Man United : Un Ronaldo énervé reçoit un ordre de Solskjaer    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    Le 17 octobre 1961, les dessous d'un crime d'Etat    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Le Chabab prend l'eau    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    14 affaires criminelles au programme    Les sages-femmes annoncent un mouvement de grève    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    L'Algérie conserve la 30e place mais devient 4e en Afrique    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Ouzellaguen : Rentrée scolaire sans manuels    Pandémie, école privée et école publique    Produits alimentaires: Les commerçants qui ne déclarent pas leurs stocks considérés comme spéculateurs    CNL: Plus de 67.000 logements ruraux réalisés en 18 mois    El Tarf: La CASNOS facilite les paiements des cotisations    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    La transition au Soudan vit sa «pire crise»    L'UE «prête» à recevoir les Iraniens «mais le temps presse»    Les services se mettent à la page    Qu'en est-il du brut algérien ?    Un air de départ du..    L'Anie et l'imbroglio politique des locales    Une femme massacrée par son époux    3 décès et 93 nouveaux cas en 24 heures    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    L'échauffement, à bout de souffle    L'opération tourne au ralenti    La tension reste vive    Chronologie d'un crime d'état    Un riche programme commémoratif    L'inoubliable Fatima Bedar    Afin que nul n'oublie !    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus : arme de domination massive
Publié dans El Watan le 22 - 07 - 2021

Grâce à Pegasus, nous entrons par la grande porte dans la Matrice des Wachowsky. Le scandale planétaire révélé par le consortium de journalistes Forbidden Stories, Amnesty International et le Citizen Lab de Toronto, nous apprend que l'espionnage moderne dispose désormais d'une arme absolue capable de cibler une population illimitée. Téléphone, réseaux sociaux, rien ne résiste au logiciel israélien. Les chiffrements les plus sophistiqués craquent. L'insécurité informatique est totale, au profit des dictatures et des Etats voyous qui ont accouru pour faire leurs emplettes chez NSO, constructeur et fournisseur de ce logiciel espion, ennemi suprême de la démocratie.
Pegasus est vendu essentiellement à des régimes autoritaires qui ne s'encombrent guère de considérations de droits pour espionner des adversaires politiques, des opposants et des journalistes libres. Les révélations relayées notamment par Mediapart et Le Monde citent, par exemple, l'Inde, le Mexique, l'Indonésie et l'administration chinoise de Hong Kong. Mais on y apprend aussi que les nouveaux amis arabes de l'Etat hébreu, l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et, bien entendu, le Maroc, sont tous des clients de NSO et ont tous fait usage de Pegasus pour pomper les données personnelles de milliers de cibles aussi bien dans leurs pays qu'à l'étranger.
C'est le butin de la normalisa-tion diplomatique. Le royaume chérifien en a profité dangereusement, osant espionner l'Etat algérien, ou encore des hommes d'Etat français. C'est une agression caractérisée en ce qui nous concerne, qui peut avoir de lourdes conséquences sur les relations entre les deux pays voisins et la stabilité dans la région. Mais grâce à Pegasus, le makhzen réprime aussi les voix marocaines libres. C'est le cas du journaliste Omar Radi, victime d'une cabale des services secrets marocains, qui ont, entre autres, craqué son téléphone personnel en utilisant Pegasus, comme l'a révélé Amnesty International.
En Arabie Saoudite, le régime de MBS a été «déconnecté» du logiciel juste après l'assassinat du journaliste Djamal Khashoggi, dont il a été commanditaire et exécutant. Mais grâce encore à Forbidden Stories, on apprend que NSO a rétabli la «connexion» suite à l'intervention du gouvernement israélien. Le lien ombilical entre le gouvernement et Tsahal d'un côté et les start-up du numérique de l'autre est un secret de polichinelle. Le complexe militaro-industriel local, dont le cyber espionnage est à la pointe, ouvre le chemin pour la diplomatie israélienne qui conquiert avec succès de nouvelles amitiés en fournissant aux pays autoritaires les moyens de «maintenir l'ordre». Au-delà du scandale mondial de l'espionnage, ce business entre l'Etat raciste d'Israël et les régimes antidémocratiques nous confirme à quel point les garde-fous internationaux sont devenus insignifiants devant l'audace du capitalisme guerrier et ses nouvelles formes de domination des peuples.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.