Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 10 - 2020

Appelés à se prononcer, le 1er novembre prochain, sur le projet de révision constitutionnel, les Algériens sont face à leur "destin", ont relevé, jeudi au lendemain de la clôture de la campagne référendaire, des titres de la presse nationale, considérant que " le dernier mot revient au peuple".
"Le peuple face à son destin", titre en Une "Horizons", notant que "l'heure de vérité a sonné" pour l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) dont une source a affirmé au journal "les bonnes conditions" dans lesquelles s'est déroulée la campagne référendaire, dans la mesure où, précise-t-il, "hormis quelques écarts de langage hors contexte, aucun incident majeur n'a été enregistré".
Tout en assurant de "l'impartialité" de l'Autorité, son représentant a rappelé les engagements pris par son président, Mohamed Charfi, la veille de l'entame de la campagne référendaire dans ce sens.
Outre la répercussion des principaux meetings organisés, la veille, dans différentes régions du pays par des membres du Gouvernement et autres représentants de la classe politique, le journal a consacré son éditorial intitulé "Réhabilitation de la souveraineté populaire" à cet événement politique. "Le dernier mot" revenant au peuple auquel il appartient à présent de "rejeter" le texte qui lui est soumis ou de "porter ses espoirs sur ce projet de construction d'une Algérie nouvelle", écrit-il.
De son côté, El Moudjahid a choisi d'ouvrir son édition du jour par le vote des bureaux itinérants qui "lancent" ainsi, dès ce jeudi, le scrutin de dimanche prochain, et soutient dans son éditorial: "Le changement à portée du scrutin", qualifiant ce rendez-vous électoral de "rempart de l'Algérie en marche vers un destin à hauteur des sacrifices des Chouhada et des attentes du 22 février tient bon".
Pour ce titre également, "l'heure du changement a sonné et est indéniablement à portée des urnes de l'Algérie nouvelle, en relation avec la Déclaration du 1er novembre 1954 et jetant les bases d'un Etat fort, socialement juste et économiquement prospère".
"L'Expression" a mis, quant à lui, l'accent sur "le silence électoral" en vigueur dès ce jour, une période "de répit et de réflexion permettant au citoyen de murir sa décision", tout en s'interrogeant si les animateurs de la campagne électorale "ont réussi leur mission de convaincre" et si les Algériens "iront voter en masse" le jour J.
Et de noter que le 1er novembre prochain, "seule la voix du peuple comptera" dans l'adoption ou non du projet soumis à appréciation, prédisant un "Oui" qui traduirait que les électeurs se sont "identifiés" dans la Constitution "consensuelle", telle que promise par le Chef de l'Etat.
Lire aussi: Presse nationale : la clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs
Plus nuancé, le quotidien "Liberté" titre en Une " sans relief", considérant que la campagne référendaire "n'a pas drainé les foules", et ce, en raison d'un contexte "de crispation politique et de crise sanitaire défavorable" dans lequel elle a été engagée.
De son côté, "Le Soir d'Algérie" a souligné que les Algériens sont appelés à voter "pour la première fois" un 1er novembre, notant le "marquer symbolique" de cette date historique, avant de relever "l'implication en force" des ministres sur le terrain, dans le cadre de la campagne référendaire. Une campagne qui, déplore ce titre, a été animée, entre autres, par des "forces et des figures frappées de discrédit", citant notamment l'ancien parti unique, le Front de Libération nationale (FLN) ainsi que certains écarts de langage ayant fait polémique.
Dans le registre de la presse arabophone, le journal "Echourouk" ouvre sur ce titre: "clôture de la campagne référendaire, la parole aux Algériens", reprenant les interventions des animateurs du dernier jour de ladite campagne, à l'instar du président de l'Assemblée populaire nationale (APN),
Slimane Chenine, qui, lors d'une rencontre de commémoration du 1er novembre 1954 organisée au siège de cette institution, a estimé que cette date est "une halte qui permettra au peuple algérien de demeure uni".
Le journal a, en outre, repris l'intervention du ministre de la Communication, Ammar Belhimer, soutenant, depuis Jijel, que le projet d'amendement constitutionnel est "un document décisif dans le processus d'édification de la Nouvelle Algérie", dans le sens où, a-t-il argumenté, il a opéré "de profonds changements" s'agissant des concepts de libertés et des droits.
Et de répercuter également les orientations du Chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), Saïd, Chanegriha, pour "sécuriser entièrement" les centres et bureaux de vote du pays, dont ceux itinérants.
Revenant sur cette même activité, tenue au siège du Commandement de la Gendarmerie nationale à Alger, "El Khabar" a, pour sa part, fait écho de l'intervention du Secrétaire général de l'Union générale des Travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha, dans laquelle il a observé que " le changement s'opèrera avec la Constitution".
Dans le même sillage, le quotidien "El Massa" a zoomé sur l'allocution de Ammar Belhimer, par ailleurs Porte-parole du Gouvernement, défendant l'option du changement à travers la Constitution amendée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.