résolutions et décisions des différents organes internationaux (Cour Internationale de Justice - ONU – UA) portant sur la décolonisation du Territoire non autonome du Sahara occidental et dénoncent les entraves posées par le Royaume depuis 1991 à l'organisation du référendum prévu par le Plan de Règlement qui a conduit à la création de la Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara occidental (MINURSO)".
Elles ont également exigé "la démilitarisation immédiate du Territoire non autonome du Sahara occidental, en conformité avec les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU", et que le Maroc "cesse l'occupation illégale du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) et qu'il respecte les frontières existant au moment de l'accession à l'indépendance, en conformité avec l'article 4 de l'Acte constitutif de l'Union Africaine".
Les organisation ont, également, exigé que Rabat de "respecter l'ensemble de règles minima de l'ONU pour le traitement des détenus (Règles Nelson Mandela), les lignes directrices contre l'intimidation ou les représailles, les lignes directrices sur la réception et le traitement des allégations de représailles contre des individus et des organisations et de coopérer avec le Comité contre la torture en vertu des articles 13, 19, 20 et 22 de la Convention contre Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants".
Les organisations ont par ailleurs demandé "le transfert sans délais de tous les prisonniers sahraouis dans des centres de détention situés sur le territoire occupé du Sahara occidental, conformément à la IV Convention de Genève", et "la protection de tous les détenus contre la pandémie Covid19, en les dotant des moyens de protection nécessaires".
Dans le texte, la CONASADH et l'AFAPREDESA ont appelé "l'occupant marocain à mettre immédiatement un terme à toutes formes de représailles à l'encontre des prisonniers sahraouis et de leurs familles", et à "faire toute la lumière sur le sort des disparus sahraouis et à porter devant la justice tous les responsables de crimes de torture et de disparition forcée".
Par ailleurs, les organisation ont exigé de l'Espagne de faire en sorte d'élucider la disparition depuis 50 ans de Sidi Mohamed Sid Brahim Basiri, et de prendre les mesures nécessaires pour la libérer tous les prisonniers politiques sahraouis et élucider les cas des Sahraouis disparus".
Avant de conclure, les ONG, ont appelé les autorités espagnoles à "assumer sa responsabilité de puissance administrante et apporter son appui à l'organisation du référendum d'autodétermination et d'indépendance comme le lui avait demandé l'Assemblée générale de l'ONU en 1966 (résolution 2229 – XXI)".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.