Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Start-up: les premiers labels bientôt délivrés
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 12 - 2020

La première vague de projets innovants, start-up et incubateurs, bénéficiant d'une labélisation délivrée par une commission multisectorielle, est prévue vers la fin décembre-début janvier prochain, a indiqué mardi à Alger, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Economie de la connaissance et des start-up, Oualid El-Mahdi Yacine.
A l'occasion de l'installation de la Commission de labellisation des "Startups", "Incubateurs" et "Projets innovants", le ministre a estimé que "le timing (du début de labélisation) est plutôt correct" puisqu'il coïncidera avec la mise en application de la loi de finance 2021 qui introduit "de nouvelles exonérations fiscales pour les startups".
La labélisation permettra ainsi à la startup de bénéficier de ces exonérations.
Le ministre a annoncé que cette commission se réunira périodiquement "en moyenne deux fois par mois" et permettra d'étudier les demandes qui seront réceptionnées "exclusivement" sur le portail www.startup.dz qui a été également lancé mardi.
Le choix du tout numérique dans les démarches administratives pour l'obtention du label est motivé, selon le ministre, par sa détermination à en finir avec la "bureaucratie qui s'est enracinée dans nos administrations" et qui est "l'obstacle majeur qui a entravé l'aboutissement de centaines de projets".
L'obtention du label "Startup" est conditionné par deux facteurs essentiels : l'innovation et la croissance non linéaire, explique Noureddine Ouaddah, cadre au ministère.
Alors que l'octroi du label "Projet Innovant", dépendra essentiellement de "la croissance du projet et de son Business plan", ajoute. M. Ouaddah.
Enfin le label "Incubateur", exige de présenter des services tels que le coaching et la formation, une bonne qualification de l'équipe ainsi que des résultats probants quant à l'aboutissement des projets suivis, enchaîne le cadre.
Lire aussi: Djerad: les start-up sont l'avenir de l'Algérie
Une fois le label obtenu dans un délai qui "n'excède pas les 15 jours", les startups ouvriront droit aux exonérations fiscales, concernant les taxes sur les bénéfices et sur la valeur ajoutée (TVA), qui peuvent s'étaler jusqu'à 5 ans, indique le ministre.
Cela en plus de la possibilité de bénéficier du soutien du Fonds de financement des start-up qui a été doté de 1,2 milliard de dinars, et profitera, en outre aux porteurs de projets, avant-même la création de leur société et l'obtention du registre de commerce, rappelle-t-il.
Ce fonds fera de l'investissement dans le capital, impliquant un facteur de risque que les mécanismes de financement classiques ne supportent pas.Le but de la création des labels "Startups" et "Projet Innovant" est de proposer aux jeunes entrepreneurs un "cadre organisationnel et juridique" qui leur permet de bénéficier de facilitées" assurées par l'Etat.
Outre le financement et les exonérations, ce cadre leur donne accès à des facilitations dans les domaines de "l'accompagnement, du coaching et de la formation dans l'entrepreneuriat", explique M. Oualid El-Mahdi Yacine.
Les porteurs de projets pourront profiter, en plus, de l'accompagnement des accélérateurs publics (Algeria Venture) qui seront lancés début 2021, à Alger mais aussi dans d'autres régions du pays, affirme le ministre.
La commission de labellisation, que préside le ministre, est composée d'une dizaine de membres. Elle renferme des compétences dans différents secteurs, représentants les ministères impliqués dans le soutien des startups, précise le ministre.
Des ministères qui ont la "volonté de faciliter les démarches aux porteurs de projets innovants", ajoute-il.
A noter que l'installation de cette commission est la concrétisation des annonces faites lors de la Conférence nationale dédiée aux startups "Algeria Disrupt 2020", tenue le 3 octobre dernier.
Quelque 2.000 startups activent actuellement en Algérie, selon des données approximatives du ministère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.