Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 11 - 2021

Les entreprises internationales de production d'énergie implantées dans les territoires sahraouis, doivent quitter le sol sahraoui occupé "immédiatement", exige l'Observatoire "Western Sahara Resource Watch" (WSRW) dans son dernier rapport sur les projets marocains d'énergies renouvelables au Sahara Occidental.
Dans ce rapport, intitulé "Eco-blanchiment de l'occupation", l'ONG appelle la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et ses Etats parties de "contester les rapports climatiques systématiquement erronés du Maroc", en notant que ce pays, puissance occupante du Sahara occidental, "utilise l'énergie verte pour embellir son occupation".
Estimant que d'ici 2030, "la moitié de l'énergie d'origine éolienne produite par le Maroc pourrait l'être illégalement au Sahara occidental occupé", tandis que sa part d'énergie d'origine solaire "pourrait alors atteindre 32,64 % de sa capacité solaire totale", WSRW rappelle que ce pays installe, pourtant, ce qui est à ce jour "le plus grand projet énergétique sur des terres occupées".
Il s'agit, selon l'observatoire, d'"un autre pas en avant dans son plan global de construction d'infrastructures controversées sur les terres qu'il occupe illégalement".
L'observatoire demande au gouvernement marocain de "se conformer au droit international et de s'abstenir d'entreprendre des projets d'infrastructure dans un territoire sous occupation, sans le consentement du peuple sahraoui", et de "permettre aux observateurs internationaux, y compris l'ONU et les organisations internationales pour le climat et les droits de l'homme, de se rendre dans le territoire occupée de manière indépendante et sans entrave".
Le Sahara occidental...un eldorado pour l'énergie
L'énergie produite sur les terres sahraouies occupées "augmente la dépendance du Maroc au territoire qu'il occupe", indique WSRW dans son rapport, soulignant que ces projets "sabotent fondamentalement" les efforts de paix de l'ONU au Sahara occidental visant à permettre l'expression du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
"L'énergie est utilisée par les industries qui pillent les ressources non renouvelables du territoire et offre des opportunités d'emploi attirant davantage de colons du Maroc. Elle pourra également, à terme, être exportée à l'étranger, y compris vers l'UE", a-t-elle déploré, s'étonnant du fait que ce pays se présente au niveau international comme "le meilleur de sa catégorie en matière d'énergies renouvelables", alors que les Etats "ne sont censés présenter que les efforts entrepris sur leur propre territoire, et non en dehors de leurs frontières".
"Le Maroc passe à l'énergie solaire et éolienne pour répondre à ses besoins énergétiques et réduire sa dépendance aux importations d'énergie", rappelle l'observatoire, notant qu'au Sahara occidental occupé "le potentiel est énorme".
L'énergie produite par les grands projets solaires et éoliens au Sahara occidental fournit l'énergie nécessaire aux grandes industries, ce qui a des "conséquences dramatiques" pour le peuple sahraoui, relève WSRW.
Présence des entreprises internationales...pas d'arguments valides
Selon l'ONG, "aucune des entreprises participant à l'industrie des énergies renouvelables à l'intérieur du Sahara occidental, y compris les plus fortement impliquées - la société italienne Enel et l'espagnole Siemens Gamesa - n'a précisé si elle avait même seulement tenté d'obtenir le consentement du peuple du territoire".
Pour elle, "les entreprises internationales utilisent une combinaison d'arguments pour tenter de justifier leurs opérations au Sahara occidental occupé, alors qu'aucun argument n'est valide".
Ces entreprises, poursuit WSRW, "se réfèrent à une prétendue +consultation+ des +parties prenantes+ ou de la 'population' locales", ce qu'elle considère comme "exactement la même approche erronée qu'adoptée par la Commission européenne dans ses accords de commerce et de pêche avec le
Maroc".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.