Liga: encore un 0-0 pour l'Atletico    L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc continue à faire de l'espionnage au profit d'Israël
Affaire "pegasus"
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 07 - 2021

Le Maroc est empêtré dans une nouvelle affaire d'espionnage, prenant pour cible des journalistes marocains et des professionnels de médias étrangers à l'aide d'un logiciel israélien, confirmant ainsi des informations récurrentes sur une collaboration avec Israël dans le domaine de l'espionnage remontant à 60 ans.
Le Maroc est empêtré dans une nouvelle affaire d'espionnage, prenant pour cible des journalistes marocains et des professionnels de médias étrangers à l'aide d'un logiciel israélien, confirmant ainsi des informations récurrentes sur une collaboration avec Israël dans le domaine de l'espionnage remontant à 60 ans.
"Pagasus" dans lequel il a démontré comment un programme censé lutter contre le terrorisme était massivement utilisé pour surveiller les sociétés civiles par plusieurs pays, dont le Maroc. Une enquête internationale de 6 mois réunissant 17 médias, dont Le Monde, montrent que Pegasus est massivement utilisé pour surveiller les sociétés civiles. Depuis 2016, 50.000 téléphones ont été sélectionnés comme cibles, un millier en France, notamment pour le compte du Maroc. Hommes politiques, avocats, militants et journalistes sont les premières victimes. C'est un annuaire ahurissant, dans lequel se trouve un chef d'Etat et deux chefs de gouvernement européens, des dizaines de députés de l'opposition d'un pays africain, des princes et des princesses, des chefs d'entreprise, quelques milliardaires, des ambassadeurs, des généraux. Et puis, aussi et surtout, des centaines de journalistes, d'avocats, de militants des droits de l'Homme. Depuis sa création, en 2011, l'entreprise israélienne NSO vend son logiciel comme un outil destiné uniquement à la lutte contre le terrorisme.
Or, l'analyse des données consultées par Le Monde et ses partenaires montre que, pour une grande partie des clients de NSO, terrorisme et grand banditisme ne constituent qu'une infime partie des utilisations. En France comme dans les pays qui ont acheté l'accès à ce logiciel espion, c'est aussi et surtout la société civile qui est visée : des athlètes, des prêtres et des imams, des journalistes, des youtubeurs, des avocats. A la suite des révélations sur Pegasus, beaucoup de journalistes, d' ommes politiques, d'hommes d'affaires et de militants se demandent si leur smartphone a pu être surveillé par les Etats qui en sont clients : le Maroc, la Hongrie, Bahreïn, les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, la Hongrie, et plusieurs autres pays. AuMaroc, les numéros de nombreux journalistes marocains ont été sélectionnés comme cibles potentielles par le logiciel en question.
Les listes de numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles dans l'outil de NSO par plus eurs de ses clients, que l'organisation Forbidden Stories et Amnesty International ont partagé avec dix-sept rédactions, dont Le Monde, confirment qu'un service de sécurité marocain a utilisé Pegasus pour viser, de manière systématique, des journalistes critiques du pouvoir, et des dirigeants des grandes rédactions du pays. Les journalistes marocains ne sont pas les seuls à intéresser les services de renseignement du royaume. Une trentaine de journalistes et de patrons de médias français figurent sur la liste des cibles de Pegasus. En Inde, depuis 2016, une trentaine d journalistes indiens ont été espionnés à travers leurs smartphones grâce au même logiciel. Au moins 25 reporters mexicains sont aussi sur les listes. Parmi les numéros ciblés figurent les grandes rédactions du pays, ainsi qu'un correspondant du New York Times. En Hongrie, la société civile est également sous contrôle. Hommes d'affaires et patrons de presse figurent parmi les 300 numéros ciblés pour le compte de Budapest, bien qu'elle nie les faits.
La France réagit
Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête sur l'espionnage de journalistes français dont l'infiltration de téléphones par le logiciel Pegasus pour le compte de l'Etat marocain, a été révélé dimanche par un consortium de médias. Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont "atteinte à la vie privée", "interception de correspondance", "accès frauduleux" à un système informatique et "association de malfaiteurs". Elle fait suite à la plainte déposée par le site Mediapart, dont deux journalistes ont été espionnés, à laquelle doit s'ajouter une plainte similaire de Le Canard Enchaîné. L'enquête vise également d'autres infractions d'atteintes à un système informatique, telles que l'introduction, l'extraction et la transmission frauduleuses de données, qui peuvent être potentiellement reprochées aux utilisateurs de Pegasus. Elle concerne aussi la "mise à disposition et détention d'un équipement" permettant des atteintes à un système de données et "l'offre et la vente sans autorisation d'un dispositif de captation de données", qui visent cette fois potentiellement la commercialisation du logiciel et les intermédiaires impliqués. Plusieurs médias dont
Le Monde, le Guardian et le Washington Post ont révélé dimanche que le fondateur de Mediapart Ewdy Plenel et la journaliste de son média Lénaïg Bredoux avaient été espionnés par les services secrets marocains. Le Canard Enchaîné, lui, aurait été visé notamment à travers son ancienne collaboratrice Dominique Simmonnot, aujourd'hui contrôleure générale des lieux de privation de liberté, qui a également annoncé qu'elle allait saisir personnellement la justice. Les investigations ont été confiées à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). Selon l'enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux, le logiciel Pegasus, élaboré par l'entreprise sioniste NSO Group, aurait permis d'espionner les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise de différents pays.
