«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sultana Khaya dément la prétendue visite du "CNDH" à son domicile
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 02 - 2021

BOUJDOUR (territoires sahraouis occupés) - La militante sahraouie des droits de l'Homme Sultana Khaya a démenti mardi les déclarations du "Conseil national des Droits de l'Homme au Maroc (CNDH)" qui a prétendu avoir effectué une visite au domicile de la militante après son agression brutale par la police de l'occupation marocaine.
"Une déclaration émise par le "CNDH" sous forme de communiqué évoquant une visite que ses membres auraient effectué à mon domicile dans le but de me contrôler et de surveiller mon état de santé, en conséquence j'annonce à l'opinion publique nationale et internationale, organisations et à la presse que (...) la déclaration du Conseil manque de crédibilité et tout ce qui a été dit est un mensonge", a écrit Mme Khaya dans un communiqué rendu public.
La militante sahraouie victime d'"une agression barbare" exercée par les forces de l'occupation marocaine, a assuré que "le Conseil ne lui a jamais rendu visite ni entré en contact avec elle", expliquant de ce fait, que cet organisme "fait partie du système de sécurité au Sahara occidental occupé et il sert l'agenda de l'occupant et non pas les droits de l'Homme".
Par ailleurs, Sultana Khaya a dénoncé dans son communiqué, la répression dont elle fait l'objet avec sa sœur El-Waera au sein même de leur maison ainsi que les tortures psychologiques et physiques auxquelles elles ont été soumises depuis 90 jours.
Rapporté par plusieurs médias marocains, le CNDH avait publié un communiqué dans lequel il annonçait avoir "envoyé une délégation au domicile de la militante sahraouie pour lui rendre visite et rapporter les faits".
Lire aussi: La CONASDH dénonce la répression barbare visant la militante Sultana Khaya
Le domicile de la famille de la militante des droits de l'Homme, Sultana Khaya est assiégé par un dispositif impressionnant de la police d'occupation marocaine, dans le but de dissuader les militants sahraouis de manifester pacifiquement en vue d'exiger le droit à la liberté et à l'indépendance.
Le 13 février, Sultana brandissait un grand drapeau sahraoui depuis son toit lorsque le commissaire de police de Boujdour occupée a lancé une pierre et l'a frappée à la tête. Les vidéos et photographies de l'agression et des blessures à la tête de Khaya sont devenues virales.
Le ministère sahraoui des Territoires occupés et des Communautés sahraouies établies à l'étranger avait tenu le Maroc pour responsable de la répression que subit la militante sahraoui Soltana Khaya et sa famille.
Il a réitéré son appel à la communauté internationale, particulièrement l'ONU, pour assumer ses responsabilités juridiques et morales quant aux pratiques ignobles du régime marocain commises contre le peuple sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.