Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 07 - 2020

Le journaliste et militant marocain Omar Radi, espionné par les autorités de son pays via un logiciel israélien, a réagi samedi aux accusations du gouvernement marocain sur sa collusion présumée avec un service de renseignement étranger, dénonçant une campagne de "salissage" à son encontre.
Dans un communiqué rendu public, le journaliste dit avoir pris avec "stupéfaction et incrédulité l'objet de l'enquête, dont il fait l'objet ".
Jeudi, le gouvernement marocain a affirmé qu'Omar Radi, sans le nommer, a été soumis à une enquête judiciaire pour "atteinte à la sécurité de l'Etat, en raison de ses liens présumés avec un officier de liaison d'un pays étranger".
Quelques heures après ces déclarations, le militant a subi une avalanche d'accusations portées par des médias proches du palais visant à le discréditer dans le sillage de l'enquête édifiante publiée le 22 juin par Amnesty international sur sa mise sur écoute par les autorités marocaines.
Un de ces relais médiatiques évoque une collusion présumée avec un officier des renseignements britanniques.
"Depuis plusieurs semaines, une campagne de lynchage et diffamation est orchestrée par plusieurs médias électroniques contre moi. En décembre dernier, j'ai été placé en détention pour un tweet. Je me retrouve désormais à devoir répondre à des accusations ubuesques. Jusqu'où ira cet acharnement", s'est interrogé ce fervent détracteur du bilan des droits humains au Maroc.
Il a précisé que dans le cadre de cette enquête menée par la BNPJ (la brigade de la police judiciaire au Maroc), il avait répondu à deux convocations, les 25 juin et 2 juillet 2020, soulignant qu'aucune question sur un supposé agent de renseignement ne lui a été posée.
Lire aussi: Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme
"Je ne suis ni un espion, ni un agent à la solde d'agendas extérieurs. Ces attaques salissent ma réputation et mon honneur, elles sont sans fondement, et je dispose de tous les moyens pour me défendre", a-t-il affirmé.
Peu avant la réaction d'Omar Radi, Amnesty international avait dénoncé samedi une campagne de dénigrement orchestrée par le gouvernement marocain contre son bureau à Rabat après des révélations sur l'utilisation d'un logiciel israélien pour espionner le journaliste.
L'ONG a découvert que le téléphone d'Omar Radi avait été la cible de plusieurs attaques au moyen d'une nouvelle technique sophistiquée permettant d'installer de façon invisible Pegasus, logiciel espion produit par la firme israélienne NSO Group.
Acculé au mur, le gouvernement marocain a tenté de repousser ces accusations confirmées. Des sources gouvernementales qui se sont confiées à des médias marocains évoquent une prochaine fermeture du bureau d'Amnesty à Rabat, rappelant au passage la suspension de leur coopération avec l'ONG.
Amnesty international avait indiqué, dans la foulée, que "ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper le travail d'Amnesty" au Maroc, soulignant que ces attaques "coïncidaient avec une répression croissante" dans le pays.
"Des dizaines de militants des droits de l'Homme, de journalistes indépendants et de manifestants sont actuellement en prison", a dénoncé l'Organisation avant de déplorer une obstruction aux activités de son bureau à Rabat.
Les autorités marocaines ont un lourd passé dans l'instauration de mesures punitives pour détourner l'attention de leur sombre bilan en matière de droits humains, a rappelé l'ONG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.