Vers l'élection d'un autre président    17 recommandations adoptées    Plaidoyer pour une agriculture «raisonnée»    L'Américain Pompeo tente de dénouer l'affaire Khashoggi avec Riyad    TARIFS DES VEHICULES NEUFS MADE IN ALGERIA    Evolutions en profondeur    La LFP établit le calendrier de la phase aller    Les Verts mal inspirés !    Madar Holding va acquérir 67% des actions de la SSPA    Arrestation de 4 dealers dans 3 opérations différentes    Plus de 16 000 doses pour Jijel    Le chocolat peut provoquer des migraines    Alger sous le charme du classique    Nobel de la paix : mérite et contexte !    Relizane - Travaux publics : le casse-tête des délais de réalisation    Aïn El-Turck: Les demandeurs de logement reviennent à la charge    Ni rébellion ni déstabilisation    Attentat du Palais du Gouvernement: Le dossier de nouveau devant la justice    Guelma: Un 17 octobre 1961...    Saïd Bouhadja. Président de l'APN : «Ma démission a été exigée en dehors du Parlement»    Les Etats-Unis développent de nouveaux sites militaires en Europe    Brèves…    Une poudrière sociale appelée Maroc    Les relations économiques sino-russes passent à la vitesse supérieure    Portant ratification d'accords entre l'Algérie et quatre pays : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Les investissements privés en cale sèche    L'ASMO s'apprête à revenir au stade Bouakeul, la crise financière s'amplifie    Le CR Belouizdad sanctionné d'un match à huis clos    Ligue 1 (mise à jour) : L'USMA rejoint la JSK en tête, le MCA s'offre le CSC (2-1)    Mobilis au Salon international des énergies renouvelables ERA 2018    lancement d'une nouvelle offre digitale    Exploitations agricoles: Fin 2018 dernier délai pour la conversion du droit de jouissance en droit de concession    Point focal de la mobilisation et de la vigilance    Inscriptions en Master 1 : La grogne des étudiants recalés    24 heures    Iferhounène : Les villageois protestent    «Plus de 1.500 magistrats ont été désignés pour superviser les prochaines élections»    Combiné avec munitions réelles Gaïd : Salah supervise l'exécution d'un exercice démonstratif    Risque de flux migratoires «plus inquiétants» à cause de la situation au Sahel    57ème anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961    Nouveau rebondissement    Festival international de théâtre de Béjaïa    Cheurfa N'Bahloul : Saïd Guerdi, ancien membre de l'ALN, n'est plus    Bataille de Tinsaouine (Yakourène) en 1959 : Le jour où deux sœurs sauvèrent un moudjahid    Les Rouge et Noir annoncent la couleur    Les verts s'inclinent à cotonou    La coalition de Merkel en plein doute    Une bande démantelée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place
Mohand Bakir. Journaliste Mourad Tagzout. Ancien militant du PAGS immigration
Publié dans El Watan le 21 - 09 - 2018

Avant, c'était le FLN qui participait à la Fête de l'Humanité. Car le Parti d'avant-garde socialiste (PAGS), lui, était boycotté par le PCF pour le compte du FLN depuis le milieu des années 1970, et ce, jusqu'à sa légalisation en 1989.
Pour vous dire, le PAGS a été longtemps, aussi bizarre que cela puisse paraître, clandestin à la Fête de l'Humanité. Heureusement, il y avait Henri Alleg et d'autres camarades qui ont fait la Révolution algérienne, qui ont aidé les Pagsistes à s'organiser à l'intérieur des activités de l'Huma. Le pourquoi de cette décision du PCF réside dans l'histoire du FLN et de Boumediène. Quand Ben Bella était au pouvoir, l'Union soviétique considérait à l'époque le FLN comme partie du front mondial anti-impérialiste.
Mais il s'est mis un peu en observation après le coup d'Etat de Boumediene contre Ben Bella en 1965. Ce dernier a commencé à réprimer le Parti communiste algérien (PCA) et les benbellistes. La prison d'El Harrach était bondée de prisonniers qui se faisaient souvent torturer etc. Mais le regard de l'Union a changé depuis la guerre israélo-arabe en 1967. Boumediène s'est positionné aux côtés de l'Egypte. L'Union soviétique s'est dit que finalement, rien n'avait changé des positions révolutionnaires de l'Algérie et, donc, elle est restée anti-impérialiste. Il y a eu une injonction en direction des communistes pour leur dire qu'ils doivent essayer de trouver un compromis avec Boumediène.
C'est à partir de là, dans le but de ne pas gêner les Algériens, que le PCF a décidé de ne plus inviter le PAGS. Le FLN de Boumediène était très intelligent car avec l'image de l'anti-impérialiste qu'il a réussi à vendre, il a pu acheter beaucoup de forces de gauche. Et puis, il y avait aussi l'Amicale des algériens qui était forte surtout financièrement et qui a réussi à faire le travail pour le FLN en France.
Ce dernier a continué à venir à la Fête de l'Humanité jusqu'à ce que le PCF arrête de l'inviter, en 1992. Depuis, il y a eu quelques participations du RCD et du FFS, mais ces partis ne sont plus revenus, pour des questions d'argent, ont-ils justifié. Depuis, c'est le MDS qui a continué à venir jusqu'à la mort d'El Hachemi Chérif. Il y avait des débats et des rencontres intéressantes, mais de moins en moins depuis quelques années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.