Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux des Cours d'Ouargla et Laghouat    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Islam et la miséricorde (2è partie et fin)
Publié dans El Watan le 03 - 09 - 2008

La miséricorde de Dieu se manifeste aussi dans les moments de peine et de tristesse, la maladie ou les accidents de la vie. Aussi, chaque larme versée pour la perte d'un être cher est une source de miséricorde comme le montre cette parole du Prophète.
« Nous étions chez le Prophète, quand une de ses filles lui envoya un messager l'informant que son fils était à l'agonie, Le Prophète dit au messager : « Retourne voir ma fille et dit lui que tout ce que Dieu prend ou donne Lui appartient, qu'Il a fixé un terme pour toute chose et exhorte-la à se résigner et à compter sur Dieu. » Le messager revint et lui dit : « Elle te supplie de venir la trouver. » Aussitôt, le Prophète se leva et se rendit chez elle, accompagné de Sa'd Ibn 'Ubâda et de Mu 'âdh Ibn Jabal, et de moi-même, reprend Usâma. Quand il arriva, on lui remit l'enfant qui agonisait. Tenant l'enfant dans ses bras, le Prophète eut les larmes aux yeux. Sa'd lui dit : « Ô Envoyé de Dieu, qu'est-ce que c'est ? » « C'est, répondit-il, de la miséricorde que Dieu a placée dans le cœur de Ses adorateurs. Dieu n'est Miséricordieux qu'envers ceux de ses serviteurs qui le sont eux-mêmes » (hadith). Les musulmans ont bien compris que la miséricorde de Dieu envers Ses serviteurs est sans commune mesure avec la miséricorde d'un quelconque miséricordieux. « Si vous vouliez dénombrer la miséricorde de Dieu, Vous ne pourriez l'énumérer » (Coran XIV/34). On rapporta à ce propos qu'Omar Ibn Abdelaziz (un calife du 8e siècle) partit pou la prière le jour de la fête. Après avoir prié, il invoqua Dieu ainsi : « Ô mon Dieu ! Fais-moi miséricorde, car n'as-tu pas dit : « En vérité, la miséricorde de Dieu est proche de ceux qui font le bien. » (Coran 7/56). Si je n'en fais pas parti, je suis parmi ceux qui jeûnent : or Tu as bien dit : « A ceux et celles qui jeûnent, Dieu a promis pardon et rétribution magnifique » (Coran). Et si je ne suis pas d'entre les jeûneurs, je suis parmi les fidèles ; or Tu as dit : « Il est très Miséricordieux avec les fidèles » (Coran XXXIII/43). Si toutefois, je ne méritais pas cela, alors je suis une chose ; or Tu as dit : « Ma miséricorde s'étend sur toute chose » (Coran 7/156). Et si je n'étais pas ainsi, je reste atteint là même où Ta Miséricorde semble irrecevable, car Tu as dit : « Ceux qu'un événement atteint disent : « En vérité, nous sommes à Dieu et vers Lui nous retournerons » (Coran 2/156).
Les manifestation de la miséricorde
« Qualifiez-vous par les Attributs de Dieu », cette parole est attribuée au Prophète lui-même. Cela veut dire que lhomme a vis-à-vis des deux Noms divins, « Errahmâne » et « Errahîm » un mode de participation qui le concerne. Les êtres humains doivent être miséricordieux les uns envers les autres. Cette disposition est même l'une des plus grandes marques de la foi. Le musulman se doit ainsi d'aller à la rencontre de tous les êtres humains en gardant dans son cœur, de la tendresse, de la miséricorde et de l'amour Les proches d'un être humain ont évidement plus de droit à recevoir sa miséricorde. Mais avant de s'occuper de sa propre famille et de ses proches, l'homme doit d'abord penser à lui-même. Il doit d'abord être miséricordieux envers lui-même.
La miséricorde envers les parents
Prendre soin de ses parents, c'est s'acquitter d'une dette que l'on ne pourra jamais vraiment rembourser. « Dieu a décrété que vous n'adorerez que Lui, et que (vous manifestez) la bienséance envers vos parents : si l'un d'entre eux ou tous les deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leurs dit pas « Fi » et ne les brusque pas, mais adresse leurs des paroles généreuses. Et par miséricorde, abaisse pour eux l'aile de l'humilité, et dis : « Seigneur, Fais leur à tous deux miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit » (Coran 17/23-24).
