Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    L'incontournable rendez-vous des hirakistes    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Les parents de Zefzafi cherchent le lieu de sa détention    Les Verts à 90 minutes de la CAN 2021    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    Des moyens de conservation et de distribution mis en place    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Ath Mansour (Bouira) : A quand la livraison du stade communal ?    Souk Ahras : Grogne chez les salariés    Pénétrante autoroutière de Béjaïa : Un chantier de confortement ouvert    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Activités des femmes rurales à Biskra : Des actions pour une autonomisation économique    Liga : Le Real se ressaisit face à Alavés avec un doublé de Benzema    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Hassi Ameur et Bethioua: Plus de 120 milliards pour la mise à niveau des zones industrielles    Après l'échec de son exploitation: Le parking à étages de M'dina Djdida sera reconverti en centre commercial    Nouvelles règles pour les auto-écoles    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    La prévention gravement négligée !    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Football - Changements d'entraîneurs: Un mouvement perpétuel    CS Constantine: Des défaillances criantes    La pâleur d'une façade    Selon des historiens: Le rapport Stora doit interpeller la classe politique française    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    Le lait en sachet sera mieux distribué    Les petites bourses à rude épreuve    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 11 - 2020

La demande mondiale de pétrole devrait atteindre près de 104 millions de barils par jour d'ici 2025, a indiqué le Secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Mohamed Barkindo .
Intervenant lors d'un Forum organisé lundi par le groupe pétro-gazier "Crescent" sur les perspectives énergétiques, tenu par vidéoconférence, M. Barkindo déclaré que "les perspectives pour le pétrole brut peuvent sembler anémiques maintenant, mais nous prévoyons une normalisation progressive de la croissance de la demande à mesure que le monde se remettra du choc COVID-19".
"Nos analystes prévoient que la demande mondiale de pétrole reviendra à une croissance annuelle relativement robuste et atteindra près de 104 millions de b / j d' ici 2025", a -t-il précisé en se basant sur le rapport annuel de l'Opep publié en octobre dernier relatif aux perspectives pétrolières mondiales.
Il a, dans ce cadre, souligné, qu'à plus long terme, un certain nombre de facteurs stimuleront la consommation, tels que la croissance démographique et économique, en particulier dans les économies en développement et émergentes.
"Nous prévoyons que l'économie mondiale doublera de 2019 à 2045, pour atteindre 258 billions de dollars , et que la population augmentera d'au moins 20%, pour atteindre 9,5 milliards", a -t-il ajouté.
D'autre part, l'Opep prévoit que le pétrole restera le combustible dominant dans le mix énergétique mondial dans un avenir prévisible, représentant près de 28% en 2045 , suivi du gaz à environ 25% .
Les pays non membres de l'OCDE seront le moteur de la croissance, représentant environ 68% de la demande globale de pétrole d'ici 2045, explique le même responsable.Selon l'Opep, la demande de pétrole dans les économies en développement et émergentes augmentera de 22,5 millions de b / j à environ 74 millions de b / j en 2045 .
"Nous voyons la demande de pétrole augmenter de près de 10 millions de b / j par rapport aux niveaux de 2019 à environ 109 millions de b / j en 2040 , puis commencer à plafonner", a -t-il ajouté.M.Barkindo a rappelé que les perspectives de l'OPEP pour la demande de pétrole 2020 sont désormais légèrement supérieures à 90 millions de b/j.
Lire aussi: GECF : l'OAPEC soutient les contrats gaziers à long terme indexés sur le pétrole
Cela représente une "forte baisse de près de 10 millions de b/j par rapport au début de l'année et une contraction de près de 11 millions de b/j par rapport à ce que nous prévoyions pour l'année en janvier".
En 2021, l'Opep prévoit que la croissance rebondira à 6,2 millions de b/j, à un peu plus de 96 millions de b/j, par rapport à ses attentes pré-coronavirus pour une demande atteignant près de 102 millions de b/j l'année prochaine.Il a, d'autre part, relevé que les efforts cruciaux de rééquilibrage du marché sont "encore compliqués par des niveaux de stock élevés".
"Les données préliminaires d'octobre montrent que le total des stocks de pétrole commercial de l'OCDE était de 208 millions de barils au-dessus de la dernière moyenne quinquennale, contre 13 millions de barils en dessous de la moyenne sur cinq ans en janvier de cette année", a -t-il argué.
Les stocks mondiaux totaux ont augmenté de plus d'un milliard de barils depuis le début de cette année, a-t-il encore dit .Ces chiffres auraient été considérablement plus élevés - et manifestement insoutenables- sans les efforts de coopération sans précédent déployés pour remédier au déséquilibre des fondamentaux et stabiliser le marché, selon le Sg de l'Opep.
Il a , dans ce cadre , rappelé les efforts de l'Opep+ visant à rééquilibrer le marché pétrolier à travers notamment l'accord d'ajustement de la production conclu en avril dernier par les pays signataires de la Déclaration de Coopération (Doc).
"La DoC a apporté un soutien indispensable à l'économie mondiale alors qu'elle commençait à prendre de l'ampleur au troisième trimestre de cette année", a -t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.