Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Les sociétés algériennes ont des opportunités prometteuses dans le marché africain et du Sénégal    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Accès aux innovations thérapeutiques contre le cancer: l'Algérie est "à la traîne"
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 06 - 2021

L'Algérie est "à la traîne" en matière d' accès aux innovations thérapeutiques dans la prise en charge du cancer, a déploré samedi le Dr, Ahcene Zenhati, chercheur en économie de santé.
"Seules 42% des thérapies ciblées et immunothérapies sont disponibles en Algérie", a-t-il affirmé dans son intervention par visio-conférence lors du 4ème sommet de l'enco-hématologie, organisé à Alger par les laboratoires Roche.
Selon ce chercheur, parmi les 16 innovations thérapeutiques dans la prise en charge du cancer du sein, seules 8 sont enregistrées en Algérie dont 4 seulement sont disponibles.
Parmi les 19 thérapies dédiés au cancer du poumon, a-t-il poursuivi, seules 7 innovations thérapeutiques sont enregistrées en Algérie et seulement 3 sont disponibles. Pour le Dr Zenhati, c'est les délais d'enregistrement, la négociation des prix de l'achat par appel d'offres qui retardent l'accès aux traitements innovants.
Il a soutenu, à ce titre, que "dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), l'Algérie a le plus long délai dans le lancement des produits innovants".
Relevant que la diffusion de traitements innovants impacte la croissance économique, dans la mesure où l'introduction de nouvelles molécules permet de réduire certains coûts et améliore la productivité en général, il a précisé que dans le cas de l'Algérie, les pertes de production dues aux cancers sont estimées à 16 millions de dollars en 2018.
"Dans le cas du cancer du sein, les pertes liées aux arrêts de travail sont estimées à 3,45 millions de dollars, alors que les pertes dans le cas du cancer du poumon s'élèvent à 1,31 million de dollars", a-t-il précisé.
Toutefois, il a soutenu que "les coûts du cancer sont beaucoup plus importants que les chiffres avancés".
Pour accélérer l'accès à l'innovation en Algérie, Ahcen Zenhati a plaidé pour l'adoption d'un processus d'enregistrement accéléré qui s'accompagnerait de décisions de financement et d'approvisionnement rapides à travers les canaux officiels de l'Etat ou les canaux privés.
Lire aussi: Une équipe d'hématologues d'Oran innove dans le traitement du cancer du san
"Il s'agit de mettre en place un système d'enregistrement accéléré pour les thérapies innovantes, internationalement reconnues et déjà enregistrées par les agences de médicament américaine ou européenne", a-t-il préconisé.
Il a mis l'accent, en outre, sur l'importance de "dissocier" le processus de financement de celui de l'enregistrement afin de limiter l'impact des contraintes budgétaires sur les délais d'enregistrement, et d'encourager les contrats innovants et les négociations entre les autorités et les laboratoires pharmaceutiques.
Le Dr Ahcene Zenhati a insisté également sur la révision du système d'appel d'offres pour la mise en place d'un comité d'experts clinique et économique qui évalue et valide l'intégration de médicaments innovant dans le cadre d'un accord commercial entre la PCH et les laboratoires pharmaceutiques.
Pour assurer une meilleure prise en charge du cancer en Algérie, ce chercheur a plaidé pour l'optimisation de l'utilisation du fonds de lutte contre le cancer en facilitant ses conditions d'exploitation, regrettant que les ressources de ce fonds n'aient été utilisées qu'à hauteur de 4% annuellement.
Ce spécialiste de l'économie de santé a suggéré aussi de débloquer le financement de thérapies innovantes à travers la promulgation d'une loi contribuant à la prise en charge des patients dans le secteur privé, et d'encourager la population algérienne à recourir à des assurances complémentaires privées pouvant couvrir la prise en charge du cancer.
La prise en charge du cancer en Algérie nécessité, par ailleurs, de "rendre accessible les données de la Caisse nationale des assurés sociaux (CNAS)" pour pouvoir réaliser des études et "évaluer les pertes de production de la population active atteinte de ces cancers", a-t-il préconisé.
Ce chercheur a souligné, à la fin, la nécessité d'assurer un accès précoce des patients à des traitements innovants pour les cancers du sein et du poumon, regrettant que "les taux d'incidence du cancer du sein et le taux de mortalité du cancer du poumon en Algérie, soient les plus élevés de la région MENA".
"Ces cancers sont diagnostiqués à un stade plus avancé, en Algérie, ce qui appauvrit le pronostic", a-t-il encore ajouté, appelant à l'introduire de nouvelles techniques de diagnostic qui permettraient de personnaliser les thérapies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.