7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ISACOM condamne les attaques odieuses marocaines contre des militantes sahraouies
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 02 - 2021

LAAYOUN (Territoires sahraouis occupés)- L'Instance sahraouie contre l'occupation marocaine (ISACOM) a condamné dimanche les attaques odieuses marocaines contre des militantes sahraouies leur causant de graves dommages physiques et psychologiques, appelant l'ONU et la Croix-Rouge à activer les mécanismes internationaux de protection des civils sahraouis dans les territoires occupées du Sahara occidental.
L'instance sahraouie a condamné dans un communiqué "les actes honteux commis par les autorités d'occupation marocaines, qui portent atteinte à la dignité humaine, notamment en ce qui concerne les atteintes à l'intégrité physique, la provocation, l'intimidation, les arrestations et les perquisitions dans les maisons".
L'ISACOM a évoqué, entre autres, "l'intervention de la police marocaine dirigée par Hakim Amer contre la militante sahraouie, Soltana Kheya, et sa sœur, Elwaara (...)" à leur domicile dans la ville de Boujdour occupée.
Samedi, la militante sahraouie Aminatou Haidar, la présidente de l'ISACOM, a dénoncé, cette agression, soulignant que "cette situation est très grave". "Je dénonce très fort la répression féroce de l'occupant marocain dont a été victime ce matin à Boujdour occupée, Soltana Kheya, membre de ISACOM", avait indiqué Aminatou Haidar dans un Tweet.
De son coté, le membre du Secrétariat national du Front Polisario chargé d'Europe et de l'Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir a indiqué dimanche que, la militante sahraouie des droits de l'Homme, Soltana Kheya, grièvement blessée au visage et à l'œil suite à une agression barbare de la police de l'occupation marocaine, est plus que jamais disposée à poursuivre la lutte.
Une source sahraouie des droits de l'Homme avaient déclaré, samedi, que la militante sahraouie Soltana Kheya et sa soeur Elwaara, ont été violentées par les autorités de l'occupation marocaine dans la ville sahraouie occupée de Boujdour.
Citant une source sahraouie des droits de l'Homme, l'Agence de presse sahraouie (SPS) a indiqué, que "la militante sahraouie des droits de l'Homme, Soltana Kheya a été gravement atteinte au visage et à l'œil après avoir été lapidée par les autorités d'occupation marocaine.
Le quartier où se trouve le domicile de la famille de la militante Soltana Kheya est assiégé par un dispositif intense de la répression marocaine, dans le but de dissuader les militants sahraouis de manifester pacifiquement en vue d'exiger le droit à la liberté et à l'indépendance, ajoutent les mêmes sources.
Lundi, la fondation des droits humains, Nushatta, a affirmé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux que, les forces d'occupation marocaines ont lancé une féroce campagne de répression contre les militants sahraouis dans les territoires occupés du Sahara occidental depuis la reprise du conflit armé suite à la violation du cessez-le-feu par le Maroc le 13 novembre dernier.
Dans cette vidéo de deux minutes, la fondation Nushatta parle du cas de la militante Soltana Kheya assignée à résidence dans la localité de Boujdour occupée, pendant 11 semaines.
D'après la fondation, la militante sahraouie qui "a déjà perdu un œil lors d'une agression policière il y a quelques années", subit, elle et sa famille des "violences policières".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.