Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Le débat est ailleurs    Transfert illicite de capitaux: Les douanes cibleront les passagers à risque dès 2019    Chlef: Ténès se souvient    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Coupe d'Algérie - 32es de finale: Le MCO, le PAC et le CABBA passent, la JSK au tapis    MC Saïda: Un avenir très incertain    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    MCA-Al Merreikh (Soudan) en quarts de finale    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    150 demandes de brevet d'invention déposées depuis début 2018    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Sahara occidental : Notre bataille au niveau de la justice européenne a changé le cours du conflit    Transport & logistique : Les principales contraintes aux exportations    Grève des travailleurs en CTA du Complexe sidérurgique d'El Hadjar : Le dialogue et la concertation priment pour dénouer la situation    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Des produits aux substances dangereuses    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Coupe d'Algérie de football (32es de finale) : MB Bazer Sakhra, première surprise des 32es de finale    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    Journée arabe de la police: Une centaine de policiers promus à Sidi Bel Abbès    Constantine: Des bénéficiaires du LPL réclament l'accélération de la remise des clés    «The Algiers Singers» en concert: Ambiance festive à Notre Dame d'Afrique    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Les dangereuses nouvelles filières    Décès du vice-président de l'APW    Ahl El Andalous et leurs invités, ce soir, à l'Opéra d'Alger    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place
Mohand Bakir. Journaliste Mourad Tagzout. Ancien militant du PAGS immigration
Publié dans El Watan le 21 - 09 - 2018

Avant, c'était le FLN qui participait à la Fête de l'Humanité. Car le Parti d'avant-garde socialiste (PAGS), lui, était boycotté par le PCF pour le compte du FLN depuis le milieu des années 1970, et ce, jusqu'à sa légalisation en 1989.
Pour vous dire, le PAGS a été longtemps, aussi bizarre que cela puisse paraître, clandestin à la Fête de l'Humanité. Heureusement, il y avait Henri Alleg et d'autres camarades qui ont fait la Révolution algérienne, qui ont aidé les Pagsistes à s'organiser à l'intérieur des activités de l'Huma. Le pourquoi de cette décision du PCF réside dans l'histoire du FLN et de Boumediène. Quand Ben Bella était au pouvoir, l'Union soviétique considérait à l'époque le FLN comme partie du front mondial anti-impérialiste.
Mais il s'est mis un peu en observation après le coup d'Etat de Boumediene contre Ben Bella en 1965. Ce dernier a commencé à réprimer le Parti communiste algérien (PCA) et les benbellistes. La prison d'El Harrach était bondée de prisonniers qui se faisaient souvent torturer etc. Mais le regard de l'Union a changé depuis la guerre israélo-arabe en 1967. Boumediène s'est positionné aux côtés de l'Egypte. L'Union soviétique s'est dit que finalement, rien n'avait changé des positions révolutionnaires de l'Algérie et, donc, elle est restée anti-impérialiste. Il y a eu une injonction en direction des communistes pour leur dire qu'ils doivent essayer de trouver un compromis avec Boumediène.
C'est à partir de là, dans le but de ne pas gêner les Algériens, que le PCF a décidé de ne plus inviter le PAGS. Le FLN de Boumediène était très intelligent car avec l'image de l'anti-impérialiste qu'il a réussi à vendre, il a pu acheter beaucoup de forces de gauche. Et puis, il y avait aussi l'Amicale des algériens qui était forte surtout financièrement et qui a réussi à faire le travail pour le FLN en France.
Ce dernier a continué à venir à la Fête de l'Humanité jusqu'à ce que le PCF arrête de l'inviter, en 1992. Depuis, il y a eu quelques participations du RCD et du FFS, mais ces partis ne sont plus revenus, pour des questions d'argent, ont-ils justifié. Depuis, c'est le MDS qui a continué à venir jusqu'à la mort d'El Hachemi Chérif. Il y avait des débats et des rencontres intéressantes, mais de moins en moins depuis quelques années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.