Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 07 - 2020

Le représentant du Polisario pour l'Europe et l'Union Européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir, a affirmé qu'il était évident que l'UE ne reconnaît pas la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, rappelant que les institutions européennes avaient statué sur la séparation entre les deux territoires, le Maroc et le Sahara occidental.
Réagissant aux récentes déclarations du Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères, Josep Borrell, qui a affirmé que l'Union ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental, le responsable sahraoui a souligné, dans un entretien à l'APS, que "cette déclaration est effectivement d'une clarté remarquable, ce qui explique qu'elle a eu tant d'impact".
L'ambassadeur sahraoui a fait remarquer que "sur le fond, il ne s'agit pas d'un changement de doctrine : c'est simplement la prise en compte du cadre juridique qui s'impose à tous depuis l'arrêt de 2016 que la Cour de justice de l'UE (CJUE)". Il a soutenu que "cette déclaration tient plus du juridique que du politique, et c'est logique".
La semaine dernière, en réponse à l'eurodéputé espagnol Miguel Urban Crespo, M. Borrell, a affirmé que les produits alimentaires en provenance du Sahara occidental occupé ne peuvent accéder au marché européen qu'avec des informations sur l'origine, et donc un étiquetage, précisant qu'elles ne proviennent pas du Maroc mais du Sahara occidental.
"La demande fondamentale du peuple sahraoui c'est d'exercer son droit à l'autodétermination. Cette demande est portée par une volonté politique mais nous ne revendiquons rien : nous demandons l'application du droit (...) depuis maintenant plus de 60 ans", a insisté le diplomate sahraoui.
Il a rappelé dans ce cadre que la CJUE "a été très claire dans son arrêt de 2016: deux territoires distincts et séparés, et pas de souveraineté du Maroc qui est seulement puissance militaire occupante".
Il a fait observer que ce cadre est maintenant complété par un arrêt de la CJUE du 12 novembre 2019 imposant un étiquetage spécial pour les produits issus des colonies en Palestine.
Rien ne se fera sans le consentement du peuple sahraoui
Rappelant que les arrêts de la CJUE ont confirmé que la présence marocaine au Sahara occidental est une occupation militaire, M. Oubi a souligné que "l'arrêt de 2019 pour la Palestine se fonde sur les principes posés par l'arrêt de 2016 pour le Sahara occidental".
"Le consommateur européen doit savoir si un produit provient de Palestine ou d'Israël, et s'il provient du Sahara occidental ou du Maroc. C'est donc intéressant, mais attention : l'étiquetage n'est pas du tout notre demande", a mis en grade le diplomate sahraoui.
A propos de l'étiquetage des produits en provenance du territoire sahraoui occupé, M. Oubi a souligné que le Polisario ne demande pas l'étiquetage de ces produits, parce que "ces étiquettes, c'est une manière de légaliser les produits, et donc de donner une sécurité juridique aux entreprises européennes qui sont impliquées dans la colonisation", affirme-t-il.
"Nous contestons totalement la capacité du Maroc ou d'entreprises agréées par le Maroc à certifier une origine au Sahara occidental alors que ce n'est pas chez eux. Est-ce que vous imaginez l'Italie en train de certifier des produits français?", a-t-il expliqué.
Le diplomate sahraoui évoque, dans ce sillage, la position du Polisario, représentant unique et légitime du peuple sahraouie, qui a tranché que la solution est le consentement du peuple sahraoui.
Concernant la bataille judiciaire que mène le Polisario auprès des instances européennes pour défendre les droits du peuple sahraoui et ses richesses naturelles, M. Oubi a indiqué que son mouvement a déposé devant la Cour européenne deux requêtes en annulation, contre l'Accord d'association et contre l'Accord de pêche signés illégalement entre l'UE et le Maroc.
Il a déclaré dans ce contexte que le Polisario "demande l'annulation car il ne peut y avoir d'activité qu'avec le consentement du peuple sahraoui, et le peuple est opposé à cette colonisation".
Le diplomate sahraoui a soutenu que "c'est le début de la fin pour la colonisation du Maroc", expliquant que "le makhzen recourt à la propagande habituelle sur les amis européens, mais en réalité à partir du moment où nous actionnions l'outil juridique devant un vrai tribunal indépendant, il se trouve en perdition".
Il a par ailleurs estimé qu'à partir du moment ou "le Maroc signe un accord d'extension, il reconnaît qu'il faut étendre l'accord UE/Maroc à un territoire sur lequel il n'est pas souverain, le Sahara occidental".
"En tant que Sahraouis, nous ne pouvons pas accepter un accord signé avec le Maroc qui soit étendu sur notre territoire. C'est un affront à notre souveraineté. Et pour le Maroc, cet accord va jouer comme une catastrophe, car pour accepter l'extension sur le territoire du Sahara occidental, il a dû accepter qu'il n'était pas souverain sur ces territoires", a conclu M. Oubi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.