L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    Se protéger pour protéger les autres    Tébessa: L'éternel problème d'eau    Bouira: Des activités des marchés à bestiaux et des centres commerciaux suspendues    Ils étaient exposés dans un musée à Paris: L'Algérie récupère les crânes de 24 de ses résistants    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    l'Algérie a honoré sa dette    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Le schiste américain dans le rouge    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relations algéro-françaises
Signature du traité d'amitié en 2005
Publié dans El Watan le 14 - 07 - 2004

La conclusion du traité d'amitié entre l'Algérie et la France, annoncée dans le prolongement de la Déclaration d'Alger, signée par les chefs d'Etat des deux pays en mars 2003, interviendra dans le courant de l'année 2005.
C'est ce qu'a annoncé, hier, à Djenane El Mithaq le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier. Lors d'une conférence de presse animée conjointement avec son homologue algérien, Abdelaziz Belkhadem, M. Barnier, arrivé lundi à Alger pour une visite officielle de deux jours, a précisé que ce traité d'amitié inclura la coopération bilatérale, prendra en compte les dimensions euro-méditerranéennes des relations algéro-françaises et abordera des questions de sécurité et de défense. Il a ajouté que celui-ci s'élargira aussi au travail de mémoire mené depuis 1999 par les deux pays lors du « réchauffement » des relations algéro-françaises. Réchauffement, a-t-il dit, catalysé par l'amitié personnelle liant Jacques Chirac à Abdelaziz Bouteflika. Destiné à cicatriser les plaies de la guerre d'Algérie et renforcer la réconciliation entre les deux peuples, le point du traité portant sur « le travail de mémoire » devrait comporter une disposition autorisant les harkis à voyager en Algérie. A la question de savoir si les discussions entre les autorités françaises et algériennes ont inclus le dossier des harkis, M. Barnier a répondu par l'affirmative. Il a tenu, à l'occasion, à remercier son homologue algérien pour « les efforts déployés pour faciliter les rencontres et les retours des membres de cette communauté française ». Au nom du président Chirac, M. Barnier s'est dit « particulièrement touché » par le fait que le président Bouteflika « a bien voulu accepter de participer », le 15 août prochain, à la cérémonie du Débarquement, prévue dans le sud de la France. « Ce geste du Président algérien nous va droit au cœur. Cet événement sera l'occasion de saluer ensemble la mémoire des soldats algériens décédés lors de ce débarquement et de remercier les vétérans algériens qui ont participé à la libération du continent européen et de nos pays », a-t-il déclaré. Venu à Alger avec pour mission de « relancer la coopération algéro-française », Michel Barnier, paraphrasant le général de Gaulle, a indiqué que son pays porte « un attrait particulier et étendu » pour l'Algérie. « Le gouvernement français, comme le lui a demandé le président Chirac, est mobilisé pour nourrir les relations entre nos deux peuples », a-t-il dit. Rappelant la portée politique du récent déplacement, à Alger, de Chirac, le chef de la diplomatie française a indiqué que la visite en Algérie de Michelle Alliot-Marie, la ministre française de la Défense, et le retour de Nicolas Sarkozy « apporteront la preuve de l'intérêt porté par la France au développement de sa coopération avec l'Algérie ». Si les Algériens attendent les investissements directs français, certaines sources parlent déjà de la possibilité de la conclusion d'un accord de défense entre Paris et Alger en marge de la visite de Michelle Alliot-Marie. Le ballet diplomatique entre Alger et Paris ne devrait pas s'arrêter là puisque les ministres français de l'Intérieur et de l'Education sont également attendus à Alger durant le courant de l'année. De son côté, Abdelaziz Belkhadem a annoncé les visites en France des ministres algériens de l'Habitat, de l'Energie, des Travaux publics, des Ressources en eau, de la Santé et de la Justice. Michel Barnier a souligné la nécessité d'aller au-delà des mots et des discours pour traduire sur le terrain la bonne santé des relations algéro-françaises. Et à ceux qui doutent, actuellement, du caractère concret de ces relations, il a évoqué la signature, à l'occasion, de quatre accords. Le plus important d'entre eux porte sur la création d'une école algérienne des affaires, dont le diplôme sera reconnu dans les deux pays. Les autres accords permettront à l'Algérie de bénéficier de l'expérience de la France dans les domaines de la prévention des risques majeurs, de la recherche archéologique et de l'hydraulique. Les discussions entre les deux parties n'ont pas porté uniquement sur « des sujets présentant de grandes convergences de vue comme c'est le cas des dossiers de la Palestine et de l'Irak ou du règlement des autres conflits importants de la planète ». Si l'approche développée par M. Barnier sur l'intégration maghrébine, la démocratisation des pays d'Afrique et du monde arabe et du pluralisme médiatique peut donner matière à satisfaction à Alger, il n'en est pas de même pour la question du Sahara-Occidental. Le « dialogue direct entre Alger et Rabat » prôné par Paris pour régler le dossier sahraoui a déplu. Et Belkhadem ne s'est d'ailleurs pas gêné pour le dire. Dans le cas du non-règlement, à moyen terme, de la question, il est possible que les grincements de dents continueront à se faire entendre à Paris et à Alger, même après la signature très attendue de leur traité d'amitié.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.