Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui bloque la loisur le livre ?
Le texte est prêt depuis trois ans
Publié dans El Watan le 02 - 11 - 2008

Sofiane Hadjadj, des éditions Barzakh, précise qu'il y a trois ans les syndicats des éditeurs et des libraires avaient remis leurs propositions au ministère de la Culture. « Le ministère, qui bénéficie désormais d'un gros budget, a entre les mains tous les éléments pour élaborer la loi. Pourquoi ne le fait-il pas ? Point d'interrogation », indique-t-il. Lazhari Labter, des éditions Alpha, ne comprend pas le retard mis dans la promulgation de ce texte.
Il rappelle que des assises du livre ont été organisées il y a sept ans avec tous les acteurs du secteur, dont la Bibliothèque nationale, l'Office des droits d'auteur et l'Unesco qui a expédié à Alger son meilleur spécialiste, Alvaro Garzón. « Cela fait sept ans qu'on entend le même discours : le projet de loi est sur le bureau du chef du gouvernement, il va bientôt atterrir à l'APN...Aucune nouvelle à ce jour », s'indigne-t-il. Il précise que cette loi ne va pas porter sur « qui censure et régente », mais sur « qui protège, promeut et encourage » le livre. Dans la quarantaine de recommandations retenues après les assises, figurait le projet de créer un centre national du livre. Cette création a été annoncée officiellement. « Tant mieux ! Mais, qu'attend-on pour promouvoir la loi sur le livre ? Il est évident que c'est une question de volonté politique. Si on avait voulu le faire, on l'aurait fait il y a sept ans. Cela dit, ce n'est jamais trop tard », ajoute Lazhari Labter. Bachir Mefti, des éditions El Ikhtilef, ironise : « On adore parler des lois en Algérie, un pays qui en produit 70 000 ! Mais, l'efficacité de ces textes n'existe pas. » Il dit être hostile aux lois qui « compliquent les choses ». « Cependant, nous souhaitons cette loi sur le livre et qu'on fasse la différence entre ces produits culturels et ceux qui relèvent du pur commerce. » Sid Ali Sakhri, de l'Association des libraires algériens (Aslia) rejoint Lazhari Labter dans l'idée qu'il y a un manque de volonté politique pour mettre en pratique la loi sur le livre. Il pense que les choses ont été faites pour les professionnels au niveau du ministère de la Culture, mais qu'il existe « un manque de communication ». « Il faut parler de politique du livre et pas uniquement de loi », suggère-t-il. En attendant la mise en application de la loi, Lazhari Labter propose d'exonérer d'impôts à des périodes déterminées tout imprimeur qui se lance dans la fabrication de livres et tout libraire qui s'installe dans une ville ou un village. « Il y a plusieurs moyens de soutenir la production nationale.
Les éditeurs n'ont pas demandé à l'Etat de leur donner de l'argent. Ils ont juste besoin d'encouragement sur certains chapitres », dit-il. Autre question : pourquoi le livre algérien n'est-il pas exporté ? Bachir Mefti rappelle que lors d'une récente visite en Algérie, le poète syrien Adonis s'est interrogé sur l'absence des ouvrages algériens dans le Monde arabe. « Il était étonné par le fait que les Algériens lisent les œuvres éditées au Moyen-Orient. Et dans cette région, les lecteurs n'ont aucune idée sur les livres publiés en Algérie », relève-t-il. Selma Hellal, des éditions Barzakh, estime que « tout est fait et pensé au niveau légal » pour empêcher l'exportation du livre, même en faibles quantités. « C'est un véritable parcours du combattant. Il faut surmonter d'énormes obstacles. Nous avons eu l'amère expérience lorsque nous avons voulu exporter vers la Tunisie un livre de Youssef Seddik. Il nous a fallu nous battre pendant trois mois... », témoigne-t-elle. Cette mauvaise aventure lui permet de dire que l'Union pour le Maghreb arabe (UMA) est une coquille vide. Lazhari Labter note que les procédures douanières et bancaires relatives aux opérations d'export sont complexes. « C'est tellement compliqué que ça décourage tous les éditeurs. Seul l'éditeur baisse les bras face à la machine bureaucratique. Il va perdre de l'argent et surtout perdre la tête face à tant de barrières. Il faut que l'Etat, au plus haut niveau, encourage l'exportation du livre. Il y va de l'image de marque de l'Algérie », estime-t-il. Citant l'exemple de la France où les éditeurs bénéficient des garanties Coface, il suggère que l'Etat facilite les procédures et baisse les taxes. « A l'étranger, de part notre participation aux Salons de Paris, Le Caire, Abou Dhabi ou ailleurs, nous savons que nos livres sont demandés », appuie-t-il. « Au fond, le véritable problème est que le livre est traité en Algérie comme toute autre marchandise. Les lois applicables à l'importation des véhicules sont également appliquées aux livres. Aucune exception n'est accordée à ce produit culturel », remarque Bachir Mefti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.