2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Accès aux innovations thérapeutiques contre le cancer: l'Algérie est "à la traîne"
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 06 - 2021

L'Algérie est "à la traîne" en matière d' accès aux innovations thérapeutiques dans la prise en charge du cancer, a déploré samedi le Dr, Ahcene Zenhati, chercheur en économie de santé.
"Seules 42% des thérapies ciblées et immunothérapies sont disponibles en Algérie", a-t-il affirmé dans son intervention par visio-conférence lors du 4ème sommet de l'enco-hématologie, organisé à Alger par les laboratoires Roche.
Selon ce chercheur, parmi les 16 innovations thérapeutiques dans la prise en charge du cancer du sein, seules 8 sont enregistrées en Algérie dont 4 seulement sont disponibles.
Parmi les 19 thérapies dédiés au cancer du poumon, a-t-il poursuivi, seules 7 innovations thérapeutiques sont enregistrées en Algérie et seulement 3 sont disponibles. Pour le Dr Zenhati, c'est les délais d'enregistrement, la négociation des prix de l'achat par appel d'offres qui retardent l'accès aux traitements innovants.
Il a soutenu, à ce titre, que "dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), l'Algérie a le plus long délai dans le lancement des produits innovants".
Relevant que la diffusion de traitements innovants impacte la croissance économique, dans la mesure où l'introduction de nouvelles molécules permet de réduire certains coûts et améliore la productivité en général, il a précisé que dans le cas de l'Algérie, les pertes de production dues aux cancers sont estimées à 16 millions de dollars en 2018.
"Dans le cas du cancer du sein, les pertes liées aux arrêts de travail sont estimées à 3,45 millions de dollars, alors que les pertes dans le cas du cancer du poumon s'élèvent à 1,31 million de dollars", a-t-il précisé.
Toutefois, il a soutenu que "les coûts du cancer sont beaucoup plus importants que les chiffres avancés".
Pour accélérer l'accès à l'innovation en Algérie, Ahcen Zenhati a plaidé pour l'adoption d'un processus d'enregistrement accéléré qui s'accompagnerait de décisions de financement et d'approvisionnement rapides à travers les canaux officiels de l'Etat ou les canaux privés.
Lire aussi: Une équipe d'hématologues d'Oran innove dans le traitement du cancer du san
"Il s'agit de mettre en place un système d'enregistrement accéléré pour les thérapies innovantes, internationalement reconnues et déjà enregistrées par les agences de médicament américaine ou européenne", a-t-il préconisé.
Il a mis l'accent, en outre, sur l'importance de "dissocier" le processus de financement de celui de l'enregistrement afin de limiter l'impact des contraintes budgétaires sur les délais d'enregistrement, et d'encourager les contrats innovants et les négociations entre les autorités et les laboratoires pharmaceutiques.
Le Dr Ahcene Zenhati a insisté également sur la révision du système d'appel d'offres pour la mise en place d'un comité d'experts clinique et économique qui évalue et valide l'intégration de médicaments innovant dans le cadre d'un accord commercial entre la PCH et les laboratoires pharmaceutiques.
Pour assurer une meilleure prise en charge du cancer en Algérie, ce chercheur a plaidé pour l'optimisation de l'utilisation du fonds de lutte contre le cancer en facilitant ses conditions d'exploitation, regrettant que les ressources de ce fonds n'aient été utilisées qu'à hauteur de 4% annuellement.
Ce spécialiste de l'économie de santé a suggéré aussi de débloquer le financement de thérapies innovantes à travers la promulgation d'une loi contribuant à la prise en charge des patients dans le secteur privé, et d'encourager la population algérienne à recourir à des assurances complémentaires privées pouvant couvrir la prise en charge du cancer.
La prise en charge du cancer en Algérie nécessité, par ailleurs, de "rendre accessible les données de la Caisse nationale des assurés sociaux (CNAS)" pour pouvoir réaliser des études et "évaluer les pertes de production de la population active atteinte de ces cancers", a-t-il préconisé.
Ce chercheur a souligné, à la fin, la nécessité d'assurer un accès précoce des patients à des traitements innovants pour les cancers du sein et du poumon, regrettant que "les taux d'incidence du cancer du sein et le taux de mortalité du cancer du poumon en Algérie, soient les plus élevés de la région MENA".
"Ces cancers sont diagnostiqués à un stade plus avancé, en Algérie, ce qui appauvrit le pronostic", a-t-il encore ajouté, appelant à l'introduire de nouvelles techniques de diagnostic qui permettraient de personnaliser les thérapies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.