Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 04 - 2021

La militante sahraouie Soltana Khaya a considéré que sa lutte pour la libération du Sahara occidental était celle de tous les Sahraouis, soulignant que l'occupant marocain ne peut pas continuer à violer les résolutions internationales et à ignorer le droit international.
Dans un entretien paru dans le journal espagnol Catalunyapress, Mme Khaya a déclaré que sa lutte pour l'indépendance du Sahara occidental n'était pas individuelle, mais plutôt menée par toute la population sahraouie (dans les territoires sahraouis), car, dit-elle, tous les Sahraouis partagent le même principe: "le Maroc ne peut pas continuer à occuper les territoires sahraouis, à violer les résolutions internationales et ne peut pas continuer à ignorer le droit international".
Par conséquent, elle s'engage "à poursuivre son combat jusqu'à ce que le peuple du Sahara occidental arrache son indépendance ou fasse partie de la lignée des hommes et des femmes qui sont aujourd'hui des martyrs".
Dans cet entretien, la militante a alerté que "tous les Sahraouis vivant dans les territoires occupés sont menacés dans leur intégrité physique et leurs vies étaient en danger. Je suis constamment menacé et assigné à résidence depuis plus de 134 jours".
Elle a affirmé que depuis qu'elle est rentrée d'Espagne, le 18 novembre, soit cinq jours après le début de la guerre au Sahara occidental, être victime d'"une agression continue". Sa mère, 84 ans, et sa sœur ne sont pas non plus épargnée par la répression de l'occupation marocaine. "J'ai souffert et continue de souffrir constamment. Ces derniers jours, ils ont intensifié les actions et je pense qu'ils veulent mettre fin à ma vie, m'assassiner", s'est-elle alarmé.
"Pendant tout ce temps, nous (elle et les membres de sa famille) avons été contraints à l'emprisonnement permanent dans notre maison. Certains jours, la nuit, ils éteignent les lampadaires, entrent dans la maison et agressent physiquement quiconque se trouvant à l'intérieur. Il nous est totalement interdit de recevoir des visiteurs. Toute famille qui a essayé de nous rendre visite de s'enquérir de notre situation a eu des problèmes", a-t-elle poursuivi.
Et d'ajouter: "Ils continuent d'utiliser toutes sortes de méthodes pour nous humilier, pour se venger de notre position politique".
Elle a signalé que les services de l'occupation marocaine ne sont pas contentés d'attaquer physiquement. En effet, d'après elle, les jeunes sahraouis qui se solidarisent avec sa famille ont été licenciés arbitrairement de leurs postes de travail.
"Les forces de l'occupation sont spécialisés dans toutes sortes de méthodes de torture", a-t-elle dénoncé en ajoutant: "Ici, les autorités, plutôt que de fonctionner comme un gouvernement, elles le font comme une mafia".
La petite pension que recevait sa mère a été supprimée, son frère a subi aussi des injustices similaires, a-t-elle dénoncé. Mais ce n'est pas pour autant que Khaya abandonne. "Je l'ai dit clairement et publiquement que ma maison, est le siège de la République arabe sahraouie démocratique tous les jours", a-t-elle dit.
"Chaque fois que je le fais, je reçois une raclée et ils peuvent me battre jusqu'à ce qu'ils me tuent, mais je resterai fidèle à mes principes et à ma lutte pacifique pour obtenir la liberté, non seulement la mienne, mais celle de l'ensemble de la population sahraouie résidant sous l'occupation marocaine", a-t-elle souligné.
"Je peux mourir, mais il y aura encore 20 000 Soltana qui continueront à se battre pour la liberté. La seule chose que nous exigeons, c'est que nous puissions vivre dignement, dans la liberté, dans un contexte de démocratie et de respect des droits de l'Homme et de respect de la liberté d'expression", s'est-elle exprimée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.