Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



24e session du Conseil onusien des droits de l'Homme
Situation préoccupante au Sahara Occidental
Publié dans Liberté le 09 - 09 - 2013

Le Conseil onusien des droits de l'Homme tiendra sa 24e session, à Genève, du 9 au 27 septembre prochain.
Cet organe intergouvernemental, composé de 47 Etats, se penchera sur un certain nombre de cas, parmi eux celui du Sahara occidental, et de sujets, dont notamment la promotion et la protection de tous les droits de l'Homme, les mécanismes de protection des ces derniers et leur situation dans les territoires arabes occupés. Au cours de la précédente session, qui s'est déroulée entre mai et juin 2013, le Maroc a été mis à mal par plusieurs ONG internationales, y compris des ONG françaises comme France Libertés et le MRAP. Elles ont, en effet, dénoncé les violations systématiques perpétrées par les forces d'occupation marocaines contre les citoyens sahraouis des territoires occupés du Sahara Occidental, surtout en ce qui concerne le droit à la liberté d'expression, de rassemblement pacifique et d'association.
Les organisations des droits de l'Homme ont également condamné les "violations barbares" commises quotidiennement contre les femmes sahraouies.
Le Sahara Occidental, pour rappel, est un "territoire non autonome". Bien qu'il soit occupé illégalement par le Maroc, depuis 1975, l'Espagne continue, selon le droit international et les textes onusiens, d'être la puissance administrative de son ancienne colonie, et ce, jusqu'à ce que le processus de décolonisation du territoire soit parachevé. Et, comme ont eu à l'affirmer différents experts, espagnols compris, les autorités de Madrid doivent assumer leurs responsabilités envers le territoire et le peuple sahraouis, en conformité avec les dispositions de la IVe Convention de Genève relative à la protection des civils en temps de guerre. Pour bon nombre d'observateurs, l'année 2013 est l'année où la question des violations des droits de l'Homme dans le territoire occupé du Sahara Occidental a connu d'"âpres" discussions au sein du Conseil de sécurité de l'ONU. La preuve, soutiennent-ils, réside dans le contenu des rapports et les enquêtes émanant de l'ONU, du Centre Robert-Kennedy, pour la justice et les droits de l'Homme (RFK Center), d'Amnesty Internationale et des autres ONG internationales des droits de l'Homme, qui plaident pour l'instauration d'un tel mécanisme de protection des droits de l'Homme au Sahara Occidental. Il y a quelques mois, les USA ont aussi tenté de faire inscrire, dans la dernière résolution du Conseil de sécurité, la nécessité d'outiller la Mission des Nations unies pour un référendum au Sahara Occidental (Minurso) d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme dont elle est privée. Le Maroc, actuellement membre de ce Conseil, s'y est opposé évidemment, avec le soutien de la France et de l'Espagne. Une attitude qui est loin, cependant, d'effacer l'avertissement US aux autorités marocaines, en raison de la persistance du Makhzen dans la politique de violations des droits humains. Par ailleurs, les témoignages des Sahraouis des territoires occupés mettent en exergue la répression, les arrestations arbitraires, la torture, la marginalisation, les humiliations et les discriminations, pratiquées à leur encontre. Les aveux recueillis par les médias nationaux auprès d'activistes sahraouis des droits de l'Homme montrent que pas un jour ne passe sans qu'un Sahraoui ne soit pas arrêté ou battu par les forces d'occupation marocaines. En février dernier, lors d'une rencontre à Alger, le président de l'Association des familles de prisonniers et disparus sahraouis (Afapredesa), Omar Abdeslem, a qualifié la situation des droits humains dans les territoires sous occupation marocaine de "grave", citant le cas de centaines de disparus sahraouis, de milliers de prisonniers sahraouis, ainsi que les enlèvements, les détentions dans des prisons secrètes, la répression et "les autres pratiques inhumaines".
H A
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.