Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lancement officiel samedi du Fonds de financement des start-up lancé
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 10 - 2020

Le Fonds de financement des start-up sera officiellement lancé samedi lors de la Conférence nationale des start-up "Algeria Disrupt 2020" prévue au Centre international des conférences (CIC) à Alger, a annoncé vendredi le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Economie de la connaissance et des start-up, Oualid El-Mahdi Yacine.
Ce nouveau mécanisme de financement, baptisé "Algerian start-up fund", a précisé le ministre dans un entretien à l'APS, "repose sur l'investissement dans le capital et non sur les mécanismes de financement classiques basés sur le crédit" expliquant que l'investissement dans le capital induit une notion de risque et c'est un très important".
Pour le ministre, l'objectif est de créer des start-up pionnières aptes à commercialiser leurs produits partout dans le monde, en permettant aux jeunes innovants de bénéficier des mêmes mécanismes de financement que dans les pays développés et de concrétiser leurs projets novateurs en Algérie.
Evoquant les entraves rencontrées par ces jeunes, en plus du financement, le ministre a soulevé le manque d'incubateurs, d'accélérateurs et autres structures d'appui aux projets.
La plupart des incubateurs disponibles se trouvent dans la capitale alors que les autres régions du pays en comptent très peu. C'est pourquoi, a-t-il dit, son département a décidé de créer au moins un incubateur par wilaya, précisant qu'un "Réseau d'accélérateurs de projets" visant à soutenir l'innovation en Algérie sera lancé lors de la conférence.
Cette première édition d'Algeria Disrupt 2020, placée sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, sera l'occasion d'annoncer les mesures mises en place par le Gouvernement pour soutenir l'écosystème des jeunes pousses, notamment le lancement officiel du Fonds d'investissement des start-up, ainsi que le nouveau cadre réglementaire dédié à ces entreprises.
Cet événement auquel sont attendus plus de 1.000 participants (startups, incubateurs, représentants d'institutions gouvernementales et financières, opérateurs économiques, experts, associations, universités et centres de recherches) permettra de vulgariser l'action ministérielle en matière d'économie de la connaissance et de start-up et de rappeler que ces entreprises "sont la locomotive de l'économie de demain".
Lire aussi: La Conférence nationale des startups s'ouvre samedi à Alger: l'annonce d'importantes mesures au menu
Trois panels consacrés aux "startups", au "capital risque" et aux "incubateurs/accélérateurs" sont prévus dans le cadre ce cette conférence.
Le décret exécutif 20-254 du 15 septembre 2020 portant création du comité national de labélisation des "startup", des "projets innovants" et des "incubateurs" a été publié dans le dernier numéro du Journal officiel. Lors de la réunion du Conseil des ministres tenue en janvier 2020, le président de la République avait ordonné l'élaboration d'un programme d'urgence pour les start-up et les petites et moyennes entreprises (PME), notamment la création d'un fonds spécial ou d'une banque destinée à leur financement.
Il avait insisté aussi sur l'impératif d'une "réforme profonde" de notre système fiscal avec tout ce qui en découle en termes de réglementation et d'incitations fiscales au profit des startups et des PME.
La loi de Finances 2020 prévoit de nouvelles mesures sous forme d'incitations fiscales au profit des startups, notamment celles qui activent dans le domaine de l'innovation et des nouvelles technologies.
Il s'agit d'exonérations fiscales concernant les taxes sur les bénéfices et sur la valeur ajoutée (TVA) afin de garantir la pérennité de ces entreprises et de réaliser un développement économique durable à moyen terme.
Des exonérations douanières pendant la phase d'exploitation et des facilitations d'accès au foncier dans le cadre de l'extension des projets d'investissement ont également été instituées dans le cadre de la loi de Finances de 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.