La miséricorde avec les enfants
La miséricorde envers les enfants est un sentiment tout à fait naturel. Un jour le prophète embrassa un de ses petits enfants en présence d'un bédouin. Etonné, ce dernier lui dit : « j'ai dix enfants et jamais je n'ai embrassé l'un d'eux ». Le prophète le regarda et lui dit : « celui qui ne fait pas miséricorde, Dieu ne lui fera pas miséricorde ». Et dans une autre versions : « Que puis-je pour toi si Dieu a enlevé la miséricorde de ton cœur » (hadith).
La miséricorde entre époux
L'amour et la miséricorde sont le fondement même de la famille comme le rappelle le Coran : « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses, pour que vous trouviez auprès d'elles calme et gite, et qu'II a établi entre vous des liens de tendresse et de miséricorde, Il y a en cela des signes certains pour ceux qui méditent » (Coran 30/21). Ce verset coranique montre d'abord que la relation amoureuse est un don de Dieu, une bénédiction qui fonde l'existence même du couple, le rattachement à la transcendance. Se souvenir de ce bienfait est sans aucun doute la meilleure façon de la conserver. Ce verset parle ensuite de tendresse ou d'amour avant d'évoquer la miséricorde. Ce qui correspond bien à l'évolution du couple. Les problèmes de la vie, les difficultés et les disputes sont autant d'épreuves qui ne peuvent être surmontées sans la miséricorde, qui vient s'ajouter à la tendresse et l'amour qui sont plus forts au début du mariage.
La miséricorde envers les proches
Même si l'humanité constitue à l'origine une seule et même famille, il est évident cependant que les relations de chacun d'entre nous doivent êtres plus fortes avec ceux avec qui nous avons des liens de sang. Selon le Prophète, Dieu a dit : « Je suis Le Très Miséricordieux (Errahmâne), j'ai créé les liens de Parenté (Errahim) et J'ai fait dériver leur nom de mon propre nom .. celui qui les préservera, Je le préserverai et celui qui les romprai, Je romprai avec lui » (hadith).
La miséricorde envers les orphelins
La miséricorde envers l'orphelin est sans doute l'un des sentiments qui rapproche le plus l'homme du Tout Miséricordieux. C'est même un signe de la pureté de son âme. Un homme vint au Prophète se plaindre de la dureté de son cœur. Le Prophète lui dit alors : « Aimerais lu voir ton cœur s'adoucir et obtenir ce dont tu as besoin ? Fais miséricorde à l'orphelin, passe ta main sur sa tête, et donne lui de ta nourriture, ton cœur s'adoucira, et tu obtiendras ce dont tu as besoin. » (hadith)
La miséricorde envers les pauvres
Après avoir mentionné ta miséricorde envers l'orphelin, le Coran évoque très fréquemment le pauvre qui vit dans le dénuement et la misère : « Et lorsque Nous avons pris l'engagement des fils d'Israël : Vous n'adorez que Dieu, et (manifesterez de la) bienfaisance envers les père et mère, les proches parents, les orphelins et les pauvres .. » (Coran 2/83). Parmi les invocations du Prophète, on trouve notamment : « Grand Dieu ! Fais que j'entreprenne des actions de bien, et que je laisse toute action blâmable, et (mets dans mon cœur) l'amour des pauvres ! » (hadith)
La miséricorde envers les malades
En Islam, la maladie est une forme de purification de l'âme. L'Islam recommande d'être miséricordieux envers les malades et [es handicapés qui se trouvent souvent dans des situations de détresse. Dieu se tient toujours à côté du malade comme nous le rappelle ce très beau hadith : « Dieu Tout-Puissant dira le Jour de la Résurrection : 0 fils d'Adam, .Je suis tombé malade et tu ne m'as pas rendu visite, Il dira : Ô Mon Seigneur, comment puis-je Te rendre visite quand tu est le Seigneur des mondes ? II dira : Ne savais-tu pas que Mon serviteur Untel était tombé malade, et tu ne l'as pas visité ? Ne savais-tu pas que si tu l'avais visité, tu M'aurais trouvé avec lui ? 