Liga: encore un 0-0 pour l'Atletico    L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Pegasus: Abdellatif Hammouchi ou "l'artisan de la dérive marocaine"
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 07 - 2021

Le site d'informations français, Mediapart a consacré, jeudi, un article sur le patron du renseignement intérieur et extérieur du Maroc, Abdellatif Hammouchi, l'artisan de la dernière dérive marocaine liée à l'affaire du logiciel espion israélien "Pegasus", et dans lequel le journal retrace comment la monarchie a bâti au fil du temps un système répressif pour museler la société grâce à la cybersurveillance dont il use et abuse.
Le plus grand scandale d'espionnage depuis l'affaire "Snowden" sort de l'ombre Abdellatif Hammouchi, le premier homme dans l'histoire du royaume à cumuler la direction de la sûreté nationale et la Direction générale de la surveillance du territoire.
"Il est l'artisan de la dérive sécuritaire et autoritaire du Maroc", déclare un diplomate français cité par Médiapart. La monarchie marocaine est, selon le journal en ligne, "un régime autoritaire qui a bâti au fil des décennies un système répressif pour avoir des yeux et des oreilles absolument partout, dans chacune des strates de la société (..). Un système dont l'un des rouages essentiels aujourd'hui repose sur la cybersurveillance, grâce notamment à Abdellatif Hammouchi".
Lire aussi: Affaire "Pegasus": des militants partisans de l'indépendance du Sahara occidental parmi les victimes
Le journal rappelle dans l'article que plusieurs personnalités publiques de premier plan, françaises et étrangères, dont le président Emmanuel Macron ainsi que plusieurs ministres, apparaissent directement ciblées par les services de sécurité marocains, rattachés au pouvoir royal, notamment le renseignement extérieur.
"C'est la police politique qui gouverne au Maroc, l'atmosphère est irrespirable, confiait auprès de Mediapart et L'Humanité l'intellectuel marocain Maâti Monjib, harcelé et surveillé par le pouvoir marocain.
L'historien décrivait "un régime fondé sur le cynisme politique et la calomnie", grâce à l'œuvre d'un serviteur discret de l'Etat en particulier, Abdellatif Hammouchi : "les services de renseignement disposent de dossiers sur toutes les personnalités publiques. La moindre dissension vous expose, sur le champ, à la diffamation. Même des ministres pro-régime, au plus haut niveau, sont parfois diffamés. Quiconque fait un pas de côté s'expose aux foudres du Palais et au dénigrement des médias de diffamation". Parmi les hantises et obsessions du Maroc : la crainte que le peuple marocain,qui étouffe dans un royaume d'inégalités, se soulève, d'après la source.
Natif de Taza au nord-est du pays, Abdellatif Hammouchi, 55 ans, est cité notamment dans la brouille diplomatique inédite entre Paris et Rabat, de 2014 à 2015. A l'époque, la justice française instruit trois plaintes déposées contre ce haut personnage de l'Etat marocain pour "torture" et "complicité de torture".
Le 20 février 2014, alors qu'il est de passage à Paris, une magistrate parisienne le convoque et envoie des policiers au domicile de l'ambassadeur du Maroc à Neuilly l'interroger. Du jour au lendemain, le Maroc met fin à toute coopération judiciaire et sécuritaire avec la France, notamment en matière d'échanges de renseignements. Au bout d'un an, les deux pays scellent la réconciliation.
Selon l'enquête du consortium réuni autour de Forbidden Stories et d'Amnesty International, Rabat a abusé du logiciel Pegasus pour espionner des pays rivaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.