Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Francophonie
L'adhésion se confirme
Publié dans El Watan le 04 - 01 - 2005

L'Algérie et la France signeront leur traité d'amitié durant l'année en cours, a indiqué hier le ministre des Affaires étrangères, Abdelaziz Belkhadem, dans une déclaration à la Chaîne III.
« Le traité d'amitié algéro-français sera signé cette année. Nous sommes sur le point de terminer la rédaction de l'avant-projet », a-t-il mentionné. Le chef de la diplomatie algérienne a annoncé « du nouveau dans les relations algéro-françaises, particulièrement au niveau des rencontres ministérielles ». Celles-ci devraient prendre « une forme très élargie ». Belkhadem se refusera toutefois à donner plus de détails en mettant en avant le fait que le dossier « fait encore l'objet de tractations entre les délégations des deux pays ». La conclusion de ce traité d'amitié, convenue en avril 2004 à l'occasion d'une visite du président Chirac à Alger, est destinée à couronner les efforts déployés ces dernières années par Alger et Paris pour impulser une nouvelle dynamique aux relations algéro-françaises et servir de cadre au partenariat d'exception souhaité par les deux pays. Intervenant lors de l'émission hebdomadaire « Questions de l'heure » de la Chaîne III, le ministre des Affaires étrangères a fait part, également, de la décision de l'Algérie d'adhérer, à terme, à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). « A partir du moment où il y a eu un découplage entre la francophonie en tant qu'espace partageant l'usage de la langue française et la francophonie comme vecteur d'une politique donnée, il n'y a plus de problème pour adhérer à la francophonie. Je ne sais quand cela se fera, mais nous y allons », a-t-il déclaré. Dans une contribution adressée en novembre 2004 à la presse, Kamel Rezag Bara, actuellement membre de la Commission africaine des droits de l'homme, en sus de confirmer la participation du président Bouteflika au rendez-vous de Ouagadougou de l'OIF, avait déjà, rappelle-t-on, fortement conforté l'idée d'une adhésion de notre pays à cette organisation. Pour faire valoir cette option, l'ancien président de l'Office national des droits de l'homme (ONDH) s'était attardé particulièrement sur les contextes national et international dans lesquels allait intervenir le 10e sommet de la francophonie ainsi que les objectifs et les évolutions ayant marqué l'organisation des pays francophones. Il a mis également l'accent sur « l'évolution significative des relations entre la France ayant en partage avec elle l'usage total ou partiel de la langue française ». Un fait, a-t-il dit, « particulièrement vrai dans le cas de l'Algérie, qui était déjà présente en tant que pays invité au sommet de la francophonie de Beyrouth en 2002 (...) ». Soulignant le caractère mondial de l'espace francophone représenté par l'OIF, M. Rezag Bara a rappelé, à cette occasion, que l'Algérie considérait la langue française comme un « tribut de guerre » et indiqué que pour notre pays la question de l'appartenance à l'espace politico-culturel francophone ne semble plus devoir être posée autour de la problématique fondamentale « d'y être ou de ne pas y être ». Pour soutenir son raisonnement, il a puisé ses arguments d'une déclaration dans laquelle le chef de l'Etat, « tout en affirmant que la société algérienne repose sur le triptyque du socle identitaire arabo-islamique et amazigh, a marqué (...) son désir de lever certains tabous, dont celui de la reconnaissance de la place de la langue française en Algérie ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.