réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Boussadia publie un ouvrage sur le parcours du Parlement algérien
EDITION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 01 - 2021

Le chercheur Mohamed Saïd Boussadia analyse dans son dernier ouvrage intitulé Parcours de l'institution législative en Algérie : du Parlement révolutionnaire au Parlement bicaméral la relation entre le système législatif et le pouvoir exécutif et son influence sur l'action parlementaire depuis le recouvrement de la souveraineté nationale à nos jours. Dans son ouvrage de 351 pages paru aux éditions Dar El Balagha, le chercheur tente, à travers une étude historique critique de l'action parlementaire, d'évaluer l'expérience législative en Algérie, depuis la création du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) jusqu'à l'avènement du Parlement bicaméral, en analysant l'impact des événements politiques qu'a connus l'Algérie sur l'équilibre des institutions constitutionnelles.
S'appuyant sur un large corpus juridique et historique, l'ouvrage scrute les différentes étapes de développement de l'institution parlementaire en Algérie. Un chapitre entier étant consacré à chaque étape historique, depuis celle du CNRA (20 août 1956-5 juillet 1962) jusqu'à celle du Parlement bicaméral.
L'auteur explore ainsi les conditions politiques et socioéconomiques qui ont présidé à la création, à la dissolution et à la transformation des institutions législatives, avec analyse de leur composante en termes d'appartenance politique, de moyenne d'âge et de sexe. Il évalue également en profondeur leur rendement et analyse la relation entre l'institution législative et le système exécutif. Le chercheur est arrivé à la conclusion que «la stabilité de l'institution législative est demeurée tributaire de la stabilité de l'institution exécutive».
En effet, explique-t-il, «l'institution législative a toujours été associée au président du pays, le CNRA au Président Ahmed Ben Bella, le Conseil de la Révolution au Président Houari Boumediène, l'Assemblée populaire nationale (1976 et 1989) au Président Chadli Bendjedid, le Haut Comité d'Etat aux Présidents Mohamed Boudiaf et Ali Kafi, le Conseil national de transition au Président Liamine Zeroual et le Parlement bicaméral au Président Abdelaziz Bouteflika». Pour l'auteur, l'époque du Conseil de la Révolution (du 10 juillet 1965 au 25 février 1977) avait enregistré le plus important bilan juridique, faisant observer que la majorité des lois promulguées depuis l'indépendance à ce jour, revêtaient «un caractère moderniste» et que peu avait un cachet «religieux».
Il a relevé également que la mission principale de toutes les institutions législatives qu'avait connues le pays après l'indépendance consistait en l'élaboration et le vote des lois, tandis que les autres missions demeuraient relatives, notamment la mission de contrôle qui reste, selon lui, «le maillon faible» de l'institution législative. Concernant la nature des lois promulguées, M. Boussadia fait savoir que la période des années 1960 et 1970 du siècle dernier était dominée par «l'aspect idéologique socialiste», tandis que les lois promulguées dans les années 1990 et le nouveau millénaire étaient caractérisées par un cachet libéral, ce qui reflète, précise l'auteur, les orientations politiques du pays. Par ailleurs, le chercheur relève «une hégémonie» masculine sur la plupart des institutions législatives qualifiant cette situation de «phénomène anthropologique caractérisant la majeure partie des institutions législatives de par le monde, particulièrement les pays arabes et islamiques». Le chercheur conclut que l'organe législatif en Algérie «a besoin de stabilité institutionnelle et de pratique souveraine des missions constitutionnelles qui lui sont dévolues, d'où l'impératif d'œuvrer au traitement de la crise de confiance de la part de l'opinion publique, et partant, contribuer à une solution à la problématique de l'abstentionnisme».
Dans une déclaration à l'APS, l'auteur a indiqué qu'il aspire à travers la recherche scientifique à contribuer à l'enrichissement de la Bibliothèque nationale et à offrir «un guide pratique» aux membres de l'APN ou du Conseil de la nation et à tout intellectuel ou adhérent de parti politique désirant connaître les mécanismes de la pratique législative et ses institutions.
Né le 21 décembre 1960 à Alger, Mohamed Saïd Boussadia est diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA). Aujourd'hui, à la retraite après une carrière de 35 ans dans le domaine de l'audit financier, il a à son actif un autre ouvrage publié en 2014 sous le titre Introduction à l'étude du droit du contrôle en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.