L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Saïd Boussadia retrace le parcours du Parlement algérien
Son livre vient d'être publié aux éditions Dar El-Balagha
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2021

L'ouvrage intitulé "Le parcours de l'institution législative en Algérie, du Parlement révolutionnaire au Parlement bicaméral" propose une étude historique et institutionnelle de l'action parlementaire telle qu'exercée par les neuf institutions législatives qu'a connues l'Algérie depuis le congrès de la Soummam à nos jours.
Dans son second livre de sa vie d'auteur, Mohamed Saïd Boussadia retrace, dans cet ouvrage intitulé Du Parlement révolutionnaire au Parlement bicaméral, le parcours de l'institution législative en Algérie.
Une étude critique de l'action parlementaire qui se veut à la fois un document de référence en termes historiques, mais également un guide pratique aux membres de l'APN ou du Conseil de la nation et à tout intellectuel ou adhérent de parti politique désirant connaître les mécanismes de la pratique législative et ses institutions.
À travers cet ouvrage écrit en langue arabe et composé de neuf chapitres répartis sur 350 pages, le lecteur découvre le contexte historico-politique qui était derrière la création de chaque institution législative. Un cheminement qui a pris son ancrage en date du 20 août 1956 qui correspond à la naissance du Conseil national de la révolution algérienne pour durer jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962.
Viendra ensuite l'Assemblée nationale constituante (du 20 septembre 1962 au 20 septembre 1963) talonnée par l'Assemblée nationale (du 20 septembre 1963 au 19 juin 1965). Cette dernière sera suivie par le Conseil de la révolution (du 10 juillet 1965 au 25 février 1977), par l'Assemblée nationale populaire (du 25 février 1977 au 23 février 1989) et par l'Assemblée nationale populaire (du 23 février 1989 au 4 janvier 1992).
Succéderont, alors le Haut comité d'Etat (du 14 janvier 1992 au 31 janvier 1994) et le Conseil national de transition (du 18 mai 1994 au 18 mai 1997). Restera la date phare qui marque la naissance du Parlement bicaméral composé de l'Assemblée nationale populaire et du Conseil de la nation (du 5 juin 1997 à nos jours) prévu par la Constitution de 1996 et maintenu par la Constitution de 2020.
Ce Parlement est considéré, selon l'avis de l'auteur, comme "l'institution législative la plus stable, en comparaison des autres institutions ; elle a duré 23 ans et elle a connu trois présidents ainsi que 5 législatures".
L'auteur explore aussi les conditions politiques et socioéconomiques qui ont présidé à la création, à la dissolution et à la transformation des institutions législatives, avec analyse de leur composante en termes d'appartenance politique, de moyenne d'âge et de sexe.
Il évalue également en profondeur leur rendement et analyse la relation entre l'institution législative et le système exécutif. Des chapitres qui ont apporté à l'œuvre une certaine vivacité intéressante à relever. Il évoque en ce sens des crises politiques et institutionnelles qui nécessitent une étude critique rétrospective de son parcours, de cette institution, afin de comprendre ses crises cycliques et les raisons de son dysfonctionnement.
Plus encore, l'auteur parle carrément de "crise de confiance" et il y revient avec insistance : "Le Parlement algérien institué par la Constitution de 1996, modifiée, souffre d'une crise de confiance vis-à-vis de l'opinion publique algérienne, notamment la Chambre basse, à savoir l'Assemblée populaire nationale ; elle a été beaucoup plus révélée lors des dernières élections législatives où le taux de participation n'a pas dépassé les 35% du corps électoral."
Mohamed Saïd Boussadia est diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA) et titulaire d'un diplôme de post-graduation spécialisé en audit financier et conseil (Ensag).
Il est retraité de la Fonction publique après une expérience professionnelle qui a duré 35 ans de service dans une institution de contrôle gouvernementale. En 2014, il a édité un livre sur le droit de contrôle algérien.

Nabila SAIDOUN
Mohamed Saïd Boussadia, Le parcours de l'institution législative en Algérie, du Parlement révolutionnaire au Parlement bicaméral, éditions Dar El-Balagha, 351 pages, décembre 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.