Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 03 - 2021

Le Royaume du Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis et des violations qu'il commet contre les civils, a déclaré l'ambassadeur représentant permanent de l'Algérie auprès de l'Office des Nations unies, à Genève, en réaction à des accusations émises par son homologue marocain contre l'Algérie.
"Le Royaume du Maroc doit rendre des comptes de l'occupation illégale (des territoires sahraouis) depuis plus de quatre décennies et des violations qu'il commet à l'endroit des civils sahraouis", a assuré l'ambassadeur algérien en réponse aux déclarations faites par son homologue marocain qui a accusé l'Algérie d'être "l'unique instigateur" derrière le récent message en faveur du peuple sahraoui, adressé par le Groupe de soutien de Genève au peuple du Sahara occidental, au Conseil des droits de l'Homme (CDH) des Nations unies.
"La délégation algérienne n'avait pas l'intention d'exercer son droit de réponse si ce n'était l'intervention de l'ambassadeur du Royaume du Maroc, unique monarchie de droit divin dans le monde, qui considère qu'elle ne peut faire l'objet de critiques et qui n'a pas de comptes à rendre à ses citoyens ou à la communauté internationale", a signalé l'ambassadeur algérien.
Il a précisé, à ce propos, que le Groupe de soutien de Genève au peuple du Sahara occidental avait tout à fait le droit de critiquer la politique marocaine dans le contexte d'un forum de droits de l'Homme.
Le représentant de l'Algérie a rappelé que "la proclamation du cessez-le-feu en 1991 devait être suivie de l'organisation du référendum (d'autodétermination au Sahara occidental), comme le prévoyait le plan de règlement des Nations Unies entre les deux parties : le Front Polisario et le Royaume du Maroc".
"A ce jour, cette perspective est entravée par la puissance occupante, le Royaume du Maroc qui bafoue avec la complicité silencieuse et l'inertie de certains Etats, la légalité internationale, le droit international et les droits de l'Homme", déplore le représentant de l'Algérie. Le Maroc, a-t-il relevé "tente de valider le fait accompli de l'occupation du territoire, fait une présentation idyllique de l'occupation et dénie même le droit à la représentativité du Front Polisario qui a échangé avec lui des prisonniers de guerre, mené des rounds de négociations et maintient même (peut-être que M. l'ambassadeur ne le sait pas) ici, à Genève, des canaux de communication".
Lire aussi: Reconnaissance devant la CJUE du statut "séparé et distinct" du Sahara occidental du Maroc
"Ni la Cour Internationale de Justice, ni la Cour Européenne n'ont reconnu le territoire du Sahara occidental comme partie intégrante du Royaume du Maroc, mais comme un territoire distinct et demain, au Luxembourg, se tiendra une nouvelle audience sur la validité de l'accord d'association et de pèche et nous ne sommes pas inquiets quant à l'issue la décision", poursuit l'ambassadeur algérien.
"La Déclaration du Groupe de soutien engage 13 Etats, ma délégation s'interroge sur la fixation du Royaume du Maroc sur mon pays", conclut-il.
Le Groupe de Soutien de Genève pour le Sahara occidental avait appelé, lundi, le Conseil des droits de l'Homme (CDH) des Nations unies à envoyer une mission d'observation dans les territoires sahraouis occupés afin d'enquêter sur la situation sur place, exprimant son inquiétude quant aux "atteintes aux droits humains" commises par les autorités d'occupation marocaines.
"Nous attirons l'attention sur le fait qu'un nombre important de civils sahraouis, de défenseurs des droits de l'Homme connus et de journalistes indépendants sont victimes de harcèlement, d'étroite surveillance, d'arrestations et de détentions arbitraires depuis la reprise du conflit armé", a également signalé le Groupe de Genève dans sa lettre.
Il a déploré, en outre, que "l'exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental se poursuit toujours favorisée par la reprise du conflit armé".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.