Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-affaires des écoutes: appel à la libération d'Omar Radi
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 08 - 2020

Le Comité pour la libération des détenus d'opinion et la défense de la liberté d'expression au Maroc a exprimé sa protestation contre l'arrestation du journaliste et militant des droits de l'homme Omar Radi, appelant à sa libération immédiate.
"Le Comité tient à exprimer sa protestation indignée contre l'arrestation du journaliste et défenseur des Droits Humains Omar Radi", a déploré le Comité dans un communiqué rendu public.
Mercredi dernier, les autorités marocaines ont arrêté Omar Radi, journaliste primé pour ses articles d'investigation, et l'ont mis en examen pour espionnage et viol.
L'arrestation de ce militant, déjà espionné par les autorités de son pays via un logiciel israélien, survient après que la police l'ai convoqué 12 fois au cours du mois dernier pour des séances d'interrogatoire.
Le Comité a exprimé son "soutien sans réserve" au journaliste Omar Radi " prisonnier d'opinion qui paie un prix fort pour le travail de journaliste d'investigation professionnel qu'il a mené concernant des affaires de corruption des pouvoirs publics.
Pour le Comité, Omar Radi a été la cible des autorités marocaines en raison de " ses opinions politiques critiques concernant les différents aspects de la tyrannie qui caractérise le cadre politique dominant, et sa lutte pour soutenir les droits des couches défavorisées".
Le Comité a précisé "qu'il ne demandait pas seulement la libération immédiate du militant et journaliste Omar Radi", mais aussi la cessation des "différents types d'harcèlement auquel il est soumis, entre autres les campagnes de diffamation et d'insultes d'une certaine presse" à son encontre.
Omar Radi que les autorités marocaines ont exposé sciemment à la vindicte populaire, a subi une campagne de "salissage" pendant plusieurs semaines orchestrées par des médias à la solde du régime marocain.
Lire aussi: Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté
Dans ce sens, le Comité a exprimé sa "vive condamnation des organes de caniveau" qu'il qualifie de presse " people" et qui "enrégimente des pseudos-journalistes (...) pour procéder à des meurtres symboliques d'opposants et de critiques".
Le Comité a salué, en revanche, les journalistes qui ont publié le manifeste " Journalistes marocains contre la presse de diffamation".
Dans son communiqué, Il a dénoncé le recours des autorités marocaines à des accusations à caractère sexuel pour justifier les arrestations de journalistes et d'opposants, soulignant que cette méthode est "révélatrice de l'indigence d'esprit de ceux qui l'utilisent, et qu'elle ne trompe plus personne".
A ce propos, le Comité a rendu un hommage aux ONG " qui n'accordent aucun crédit à la version officielle avancée pour justifier l'arrestation d'Omar Radi, et qui ont ainsi émis des communiqués exprimant leurs doutes et leurs critiques contre la répression des journalistes".
L'arrestation d'Omar Radi a fait réagir de nombreuses ONG à l'instar d'Amnesty international et Humain Right Watch qui ont dénoncé publiquement les allégations du gouvernement marocain et déploré ouvertement les violations des droits de l'Homme au Maroc.
Le Comité a appelé enfin "les associations des Droits Humains, les instances politiques et les organisations syndicales, ainsi que les associations de défense des droits des femmes et les organisations de jeunes, qui s'opposent à l'arbitraire et à l'oppression et qui aspirent à un Maroc du respect des droits et des libertés à serrer les rangs pour donner encore plus de force à la lutte pour la libération des détenus d'opinion".
Le militant Omar Radi restera derrière les barreaux jusqu'au 22 septembre, date fixée pour sa première audition devant un juge d'instruction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.