Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Côte Ouest : la face cachée
Kristel : un port dans la Sierra
Publié dans Info Soir le 18 - 08 - 2004

Répartition En 1880, l?embryon d?état civil colonial distinguait entre ceux qui étaient nés au port d?Oran et qu?il appela Oranais et ceux qui étaient nés hors du port et qu?il désigna sous le nom de tribus d?Oran.
Ces tribus, qui peuplèrent la haute plaine qui servira plus tard d?assiette à la ville que nous connaissons aujourd?hui, étaient exclusivement originaires des zones les plus pauvres de la région : El-Gaâda, Tafraoui (souvenez-vous la peste de Kehaïlia) et Kristel. En fait, les zones les plus enclavées. Particulièrement Kristel.
Ici, les mêmes familles se perpétuent, de père en fils depuis dix générations. Sans déroger à la règle. Les mêmes coutumes sont observées, les mêmes traditions sont conservées. Même l?eau est distribuée en fonction des besoins de chaque famille, au niveau de l?agriculture essentiellement. A la manière des us de Kristel, à la kristellienne.
Mais où se trouve Kristel, que les Arabes ont toujours prononcé Krichtel ? C?est une crique qui sert de refuge aux petits pêcheurs, coincée entre la montagne des Lions et l?entonnoir des trois Hassi (Ameur, Bounif et Mefsoukh).
A partir d?Oran on peut rallier ce petit port en passant par Canastel, la corniche-est et Aïn Franin et depuis Arzew par le village de Gdyel (ex-St-Leu) puis la départementale qui traverse une région très dense par ses maquis et ses forêts, mais aussi très peu peuplée. Ce qui explique pourquoi les rares terroristes qui activent dans la région se sont toujours repliés ici. D?ailleurs, la plupart de leurs forfaits ont été commis sur place. Lorsqu?on visite pour la première fois Kristel, on est tout de suite frappé par le côté Casbah du village. A part l?école primaire laissée par les Français et qui tenait encore il y a quelques années, le reste est un bazar de maisons basses, d?échoppes et de vieux commerces.
Et puis il y a la mer. Non pas celle généreuse, impétueuse, volontaire, paisible ou démontée, salvatrice ou démente. Non. Cette mer est presque réglée sur une mécanique ondulatoire. Quant à sa berge, pas la peine de rêver. Il n?y a ni palmier, ni sable fin et doré, ni même de sable tout court. C?est un pavé, un gros pavé de galets qui n?encourage ni le rêve, ni la pêche, ni la méditation. On ne se baigne pas à Kristel. On regarde les vagues mourir et les galets voler? c?est tout.
En fait, Kristel vit en dehors de sa mer. Elle lui tourne le dos comme si elle n?existait pas ou qu?elle faisait partie du parc immobilier de la cité. La raison en est très simple. Parce que la mer a été pingre avec les Kristellis : ni poissons en abondance, ni vacanciers en surnombre, ni espaces pour se baigner. Rien. La mer a toujours été avare ici. Elle n?a jamais rien offert aux villageois et les villageois ne lui offriront jamais rien.
C?est dans la culture du Kristelli : la mer est excentrique dans ses rapports avec le monde et le monde, à preuve du contraire, a les pieds fermes. Et c?est précisément sur la terre ferme que Kristel, déjà terriblement isolée du reste du monde, nouera et tissera ses plus solides relations avec l?autre.
Curieusement, c?est dans ses rapports avec les animaux qu?elle construira son identité.
Ainsi et concernant les êtres marins, les enfants ont apparemment un penchant prononcé pour les anguilles, tellement prononcé qu?il y a quelques années, ils avaient fait du bassin communal un aquarium pour l?un de leurs protégés qu?ils avaient baptisé Popeye.
Ce n?est donc pas demain la veille que Kristel s?ouvrira au monde extérieur et ce n?est pas demain la veille non plus qu?elle y mettra les pieds. Téléphone, parabole, antennes télé, proximité d?une métropole de la taille d?Oran, Kristel reste un port d?un autre âge, une cité où le temps s?est irrémédiablement figé.
A moins?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.