Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Francophonie
L'adhésion se confirme
Publié dans El Watan le 04 - 01 - 2005

L'Algérie et la France signeront leur traité d'amitié durant l'année en cours, a indiqué hier le ministre des Affaires étrangères, Abdelaziz Belkhadem, dans une déclaration à la Chaîne III.
« Le traité d'amitié algéro-français sera signé cette année. Nous sommes sur le point de terminer la rédaction de l'avant-projet », a-t-il mentionné. Le chef de la diplomatie algérienne a annoncé « du nouveau dans les relations algéro-françaises, particulièrement au niveau des rencontres ministérielles ». Celles-ci devraient prendre « une forme très élargie ». Belkhadem se refusera toutefois à donner plus de détails en mettant en avant le fait que le dossier « fait encore l'objet de tractations entre les délégations des deux pays ». La conclusion de ce traité d'amitié, convenue en avril 2004 à l'occasion d'une visite du président Chirac à Alger, est destinée à couronner les efforts déployés ces dernières années par Alger et Paris pour impulser une nouvelle dynamique aux relations algéro-françaises et servir de cadre au partenariat d'exception souhaité par les deux pays. Intervenant lors de l'émission hebdomadaire « Questions de l'heure » de la Chaîne III, le ministre des Affaires étrangères a fait part, également, de la décision de l'Algérie d'adhérer, à terme, à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). « A partir du moment où il y a eu un découplage entre la francophonie en tant qu'espace partageant l'usage de la langue française et la francophonie comme vecteur d'une politique donnée, il n'y a plus de problème pour adhérer à la francophonie. Je ne sais quand cela se fera, mais nous y allons », a-t-il déclaré. Dans une contribution adressée en novembre 2004 à la presse, Kamel Rezag Bara, actuellement membre de la Commission africaine des droits de l'homme, en sus de confirmer la participation du président Bouteflika au rendez-vous de Ouagadougou de l'OIF, avait déjà, rappelle-t-on, fortement conforté l'idée d'une adhésion de notre pays à cette organisation. Pour faire valoir cette option, l'ancien président de l'Office national des droits de l'homme (ONDH) s'était attardé particulièrement sur les contextes national et international dans lesquels allait intervenir le 10e sommet de la francophonie ainsi que les objectifs et les évolutions ayant marqué l'organisation des pays francophones. Il a mis également l'accent sur « l'évolution significative des relations entre la France ayant en partage avec elle l'usage total ou partiel de la langue française ». Un fait, a-t-il dit, « particulièrement vrai dans le cas de l'Algérie, qui était déjà présente en tant que pays invité au sommet de la francophonie de Beyrouth en 2002 (...) ». Soulignant le caractère mondial de l'espace francophone représenté par l'OIF, M. Rezag Bara a rappelé, à cette occasion, que l'Algérie considérait la langue française comme un « tribut de guerre » et indiqué que pour notre pays la question de l'appartenance à l'espace politico-culturel francophone ne semble plus devoir être posée autour de la problématique fondamentale « d'y être ou de ne pas y être ». Pour soutenir son raisonnement, il a puisé ses arguments d'une déclaration dans laquelle le chef de l'Etat, « tout en affirmant que la société algérienne repose sur le triptyque du socle identitaire arabo-islamique et amazigh, a marqué (...) son désir de lever certains tabous, dont celui de la reconnaissance de la place de la langue française en Algérie ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.