L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    Covid-19: 521 nouveaux cas, 423 guérisons et 9 décès    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 07 - 2020

Les négociations entre Khartoum, le Caire et Addis Abeba sur le barrage de la Renaissance construit par l'Ethiopie sur le Nil bleu se poursuivaient, lundi, alors que la partie éthiopienne affirme son intention de procéder au remplissage du réservoir même si aucun accord n'est conclu avec l'Egypte et le Soudan.
Les discussions s'étaient tenues dimanche avec des réunions bilatérales des observateurs avec les trois pays (Egypte-Soudan-Ethiopie) séparément pour bénéficier de l'expertise des observateurs et de recevoir leurs propositions concernant les points de discorde.
La partie égyptienne dirigée par le ministre de l'irrigation Mohamed Abdel-Ati a indiqué, dans un communiqué, avoir présenté des propositions "conformes aux normes internationalement reconnues et permettant d'atteindre l'objectif éthiopien en matière de production d'électricité tout en évitant un préjudice grave aux intérêts égyptiens et soudanais".
Il a relevé à ce propos que les négociations ont révélé "une divergence de vues" avec l'Ethiopie, ajoutant que son pays "ne se tenait pas devant les projets de développement de l'Ethiopie, mais considérait la question du barrage comme une question existentielle ".
Il a également souligné le souhait égyptien de parvenir à un accord "juste et équilibré qui tienne compte des intérêts des trois pays de manière à renforcer la coopération régionale entre eux en soumettant des propositions conformes aux normes reconnues au niveau international".
Le barrage sera rempli ce juillet même sans accord
Pour sa part, le ministre éthiopien de l'irrigation, Silshe Bagli, a déclaré que "le remplissage du réservoir du barrage de la Renaissance prévu pour ce mois courant fait partie de la construction du barrage ", qui, a-t-il dit, "s'est déroulé conformément aux normes internationales".
L'Ethiopie participe aux négociations, mais souligne qu'"elle procédera au remplissage du réservoir du barrage ce mois-ci, même si aucun accord n'est conclu avec l'Egypte et le Soudan ".
Toutefois, l'Ethiopie déclare qu'elle n'a pas pour objectif de nuire aux intérêts de l'Egypte ou du Soudan et que l'objectif principal du barrage est de produire de l'électricité pour soutenir le processus de développement.
La partie soudanaise estime, par ailleurs, que les différences techniques concernant le barrage de la Renaissance restaient "imitées". Le ministre soudanais de l'Irrigation, Yasser Abbas, a déclaré à des médias que Khartoum était très préoccupé par la sécurité des barrages soudanais après l'exploitation du barrage.
Ce dernier a indiqué que le dossier du "barrage de la Renaissance" à Khartoum " est un dossier purement technique et non politique".
Le Grand barrage éthiopéen de la Renaissance (Gerd), appelé à devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts, a provoqué de vives tensions avec l'Egypte et le Soudan. Les deux pays craignent que le barrage de 145 mètres de haut ne restreigne leur accès à l'eau lorsque le réservoir commencera à être rempli.
Lire aussi: Barrage de la Renaissance : il est possible de parvenir à un accord, selon Khartoum
Le 20 juin, alors que des négociations qui avaient repris se trouvaient au point mort, Le Caire avait appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à intervenir. L'Egypte considère ce projet comme une menace "existentielle" et le Soudan a mis en garde contre des "grands risques" pesant sur la vie de millions de personnes.
Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont soutenu la démarche de l'Union africaine pour régler la crise opposant l'Ethiopie à l'Egypte et au Soudan. L'Ethiopie voit la construction du Gerd comme essentiel à son développement et à son électrification. La construction du méga-barrages sur le cours du Nil Bleu, le principal affluent du Nil, a débuté en 2011. Les négociations sur le barrage de la Renaissance ont repris vendredi dernier par vidéoconférence avec la participation des observateurs des Etats-Unis, de l'Union européenne, d'Afrique du Sud et des représentants du Bureau de l'Union africaine, de la Commission et des experts juridiques onze (11) en tout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.