EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 07 - 2020

Le journaliste marocain et militant des droits de l'homme Omar Radi, espionné par les autorités de son pays via un logiciel israélien, a été arrêté par la police judiciaire de Casablanca dimanche soir, ont rapporté lundi des médias.
Il a été arrêté avec son confrère, Imad Stitou, puis placé en garde à vue à Casablanca sur instruction de la justice, selon les médias qui citent une source sécuritaire.Omar Radi avait indiqué sur sa page facebook qu'il était soumis à une enquête judiciaire pour atteinte présumée à la "sécurité de l'Etat", en raison de liens présumés avec un "officier de liaison d'un pays étranger".
"Je ne suis ni un espion, ni un agent à la solde d'agendas extérieurs", a ajouté Omar Radi. Il a affirmé avoir répondu, dans le cadre de cette enquête, à deux convocations, les 25 juin et 2 juillet 2020.
Il a noté que ses activités "n'ont rien à voir avec le monde du renseignement": "il est très banal que des journalistes, notamment ceux spécialisés en économie fournissent le type de travaux" qu'on lui reproche, a-t-il rétorqué.
L'enquête le visant fait suite à un rapport d'Amnesty International, qui affirme que le journaliste était espionné via un logiciel de piratage israélien utilisé par les autorités marocaines.
Samedi, Amnesty international avait dénoncé une campagne de dénigrement orchestrée par le gouvernement marocain contre son bureau à Rabat après des révélations sur l'espionnage dont a fait l'objet le journaliste.
Lire aussi: Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"
Amnesty avait indiqué, dans la foulée, que "ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper le travail d'Amnesty" au Maroc, soulignant que ces attaques "coïncidaient avec une répression croissante" dans le pays.
"Des dizaines de militants des droits de l'Homme, de journalistes indépendants et de manifestants sont actuellement en prison", a dénoncé l'Organisation de défense des droits de l'Homme, avant de déplorer une obstruction aux activités de son bureau à Rabat.
Les autorités marocaines ont un lourd passé dans l'instauration de mesures punitives pour détourner l'attention de leur sombre bilan en matière de droits humains, a rappelé l'ONG.
Emprisonné en 2019 à la suite d'un tweet critiquant la condamnation à de très lourdes peines de prison de militants et citoyens engagés dans le Hirak (mouvement social) du Rif par la justice marocaine, Omar Radi a été libéré sous la pression d'une mobilisation nationale et internationale inédite.
"Depuis plusieurs semaines, une campagne de lynchage et diffamation est orchestrée par plusieurs médias électroniques contre moi. En décembre dernier, j'ai été placé en détention pour un tweet. Je me retrouve à devoir réponde à des accusations ubuesques". Jusqu'où ira cet acharnement? s'est-il interrogé sur son compte facebook.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.