Recul du tirage de 80 % en prés d'une décennie    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Tebboune décide de la décerner à la défunte Aïcha Barki    Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un quart de la population africaine vit à moins de 100 km des côtes
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 10 - 2010

Un quart de la population africaine vit à moins de 100 km des côtes, d'où l'importance de faire face à l'érosion côtière, un phénomène favorisé par les changements climatiques, à travers le continent, a estimé lundi la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique (CEA) au lendemain de l'ouverture d'un Forum à Addis-Abeba. Dans un communiqué reçu à Dakar, la CEA, citant des données fournies par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), a indiqué qu'"un quart de la population africaine vit à moins de 100 km des côtes et que les villes les plus importantes du continent se trouvent sur le littoral".
Cette situation rend les populations et les villes côtières "très vulnérables à l'élévation du niveau de la mer, à l'érosion côtière et aux phénomènes extrêmes", a affirmé la CEA.
C'est dans cet ordre d'idées que cette structure a appelé les participants au Forum pour le développement de l'Afrique à se pencher sur "les problèmes qui se multiplient en adoptant une démarche dynamique et concrète pour débattre et tenir compte des recherches existantes".
Plus de 700 spécialistes des changements climatiques participaient aux assises d'Addis-Abeba qui se tiennent autour du thème : "Agir face aux changements climatiques pour promouvoir un développement durable en Afrique".
Les Etats côtiers de l'Afrique avaient à maintes reprises appelé l'Union africaine (UA), le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) à "accélérer la mise en place de financements pour la lutte contre l'érosion côtière".
Ce dispositif de lutte devrait être exécuté en rapport avec la Banque africaine de développement (BAD), le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), la Banque mondiale (BM), l'Union européenne (UE) et les pays de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI).
Les pays touchés par l'érosion côtière plaident notamment pour des "actions régionales concertées pour la lutte contre l'érosion côtière" et préconisent des programmes pour faire face également à l'"infiltration de l'eau salée" à travers les fissures des couches qui forment le plateau continental.
"L'infiltration des eaux provoque l'accumulation des sels dans les sols et affecte les nappes phréatiques et prive les populations d'eau potable dans les villes côtières", selon des experts.
Dans ce contexte, le directeur de la Division de la sécurité alimentaire et du développement durable à la CEA, Josue Dione, a rappelé que le Gouvernement gambien a dépensé des millions de dollars pour reconquérir des plages d'une importance cruciale pour le tourisme du pays.
"La mer a repris ses droits, les plages sont reconquises et le bord de mer est désormais à quelques mètres des nombreux hôtels", a constaté M. Dione, à la veille de l'ouverture des travaux de la rencontre prévue sur cinq jours.
Il est à souligner par ailleurs que le Forum, organisé conjointement par la CEA, la BAD et la Commission de l'Union africaine (CUA) porte sur "les stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques grâce à la prise de mesures efficaces en matière de politiques, de stratégies, de programmes et de pratiques", a-t-on souligné.
Selon des rapports, le continent africain contribue pour seulement 3,8% du total des émissions de gaz à effets de serre, mais les pays africains sont parmi les "plus vulnérables aux changements climatiques dans le monde".
Les recommandations attendues au terme des travaux renforceront la participation de l'Afrique aux négociations internationales sur les changements climatiques, a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.