Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Création d'une école de formation spécialisée prochainement    Vers la mise en place d'une charte    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Une AG élective «bis» le 24 avril    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    Les psychotropes ravagent les jeunes    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    Poursuite du recensement des zones d'ombre à l'échelle nationale    Guardiola explique les raisons de la non-participation de Mahrez face à Chelsea    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Archives algériennes : une mémoire confisquée ?    Coronavirus:163 nouveaux cas, 117 guérisons et 5 décès    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Les ménages à rude épreuve    La BADR vulgarise ses produits    Kafteji    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Conclave des opérateurs de l'Ouest    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zlecaf: entrée en vigueur de l'accord de libre-échange interafricain
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 01 - 2021

L'accord de libre-échange inter-africain est entré en vigueur officiellement, en ce début 2021, conformément aux engagements pris par les Etats ayant signé et ratifié le texte de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).
La ZLECAF est une zone géographique dans laquelle les biens et les services circulent sans restriction entre les Etats membres de l'Union Africaine (UA).
Avec un marché de 1,2 milliards de personnes, d'une valeur de 3000 milliards USD et un Produit intérieur de 2500 milliards USD, il est attendu que les potentialités et les capacités économiques du Continent connaissent une exploitation optimale grâce aux flux commerciaux intra-continentaux qui devront avoisiner les 52% au lieu du taux actuel.
Actuellement, les échanges entre nations africaines ne représentent que 16% de leur total, tandis qu'en Europe et en Asie, le taux dépasse largement 60%.L'objectif de l'Union africaine est donc de faire progresser ces échanges pour créer davantage de richesses.
Signé par 54 pays africains et ratifié jusqu'à présent par 34 pays, il sera procédé à travers l'accord de la création de la Zlecaf, à l'annulation progressive des tarifs douaniers dans le commerce interafricain à hauteur de 90% des taxes douanières sur une durée de 5 ans pour les pays en développement et 10% pour les pays africains les moins développés, et ce à partir de ce janvier 2021.
Les 10% restants représentent les produits sensibles, dont un taux de 7% qui sera libéralisé progressivement durant 10 ans pour les pays membres en voie de développement et 3% pour les pays membres les moins développés, ce qui constitue un avantage important pour la protection du produit national.
Le taux de 3% des clauses des tarifs douaniers est exclu de la libéralisation tarifaire, soit l'équivalent de 491 tarifs.
Pour rappel, l'accord portant création de la ZLECAF a été signé lors de la 10e session extraordinaire du Sommet des chefs d'Etat et de Gouvernement en mars 2018 à Kigali (Rwanda).
Lire aussi : Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algéri
L'Algérie qui a été parmi les premiers pays à ratifier cet accord a réaffirmé récemment par le biais du Premier ministre, Abdelaziz Djerad que la Zlecaf constituait pour elle "un choix stratégique".
Intervenant lors la 13e Session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UA tenue décembre dernier, en visioconférence, M. Djerad avait déclaré que "pour l'Algérie, la Zlecaf est un choix stratégique, exigeant une conjugaison des efforts pour aller de l'avant dans la concrétisation des objectifs de développement de notre continent et de nos pays, et la consolidation de la paix et de la sécurité, étroitement liée aux progrès du développement économique".
L'Algérie a également souligné la nécessité de consentir davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens.Ces difficultés ont trait notamment, aux règles d'origine, aux tarifs douaniers et aux listes d'engagements relatifs au commerce de services.
Le Premier ministre, avait, dans ce sens, souligné l'adhésion de l'Algérie au consensus enregistré au niveau des instances de négociation, concernant les questions en suspens en lien avec les règles d'origine.
Il avait également assuré que "l'élaboration des offres tarifaires du commerce des biens et des services et des offres préliminaires des secteurs prioritaires pour le commerce de services algérien, est en voie de finalisation".
Actuellement, le volume des échanges commerciaux algériens avec la Zlecaf ne dépassant pas 3 % du total des échanges. L'Algérie occupe la 20ème place du total des pays fournisseurs du continent, soit 0,4% du total des importations du continent africain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.