Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc/affaire des écoutes: HRW dénonce l'arrestation du journaliste Omar Radi
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 07 - 2020

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé vigoureusement l'arrestation du journaliste militant marocain Omar Radi, qualifiant cet acte de "manipulation flagrante visant à réduire le journaliste critique au silence".
Mercredi, les autorités marocaines ont arrêté Omar Radi, journaliste primé pour ses articles d'investigation et l'ont mis en examen pour espionnage et viol.L'arrestation de ce militant, déjà espionné par les autorités de son pays via un logiciel israélien, survient après que la police l'ai convoqué 12 fois au cours du mois dernier pour des séances d'interrogatoire de 6 à 9 heures chacune.
"Les deux accusations contre Omar Radi sont une manipulation flagrante du système judiciaire pour réduire un journaliste critique au silence, alors que les attaques contre la liberté d'expression au Maroc se multiplient », a déploré Eric Goldestein, directeur par intérim de HRW pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, cité dans un communiqué de l'ONG.
L'arrestation d'Omar Radi, victime d'une campagne de salissage mené à son encontre par des médias proches des services de sécurité marocains, est la deuxième au cours du mois de juillet. Il a été arrêté pour la première fois le 4 juillet pour les mêmes chefs d'accusations à savoir espionnage au profit de services étrangers et viol.
Il restera derrière les barreaux jusqu'au 22 septembre, date fixée pour sa première audition devant un juge d'instruction.L'ONG, dont le siège est à Washington, rappelle que plusieurs autres journalistes marocains réputés ont été emprisonnés au cours des dernières années sur la base d'accusations criminelles sans rapport avec leur travail journalistique, après qu'ils aient publié des enquêtes percutantes ou des articles critiques sur les autorités.
Dans une enquête rendue publique le 22 juin par l'ONG, Amnesty International, a affirmé que le logiciel d'espionnage de la firme israélienne NSO, avait été utilisé pour espionner Omar Radi, fervent détracteur du bilan des droits humains au Maroc.
Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté
Amnesty a découvert que le téléphone d'Omar Radi avait été la cible de plusieurs attaques au moyen d'une nouvelle technique sophistiquée permettant d'installer de façon invisible Pegasus, logiciel espion produit par la firme israélienne NSO Group.
Acculé au mur, le gouvernement marocain a tenté de repousser ces accusations confirmées, en lançant une campagne de dénigrement contre le bureau d'Amnesty à Rabat
L'ONG avait indiqué, dans la foulée, que "ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper" son travail au Maroc, soulignant que ces attaques "coïncidaient avec une répression croissante" dans le pays.
Après ces révélations, le militant Omari Radi a subi une avalanche d'accusations portées par des médias proches du palais visant à le discréditer dans le sillage de l'enquête édifiante sur sa mise sur écoute par les autorités marocaines. Un de ces relais médiatiques évoque une collusion présumée avec un officier des renseignements britanniques.
"Depuis plusieurs semaines, une campagne de lynchage et diffamation est orchestrée par plusieurs médias électroniques contre moi. En décembre dernier, j'ai été placé en détention pour un tweet. Je me retrouve désormais à devoir répondre à des accusations ubuesques. Jusqu'où ira cet acharnement", avait dénoncé le militant dans un communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.