FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    PRODUCTION D'AGRUMES : Près de 40.000 quintaux d'oranges récoltés    EXPLOITE DE MANIERE SCANDALEUSE EN FRANCE : Le médecin algérien payé ‘'à moitié prix''    LE FLN ET LE RND SE LIVRE UNE RUDE BATAILLE : La campagne des sénatoriales bat son plein à Oran    INTERDICTION DU NIQAB : Les Zaouïas appellent à une interdiction totale    LES NEGOCIATIONS ABOUTISSENT A DE "BONS RESULTATS" : Une zone de libre-échange africaine dans 10 ans    TIARET : Un homme et une femme écroués pour charlatanisme    AIN TEMOUCHENT : 07 harraga portés disparus en mer    ORAN : Un jeune arrêté pour chantage sur facebook    L'art de la confusion.    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Léo Rojas, nous y étions !    Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une localité qui veut sortir de l'oubli
Kristel
Publié dans El Watan le 14 - 09 - 2008

C'est en dévalant la route pente raide que nous filons droit vers le petite localité de Kristel, où l'on aborde les maquis en lisière typiques des petits villages de pêcheurs.
A Kristel, peu exubérant en période automnale, même les paysages délicats et les scènes des oiseaux migrateurs que révèle la zone montagneuse et les dépressions sont empreints de gravités. Malgré des handicaps liés à l'enclavement et au relief accidenté de son territoire, Kristel est avant tout une localité à vocation piscicole qui veut sortir de l'oubli. Avec des projets ambitieux et son architecture prématurément vieillie, Kristel est marqué par son destin de village à l'orée de la mer. Certes, de nouvelles habitations ont été édifiées par les « Kristelis » émigrés en France et ailleurs pour loger leurs familles. Mais en vérité, Kristel, située en un point particulièrement stratégique en bordure des villes d'Oran et d'Arzew, est avant tout un nœud de communication maritime et terrestre. Les habitants de « Kerchet Ettel » voient la beauté du site rétrécir comme une peau de chagrin. En effet et vue de près, l'abandon à outrance de cette paisible localité a fini par provoquer des disparités parmi la population dont une majorité a préféré plier bagages. Pour des raisons évidentes liées à l'absence de politique sociale, des superficies importantes ne sont plus exploitées par les petits agriculteurs. Ainsi, sur une trentaine de fellahs qui exploitaient les jardins potagers, seuls 10 maraîchers ont pu s'accrocher à leurs modestes exploitations.
Dérisoire budget
À côté de ces extrêmes, le chômage, qui touche de plein fouet 70% des jeunes, n'est pas fait pour arranger les choses. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la petite localité de Kristel ne profite pas de la manne pétrochimique des pôles industriel et pétrochimique que sont Oran et Arzew. Hormis un dérisoire budget de fonctionnement, Kristel fait piètre figure devant les communes d'Arzew et de Gdyel lesquelles accumulent la taxe sur l'activité professionnelle (TAP). « Nous demandons seulement la prise en charge de nos problèmes sociaux et la valorisation de notre patrimoine balnéaire et touristique qui suffiraient à faire vivre largement la commune », affirment les habitants rencontrés sur place. Selon eux, une partie de la localité est anarchiquement exploitée par une poignée d'opportunistes qui n'ont cure de la situation socioéconomique de Kristel. Même l'exploitation des plages rocheuses du littoral est assiégée par des masses de remblai et de déchets durant la période estivale. Les habitants lorgnent les potentiels investisseurs pour faire prospérer le tourisme balnéaire dont la beauté du site marin et montagneux est incomparable. Mais si 40% de la population semble vivre de la pêche, 60% des habitants de Kristel aspirent à vivre du secteur du tourisme.
L'inexistence de structures d'accueil comme les hôtels ou les complexes dénaturent le sens même du cachet de Kristel qui reste, malgré tout, une localité côtière par excellence. « Les rares investisseurs qui daignent mettre leur argent dans des projets touristiques se rétractent devant l'absence de viabilisation et les lenteurs administratives », déplorent des jeunes chômeurs. A présent, leurs yeux sont rivés sur l'abri de pêche en construction tant attendu par les pêcheurs qui n'auront plus à écouler leurs prises à Oran ou à Arzew. Devenue commune à la faveur du découpage de 1985, Kristel est aussi réputé pour la saveur de son eau limpide, la fraîcheur de ses maraîchages et la succulence de ses poissons. L'espoir renaîtra sans doute après la concrétisation de l'abri de pêche au profit des jeunes chômeurs qui ne peuvent aller en mer faute du précieux fascicule qui ouvre la voie maritime aux embarcations de pêche de fortune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.