Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 07 - 2020

Le représentant permanent de l'Afrique du Sud à l'ONU, l'ambassadeur, Jerry Matthews Matjila, a regretté mardi que la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) demeure dépourvue d'un mandat étendu pour la surveillance des droits de l'Homme, déplorant une attitude "sélective", éminemment "politisée" du Conseil de sécurité.
"L'Afrique du Sud note avec préoccupation que la question des composantes des droits de l'Homme n'a pas échappé à la dynamique politique du Conseil de sécurité car elle continue d'être politisée et appliquée de manière sélective ", a déclaré l'ambassadeur Matjila au cours d'un débat au Conseil de sécurité sur les opérations de paix et les droits de l'Homme.
"Alors que des membres du Conseil de sécurité prônent l'importance de la composante des droits de l'Homme dans les missions de maintien de la paix, il est regrettable que la même vigueur et le même enthousiasme soient manifestement absents concernant d'autres missions, comme celle la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental", a déploré le diplomate sud-africain.
Et d'ajouter que les décisions du Conseil de sécurité de doter plusieurs missions de paix de mandats pour la surveillance des droits humains "reflète l'acceptation générale" au sein de cette instance de "la pertinence de cette composante dans les efforts de paix de l'ONU".
Actuellement 12 opérations de paix de l'ONU, (six missions de maintien de la paix et six missions politiques spéciales) sont pourvues de mandats pour la surveillance des droits de l'homme, selon la haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet qui a pris part à ce débat.
L'ambassadeur a souligné que les membres du Conseil de sécurité ne doivent pas "se tenir du mauvais côté de l'histoire" en permettant à leurs "intérêts étroits de piétiner l'intérêt de la majorité des citoyens du monde que le Conseil est mandaté de servir ".
Matjila a relevé que les opérations de paix ont pour mandat de surveiller et de rendre compte de la situation sur le terrain. Mais, "si les violations des droits humains ne relèvent pas du domaine de la protection des civils il serait difficile pour les opérations de paix d'intervenir sans un mandat approprié".
Rappelant l'action pour le maintien de la paix (A4P), lancée en 2018 par le SG de l'ONU, l'ambassadeur sud-africain a précisé que cette initiative visait à "repenser le maintien de la paix à travers des mandats plus ciblés" et à mobiliser un soutien pour les solutions politiques.
Pour l'Afrique du Sud "la recherche de solutions politiques durables devrait guider la conception et le déploiement des opérations de maintien de la paix des Nations Unies", a-t-il notamment met en exergue.
Créée en 1991, la Minurso demeure à ce jour privée d'une composante droits humains. En 2013, la délégation américaine à l'ONU a proposé un mécanisme de surveillance (monitoring) et de compte rendu (reporting) des droits de l'Homme au Sahara Occidental. La proposition a été sabordée par la France et le Maroc. Rabat a menacé même d'annuler un exercice militaire prévu conjointement avec les Etats-Unis.
Le Maroc continue d'imposer un blocus aux territoires occupés en empêchant les observateurs des droits de l'homme de s'y rendre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.