Le logiciel espion Pegasus, introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire. Ces révélations ont suscité l'indignation dans le monde entier d'organisations de défense des droits humains, de médias e de dirigeants politiques. NSO, régulièrement accusé de faire le jeu de régimes autoritaires, assure que son logiciel sert uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes. Le travail mené par les 17 médias, dont les quotidiens français Le Monde, britannique The Guardian et américain The Washington Post, se fonde sur une liste obtenue par le réseau basé en France Forbidden Stories et l'ONG Amnesty International. Elle compte, selon eux, = 50.000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle.
"Pagasus" dans lequel il a démontré comment un programme censé lutter contre le terrorisme était massivement utilisé pour surveiller les sociétés civiles par plusieurs pays, dont le Maroc. Une enquête internationale de 6 mois réunissant 17 médias, dont Le Monde, montrent que Pegasus est massivement utilisé pour surveiller les sociétés civiles. Depuis 2016, 50.000 téléphones ont été sélectionnés comme cibles, un millier en France, notamment pour le compte du Maroc. Hommes politiques, avocats, militants et journalistes sont les premières victimes. C'est un annuaire ahurissant, dans lequel se trouve un chef d'Etat et deux chefs de gouvernement européens, des dizaines de députés de l'opposition d'un pays africain, des princes et des princesses, des chefs d'entreprise, quelques milliardaires, des ambassadeurs, des généraux. Et puis, aussi et surtout, des centaines de journalistes, d'avocats, de militants des droits de l'Homme. Depuis sa création, en 2011, l'entreprise israélienne NSO vend son logiciel comme un outil destiné uniquement à la lutte contre le terrorisme.
Or, l'analyse des données consultées par Le Monde et ses partenaires montre que, pour une grande partie des clients de NSO, terrorisme et grand banditisme ne constituent qu'une infime partie des utilisations. En France comme dans les pays qui ont acheté l'accès à ce logiciel espion, c'est aussi et surtout la société civile qui est visée : des athlètes, des prêtres et des imams, des journalistes, des youtubeurs, des avocats. A la suite des révélations sur Pegasus, beaucoup de journalistes, d' ommes politiques, d'hommes d'affaires et de militants se demandent si leur smartphone a pu être surveillé par les Etats qui en sont clients : le Maroc, la Hongrie, Bahreïn, les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, la Hongrie, et plusieurs autres pays. AuMaroc, les numéros de nombreux journalistes marocains ont été sélectionnés comme cibles potentielles par le logiciel en question.
Les listes de numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles dans l'outil de NSO par plus eurs de ses clients, que l'organisation Forbidden Stories et Amnesty International ont partagé avec dix-sept rédactions, dont Le Monde, confirment qu'un service de sécurité marocain a utilisé Pegasus pour viser, de manière systématique, des journalistes critiques du pouvoir, et des dirigeants des grandes rédactions du pays. Les journalistes marocains ne sont pas les seuls à intéresser les services de renseignement du royaume. Une trentaine de journalistes et de patrons de médias français figurent sur la liste des cibles de Pegasus. En Inde, depuis 2016, une trentaine d journalistes indiens ont été espionnés à travers leurs smartphones grâce au même logiciel. Au moins 25 reporters mexicains sont aussi sur les listes. Parmi les numéros ciblés figurent les grandes rédactions du pays, ainsi qu'un correspondant du New York Times. En Hongrie, la société civile est également sous contrôle. Hommes d'affaires et patrons de presse figurent parmi les 300 numéros ciblés pour le compte de Budapest, bien qu'elle nie les faits.
La France réagit
Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête sur l'espionnage de journalistes français dont l'infiltration de téléphones par le logiciel Pegasus pour le compte de l'Etat marocain, a été révélé dimanche par un consortium de médias. Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont "atteinte à la vie privée", "interception de correspondance", "accès frauduleux" à un système informatique et "association de malfaiteurs". Elle fait suite à la plainte déposée par le site Mediapart, dont deux journalistes ont été espionnés, à laquelle doit s'ajouter une plainte similaire de Le Canard Enchaîné. L'enquête vise également d'autres infractions d'atteintes à un système informatique, telles que l'introduction, l'extraction et la transmission frauduleuses de données, qui peuvent être potentiellement reprochées aux utilisateurs de Pegasus. Elle concerne aussi la "mise à disposition et détention d'un équipement" permettant des atteintes à un système de données et "l'offre et la vente sans autorisation d'un dispositif de captation de données", qui visent cette fois potentiellement la commercialisation du logiciel et les intermédiaires impliqués. Plusieurs médias dont
Le Monde, le Guardian et le Washington Post ont révélé dimanche que le fondateur de Mediapart Ewdy Plenel et la journaliste de son média Lénaïg Bredoux avaient été espionnés par les services secrets marocains. Le Canard Enchaîné, lui, aurait été visé notamment à travers son ancienne collaboratrice Dominique Simmonnot, aujourd'hui contrôleure générale des lieux de privation de liberté, qui a également annoncé qu'elle allait saisir personnellement la justice. Les investigations ont été confiées à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). Selon l'enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux, le logiciel Pegasus, élaboré par l'entreprise sioniste NSO Group, aurait permis d'espionner les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise de différents pays.
Le logiciel espion Pegasus, introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire. Ces révélations ont suscité l'indignation dans le monde entier d'organisations de défense des droits humains, de médias e de dirigeants politiques. NSO, régulièrement accusé de faire le jeu de régimes autoritaires, assure que son logiciel sert uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes. Le travail mené par les 17 médias, dont les quotidiens français Le Monde, britannique The Guardian et américain The Washington Post, se fonde sur une liste obtenue par le réseau basé en France Forbidden Stories et l'ONG Amnesty International. Elle compte, selon eux, = 50.000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.