Le lait en sachet sera mieux distribué    Les petites bourses à rude épreuve    U17: Belmadi encourage les Verts    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 12 - 2020

La ville de Laghouat remémore aujourd'hui le souvenir d'un des pires massacres perpétrés à l'encontre du peuple algérien par la France coloniale qui a recouru, dans sa prise de la ville le 4 décembre 1852, à l'utilisation de gaz toxiques, décimant près des deux tiers de sa population.
Le secrétaire général de l'Organisation nationale des Moudjahidine de Laghouat, Madani Lebtar, évoque le souvenir douloureux de cet évènement qui a fait plus de 2.500 martyrs, qualifiant d'"holocauste" l'utilisation, lors de la bataille qui s'est déroulée sur les rives de l'Oued Mzi, d'obus chargés de Chloroforme, un composant chimique toxique, devenant létal à un certain degré de concentration et dont l'inhalation provoque une forte inflammation des poumons et la mort par asphyxie.
Le bombardement de la ville avec des charges chimiques, exécuté par l'armée coloniale sous la conduite des généraux Pellissier, Puscaren et Joseph, contre la population locale et ses résistants sous la conduite de valeureux résistants à l'instar de Bennacer Benchohra, Cherif Benabdallah et Telli Belakhal, a fait pas moins de 2.500 morts parmi une population locale estimée alors à quelques 3.500 âmes, a-t-il précisé.
Après cette bataille meurtrière ayant montré quant même une brave et farouche résistance en dépit de l'inégalité des forces et des moyens, la soldatesque française est entrée dans la ville pour y découvrir des corps disséminés à différents endroits, et achever les blessés et les personnes agonisantes, à un degré de cruauté tel que même les soldats français ayant pris part au massacre ont été étonnés de la manière "inhabituelle" avec laquelle a été décimée la population de Laghouat en utilisant l'arme chimique, a relaté Dr.Aissa Bougrine, enseignant au département d'Histoire de l'Université Amar Thelidi à Laghouat.
Pour les historiens, l'utilisation par l'armée coloniale française de cette méthode inhumaine était la seule manière de faire plier Laghouat, une ville-forteresse qui était ceinte d'un rempart de ses quatre côtés et derrière lequel étaient positionnés les artilleurs.
Un dispositif qui n'a pu être percé que par le recours à l'artillerie lourde et les obus de chloroforme, pour parvenir à l'objectif de prise de cette ville géostratégique qui constituait la portière vers la conquête du Sahara algérien et de ses richesses naturelles souterraines.
Selon le directeur des Moudjahidine de Laghouat, Mohamed Halmouche, le musée du Moudjahid renferme plusieurs témoignages d'officiers français sur la résistance de Laghouat, dont un est des plus éloquents.Celui-ci raconte : "une fois débarrassés des corps des morts, il ne restait plus de survivants, hormis les soldats français, dans la ville fantôme où toutes les habitations étaient vides, sans exception".
"J'entrais dans cette ville silencieuse, frappée d'une mort violente. Le massacre était effroyable, et les habitations, les kheimas et les rues étaient jonchées de dépouilles de plus de 2.500 morts, entre hommes, femmes et enfants. La France avait besoin de cet holocauste pour prouver sa puissance aux tribus combattantes dans le Sahara", est-il raconté.
Ce témoignage est "un aveu de l'atrocité d'un des pires et violents massacres et crime contre l'humanité à travers l'Histoire", estime M.Halmouche.
Le directeur des Moudjahidine de Laghouat émet, à ce titre, le souhait de voir réaliser un film documentaire sur les évènements ayant jalonné l'histoire rayonnante de la région, dont les hommes et les femmes ont préféré la mort à la capitulation devant un colonisateur recourant à des méthodes abjectes et inhumaines pour assouvir ses visées expansionnistes en terre algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.