Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Boussadia publie un ouvrage sur le parcours du Parlement algérien
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 01 - 2021

Le chercheur Mohamed Saïd Boussadia analyse dans son dernier ouvrage intitulé "Parcours de l'institution législative en Algérie: du parlement révolutionnaire au parlement bicaméral" la relation entre le système législatif et le pouvoir exécutif et son influence sur l'action parlementaire depuis le recouvrement de la souveraineté nationale à nos jours.
Dans son ouvrage de 351 page paru aux éditions "Dar El Balagha", le chercheur tente, à travers une étude historique critique de l'action parlementaire, d'évaluer l'expérience législative en Algérie, depuis la création du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) jusqu'à
l'avènement du Parlement bicaméral, en analysant l'impact des événements politiques qu'a connus l'Algérie sur l'équilibre des institutions constitutionnelles.
S'appuyant sur un large corpus juridique et historique, l'ouvrage scrute les différentes étapes de développement de l'institution parlementaire en Algérie. Un chapitre entier étant consacré à chaque étape historique, depuis celle du CNRA (20 août 1956-5 juillet 1962) jusqu'à celle du Parlement bicaméral.
L'auteur explore ainsi les conditions politiques et socioéconomiques qui ont présidé à la création, à la dissolution et à la transformation des institutions législatives, avec analyse de leur composante en termes d'appartenance politique, de moyenne d'âge et de sexe.
Il évalue également en profondeur leur rendement et analyse la relation entre l'institution législative et le système exécutif.
Le chercheur est arrivé à la conclusion que "la stabilité de l'institution législative est demeurée tributaire de la stabilité de l'institution exécutive". En effet, explique-t-il, "l'institution législative a toujours été associée au président du pays, l'Assemblée national au président Ahmed Ben Bella, le Conseil de la Révolution au président Houari Boumediene, l'Assemblée populaire nationale (1976 et 1989) au président Chadli Bendjedid, le Haut comité d'Etat aux présidents Mohamed Boudiaf et Ali Kafi, le Conseil national de transition au président Liamine Zeroual et le Parlement bicaméral au président Abdelaziz Bouteflika".
Pour l'auteur, l'époque du Conseil de la Révolution (du 10 juillet 1965 au 25 février 1977) avait enregistré le plus important bilan juridique, faisant observer que la majorité des Lois promulguées depuis l'indépendance à ce jour, revêtait "un caractère moderniste" et que peu avait un cachet "religieux".
Il a relevé également que la mission principale de toutes les institutions législatives qu'avait connues le pays après l'indépendance, consistait en l'élaboration et le vote des lois, tandis que les autres missions demeuraient relatives, notamment la mission de contrôle qui reste, selon lui, "le maillon faible" de l'institution législative.
Concernant la nature des lois promulguées, M. Boussaadia fait savoir que la période des années 1960 et 1970 du siècle dernier était dominée par "l'aspect idéologique socialiste", tandis que les lois promulguées dans les années 1990 et le nouveau millénaire étaient caractérisées par un cachet libéral, ce qui reflète, précise l'auteur, les orientations politiques du pays.
Par ailleurs, le chercheur relève "une hégémonie" masculine sur la plupart des institutions législatives qualifiant cette situation de "phénomène anthropologique caractérisant la majeure partie des institutions législatives de par le monde, particulièrement les pays arabes et islamiques".
Le chercheur conclut que l'organe législatif en Algérie "a besoin de stabilité institutionnelle et de pratique souveraine des missions constitutionnelles qui lui sont dévolues, d'ou l'impératif œuvrer au traitement de la crise de confiance de la part de l'opinion publique, et partant, contribuer à une solution à la problématique de l'abstentionnisme.
Dans une déclaration à l'APS, l'auteur a indiqué qu'il aspire à travers la recherche scientifique à contribuer à l'enrichissement de la bibliothèque nationale et à offrir "un Guide pratique" aux membres de l'APN ou du Conseil de la Nation et à tout intellectuel ou adhérent de parti politique désirant connaitre les mécanismes de la pratique législative et ses institutions.
Né le 21 décembre 1960 à Alger, Mohamed Saïd Boussadia est diplômé de l`Ecole nationale d`administration (ENA).
Aujourd'hui, en retraité après une carrière de 35 ans dans le domaine de l'audit financier, il a son actif un autre ouvrage publié en 2014 sous le titre "Introduction à l`étude du droit du contrôle en Algérie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.