0 fils d'Adam, Je t'ai demandé de la nourriture et tu ne m'as pas nourri. Il dira : 0 Seigneur comment puis-je Te nourrir quand Tu es le Seigneur des mondes ? Il dira : Ne savais-tu pas que Mon serviteur Untel t'a demandé de la nourriture, et que tu ne l'as pas nourri ? Ne savais-tu pas que si tu l'avais nourri, tu aurais trouvé la récompense (d'en avoir fait autant avec Moi) ? 0 fils d'Adam, .Je t'ai demandé de la boisson et tu ne M'as pas donné à boire. Il dira : 0 Seigneur comment puis-je Te donner à boire quand Tu es le Seigneur des mondes ? Il dira : Mon serviteur Untel t'a demandé à boire, et que tu ne lui pas donné ? Si tu lui avais donné à boire, tu aurais sÛrement trouvé la récompense (d'en avoir fait autant avec Moi). (hadith)
La miséricorde envers les voisins
En Islam, le voisin a des droits qui sont pratiquement comparables à ceux des proches. Aïcha, l'épouse du prophète lui demanda un jour : (( Ô envoyé de Dieu, j'ai deux voisins. Auxquels des deux, dois-je faire un présent ? » Le prophète répondit : (( A celui dont la porte est la plus proche de la tienne » (hadith). Le prophète dit également : « L'ange Gahriel n'a cessé de me recommander (d'être bienfaisant) envers le voisin, à tel point que j'ai pensé qu'il allait en faire un héritier » (hadith). Tout cela pour nous rappeler que la vocation de tous les êtres humains est d'être des frères et des sœurs, vivant en paix et dans le respect.
La miséricorde envers les animaux
L'Islam donne aux espèces animales le statut de créatures, tout comme les être humains. C'est ainsi que le prophète dit : « Quiconque tue un oiseau sans raison valable, celui-ci se plaindra à Dieu le jour de la résurrection en disant : "0 mon Seigneur ! Untel m'a tué sans raison valable, et il ne m'a pas tué pour un profit » (hadith).
La miséricorde envers les pécheurs
Dans la tradition musulmane, la miséricorde est intimement liée à la notion du pardon. Parce que Dieu est tout miséricordieux, il pardonne tous les péchés comme le précise ce verset coranique : « Dis Ô Mes serviteurs qui avaient commis des excès à votre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Dieu en vérité pardonne tous les péchés. Oui, c'est lui le tout pardonnant, le tous miséricordieux » « Coran 39/53-59).). « Ma miséricorde embrasse toute chose » (Coran 7/156), nous dit Dieu le Coran également. C'est pourquoi l' homme doit être miséricordieux envers ceux qui font des erreurs, commettent des péchés ou sont désobéissants.
Conclusion
Dans les tous les textes cités plus haut, nous pouvons reconnaître une réelle beauté humaine et spirituelle. Dans cette lumière de la miséricorde, juifs chrétiens et musulmans peuvent facilement se reconnaître, se respecter, s'estimer et même s'aimer. Le Coran insiste sur l'obligation pour l'homme d'être miséricordieux envers ses semblables comme envers le reste de la Création, Dieu y étant Lui-même présenté comme le Tout Miséricordieux.C'est seulement dans cette attitude de compassion vécue que l'homme peut nouer une relation avec le Très Haut. La pratique de la miséricorde nous montre également que le seul chemin possible vers Dieu est celui de ('amour. S'inspirer de la Miséricorde est donc un moyen pour nous de travailler sur nous-mêmes, réveiller notre cœur et apprendre à vivre dans la proximité de celui par lequel toute chose est née. Tout acte, toute pensée, toute action doit être accompagné d'une méditation ou d'une réflexion qui nous ramène à la Miséricorde. C'est en cela que l'homme peut développer son humanité. Nous naissons homme, mais nous n'atteignons la qualité d'être humain qu'en appréhendant le sens de cette Miséricorde. C'est par l'attitude que nous avons à l'égard de nos semblables, en tant qu'être miséricordieux, que nous devenons celui qui vit de la Miséricorde et la produit autour de lui.
L'auteur est Président du Conseil régional du culte musulman (CRCM - Rhône Alpes).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.