Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Salek: le retrait du Maroc des territoires occupés, un préalable à la paix
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 04 - 2021

La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a exigé lundi le retrait du Maroc de ses territoires occupées pour entrer dans une ère de paix avec le Maroc, son voisin frontalier, a déclaré le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek.
"La RASD est prête pour une paix avec le Maroc, son voisin du nord, sur la base du respect des frontières entre les deux pays, et cela ne sera possible qu'avec la fin de l'occupation, le retrait des forces marocaines de notre territoire national ainsi que l'abandon par le Maroc de sa politique expansionniste", a indiqué le ministre au cours d'une conférence de presse tenue à Alger.
Ould Salek a exprimé, à ce titre, la disponibilité de la RASD à coopérer avec les Nations Unies qui, selon lui, doivent honorer leurs engagements vis-à-vis du peuple sahraoui en lui permettant d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination.
Il a aussi réitéré l'engagement de la RASD à coopérer avec le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine" en vue de mettre en œuvre sa dernière décision sur le Sahara occidental qui réaffirme l'obligation du respect des frontières héritées à l'indépendance.
Lire aussi : La RASD revendique une adhésion pleine à l'ONU en tant qu'Etat membre
Selon le conférencier, la RASD est disposée à répondre à l'appel émis, en décembre, par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine visant à "faire taire les armes". Elle exige, néanmoins, que des actions soient menées afin d'obliger l'occupant marocain "à se conformer aux dispositions de l'acte constitutif de l'Union africaine" et à "l'empêcher de créer un climat de mésentente dans la région dans le but de servir des intérêts étrangers qui voient d'un mauvais œil une organisation continentale unie et responsable".
Le diplomate a évoqué, en outre, la reprise de la lutte armée, le 13 novembre 2020, précisant que la RASD exerçait son droit de légitime défense. Il a appelé, à ce propos, les Nations Unies et l'Union Africaine à condamner l'agression du Sahara occidental par le Maroc et à mettre un terme à "l'occupation illégale" de ce territoire.
La RASD réclame un siège à l'ONU en tant qu'Etat membre
Le chef de la diplomatie sahraouie a revendiqué, d'autre part, l'adhésion de la RASD aux Nations Unies, en tant qu'Etat membre.
"L'Etat sahraoui exige son siège aux Nations Unies étant donné que le Maroc dresse des obstacles face à la tenue d'un référendum d'autodétermination (au Sahara occidental), sachant pertinemment que le peuple sahraoui est unanime en ce qui concerne son droit à l'indépendance et à sa souveraineté", a-t-il déclaré.
Par ailleurs, Ould Salek a pointé la responsabilité du Conseil de sécurité dans la détérioration de la situation au Sahara occidental, car n'ayant pas fait le nécessaire pour permettre à la Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) d'accomplir la mission principale pour laquelle elle a été créée. Il a attribué cet état de fait au jeu d'intérêts auquel s'adonnent certains membres permanents du Conseil de sécurité.
Concernant la prochaine réunion du Conseil de sécurité, prévue le 21 avril courant, Ould Salek a expliqué qu'il s'agissait d'une " briefing visant à informer les membres du Conseil au sujet de la situation actuelle dans les territoires sahraouis", après la violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu" signé en 1991.
Lire aussi : Sahara Occidental: l'UA appelée à jouer un rôle plus fort pour instaurer une paix durable
D'autre part, le représentant de la RASD impute au Maroc l'entière responsabilité des "conséquences catastrophiques" de la reprise des hostilités à partir de novembre dernier.
Il a estimé que "l'agression du 13 novembre dernier a constitué la goutte qui a fait déborder le vase" et a démontré que le Maroc s'est "définitivement détourné" du processus de paix engagé en 1991.
Le conférencier a affirmé que "ni la RASD ni le peuple sahraoui ne devraient assumer les conséquences du refus du Royaume du Maroc d'aller vers un référendum d'autodétermination", rappelant que le Roi Hassan II avait été contraint d'accepter la tenue de ce référendum face aux progrès enregistrés par l'armée sahraouie.
La France responsable de l'échec du plan ONU-UA
D'autre part, le ministre sahraoui des Affaires étrangères a pointé la responsabilité de la France dans l'échec du plan de paix ONU-UA, accepté par le Maroc et la RASD, soulignant les obstacles dressées par Paris pour empêcher l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme.
"Le soutien de la France à la colonisation marocaine a empêché l'application de l'accord entre la RASD et le Maroc dans les délais impartis, c'est-à-dire depuis des décennies", a-t-il affirmé.
" Sans les obstacles dressés par la France, la Minurso aurait assumé la mission de la surveillance des droits de l'Homme pour au moins alléger les souffrances des Sahraouis dans les territoires occupés", a ajouté le ministre .
La France a aussi bloqué la mise en œuvre des décisions de la Cour de Justice de l'Union européenne sur le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental, a ajouté Ould Salek, appelant Paris a assumer son rôle en tant que " pays ayant des relations historiques avec tous les peuples et pays de la région" et à cesser son "soutien aveugle" au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.