Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Pour une présidentielle dans 6 moi    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique se cherche une solution au financement de l'investissement
Avec des besoins en infrastructures de 170 milliards de dollars
Publié dans El Watan le 30 - 07 - 2018

Avec un marché de consommation de 2 milliards d'habitants à l'horizon 2050 et un volume d'échanges commerciaux de l'ordre de 6700 milliards de dollars d'ici 2030, le continent africain offre de grandes potentialités d'investissements. Des potentialités que la Banque africaine de développement (BAD) appelle à saisir pour développer des projets durables et viables. Dans ce cadre, se tiendra en novembre prochain (du 7 au 9) à Johannesburg, en Afrique du Sud, la première édition de l'Africa Investment Forum (AIF). Une rencontre qui se veut, selon ses initiateurs, un espace de rencontres et de transactions concrètes entre promoteurs de projets, investisseurs et décideurs institutionnels. En prévision de ce rendez-vous continental, des réunions régionales ont eu lieu, la semaine dernière à travers des road show) tenus entre le 23 et 29 juillet, respectivement à Tunis, le Caire Casablanca et Alger (hier) pour exposer les grandes lignes de ce forum. Le road show fera escale en Egypte, au Caire, le 25 juillet, le but étant d'encourager les investisseurs de ces pays à adhérer à ce forum considéré comme «une réponse concrète au défi du financement de l'investissement auquel l'Afrique est confrontée», selon Lassaâd Lachaâl, conseiller spécial du président du Groupe de la BAD.
Pour sa part, la directrice générale adjointe de la banque pour l'Afrique du Nord, Yacine Diama Fal, estime que ce forum aidera à sélectionner les projets, à attirer les investisseurs, à faciliter et à structurer les transactions pour en accélérer la clôture financière. «Nous ne pouvons plus attendre : nous avons besoin d'investissements et de transactions pour accélérer la transformation de l'Afrique.
Faudrait-il justement rappeler dans ce cadre que les besoins en infrastructures du continent se chiffreraient entre 130 et 170 milliards de dollars par an, notamment en éclairage, énergie, alimentation, industrialisation, inclusion et amélioration de la qualité de vie» , selon l'édition 2018 de Perspectives économiques en Afrique, le rapport phare de la Banque africaine de développement. Ce qui constitue d'importantes opportunités pour le secteur privé. En 2016, le total des engagements a atteint, pour rappel, 63 milliards de dollars seulement, soit un déficit de financement oscillant entre 67 et 107 milliards de dollars par an.
C'est pour pallier ces difficultés que la banque et ses partenaires s'emploieront, à travers l'Africa Investment Forum, à identifier et améliorer des projets bancables, à attirer des coinvestisseurs et à faciliter les transactions. Ce que rappellera Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, mettant en exergue la nécessité de trouver une réponse concrète aux défis du financement de l'investissement et du développement auxquels l'Afrique est confrontée.
Le ministre sud-africain des Finances, Nhlanhla Nene, a également apporté son soutien. «L'Africa Investment Forum est, de fait, le marché de l'investissement en Afrique», a-t-il déclaré lors du lancement de l'initiative en mai dernier. «Nous ne doutons pas qu'il aura l'effet escompté sur le développement. L'Afrique du Sud est non seulement un point d'entrée pour les investissements sur le continent, mais aussi un investisseur africain de premier plan. Nous vous remercions de permettre à l'Afrique du Sud d'accueillir cette première édition», a-t-il ajouté. En somme, de fortes attentes sont formulées à l'égard de cette initiative détaillée hier à Alger pour permettre aux différents acteurs qui comptent s'y impliquer de connaître le mécanisme et le fonctionnement de cette nouvelle plateforme pour réussir à en tirer profit, notamment en cette période de crise, où les besoins en financements sont importants, notamment pour rattraper le retard accusé dans certains secteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.