L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le CR Témouchent accède, Zaouia et le SCAD en stand-by    Migné compte sur son collectif pour contrer l'Algérie et le Sénégal    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nombre des diabétiques sera multiplié par trois en Afrique, selon une étude
Publié dans El Watan le 14 - 10 - 2018

Alimenté par l'augmentation du taux d'obésité dans le monde, le diabète pourrait toucher un adulte sur neuf d'ici à 2045, soit plus de 730 millions de personnes. Ce qui fera nécessairement augmenter les coûts annuels des soins de santé liés au diabète qui devraient, selon les prévisions de spécialistes, augmenter de 39%, passant de 775 milliards de dollars plus de 1 million de dollars.
Sans une stratégie de lutte intégrée contre les facteurs de risque du diabète incluant les facteurs socioculturels, tous les moyens qui peuvent être mis en place par les autorités de santé peuvent s'avérer inefficaces selon une étude intitulée Cities Changing Diabetes*, initiée par Novo Nordisk et présentée au 54e congrès de l'Association européenne du diabète (EASD), qui s'est tenu du 1er au 5 octobre à Berlin, en Allemagne. «Pendant de nombreuses années, le diabète a continué d'augmenter à un rythme alarmant malgré les efforts des décideurs et des fournisseurs de soins de santé», déclare David Napier, professeur d'anthropologie médicale à l'University College London (UCL). «Pour inverser la tendance face à cette maladie dévastatrice et coûteuse, nous devons penser différemment et adopter de nouvelles approches», a-t-il indiqué.
Pour lui, pour que les stratégies de santé publique et les plans de soins individuels réussissent, il est important de prendre en compte tous les facteurs associés aux comportements culturels et sociaux des populations. Evoquant les principales causes ayant contribué à l'augmentation du diabète dans le monde, les auteurs de cette recherche sont revenus sur les facteurs socioculturels en citant quelques pays entre autres, où l'approche est plutôt axée sur la curatif que le préventif, limitation de l'efficacité des soins ou bien l'alimentation riche est un signe d e confort.
L'étude a également démontré que tant que la prévalence de l'obésité augmente, le diabète progresse.
«Si l'Amérique du Nord et l'Europe, où l'obésité est en augmentation depuis des décennies, où le taux de prévalence future du diabète de type 2 sera le plus élevé, l'Afrique, en revanche, devrait voir le nombre de personnes vivant avec le diabète être multiplié par trois», ont-ils indiqué, et de signaler qu'une réduction de 25% de la prévalence de l'obésité sur le continent réduirait de 15,3 millions le nombre de personnes atteintes de diabète de type 2 en 2045. Pour rappel, les dernières données de l'Atlas du diabète publiées par la Fédération internationale du diabète sont alarmantes : on dénombre près de 60 millions de personnes atteintes de diabète en Europe – dont 90% de type 2 – et 32 millions de personnes sont à risque élevé de développer la maladie. Sachant que le surpoids et l'obésité sont des facteurs déterminants de l'augmentation de la prévalence du diabète, il y a donc une grande source de préoccupation.
Des études effectuées au cours des dernières décennies ont démontré qu'une modification raisonnable du mode de vie avec une réduction de 5% du poids corporel et 150 minutes d'activité physique modérée par semaine (30 mn/jour), réduit le risque de diabète de 58%. Des programmes nationaux pour réduire le poids et modifier les habitudes alimentaires des personnes à risque de diabète de type 2 doivent être mis en œuvre de toute urgence. Les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé sur la consommation de sucre doivent être adoptées par tous les Etats.

* Cities Changing Diabetes est un programme basé sur un partenariat unique en son genre dont l'ambitieux objectif vise à réduire de 25% le taux d'obésité de manière à ce que seulement 1 personne sur 10 soit atteinte de diabète d'ici à 2045. Plus de 100 partenaires locaux, comprenant des dirigeants municipaux, des ministères, des universités, des associations de lutte contre le diabète, des compagnies d'assurance maladie, des groupes communautaires et des entreprises, collaborent en associant leurs différentes disciplines et en établissant de nouvelles formes de partenariat public-privé pour cerner le problème du diabète, partager des solutions et mener des actions visant à réduire l'ascension du taux du diabète urbain.
Le programme a été lancé en 2014 par trois partenaires mondiaux : University College London, Steno Diabetes Center Copenhagen et Novo Nordisk. Aujourd'hui, 17 villes représentant plus de 130 millions de citoyens sont des partenaires actifs : Beijing, Beyrouth, Buenos Aires, Copenhague, Hangzhou, Houston, Jakarta, Johannesburg, Koriyama, Leicester, Mérida, Mexico, Rome, Shanghai, Tianjin, Vancouver et Xiamen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.