153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



600 000 enfants mal nourris en Algérie
Journée mondiale de l'alimentation
Publié dans El Watan le 19 - 10 - 2008

La Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) a saisi l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation, célébrée le 16 octobre, pour interpeller les pouvoirs publics sur la gravité du problème de malnutrition en Algérie.
Se référant à l'enquête diligentée en 2006 par le ministère de la Santé et l'Unicef, la Forem révèle qu'environ un enfant de moins de cinq ans sur cinq (18%) présente une malnutrition, soit un chiffre absolu de près de 600 000 enfants, dont 150 000 présentent une forme aiguë sévère de malnutrition, c'est-à-dire en danger de mort. L'organisation de Mostéfa Khiati ajoute que 50 000 nouveau-nés naissent avec un poids inférieur aux normes et qui vont nécessiter des soins mais également le recours fréquent aux médecins étant donné leur fragilité particulière.
Analysant ce constat, la Forem indique que la malnutrition paraît être liée dans notre pays à deux facteurs souvent associés : une pauvreté structurelle et/ou une absence d'éducation sanitaire. On estime, en effet, qu'une famille sur 5 (1,2 million de ménages) n'arrive pas à disposer de sa ration calorique journalière.Il existe, par ailleurs, une tendance à une alimentation déséquilibrée, donc à la malnutrition, dans de nombreuses familles pouvant pourtant assurer leurs besoins alimentaires.
Cette situation témoigne de la faiblesse de l'éducation sanitaire et du peu d'intérêt accordé par les médias aux problèmes de la rationalisation de l'alimentation. En guise de solution, la Forem souligne que la mise en place d'un observatoire national sur la malnutrition apparaît comme une mesure importante sur le plan de l'évaluation et du suivi de la population. Pour la Forem, la prise en charge du problème de la malnutrition est multisectorielle et ne dépend pas uniquement du département de la Santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.