Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie et son racisme
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La Tunisie continue d'évoluer positivement pour l'édification d'une société moderne et contre les injustices. Après le fameux code sur le statut personnel qui libère la femme de tous les archaïsmes, après la loi qui élimine la discrimination entre homme et femme en matière d'héritage, l'Assemblée nationale tunisienne vient d'adopter un texte criminalisant toutes les formes de discrimination raciale.
Une décision qui pourrait faire tache d'huile et inciter les gouvernants arabes à réfléchir sur la question et à s'engager à combattre le phénomène, sachant que le racisme est très enraciné dans les sociétés musulmanes. Il n'y a qu'à voir comment sont traités dans les pays du Golfe les ressortissants de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines et d'autres citoyens asiatiques. Un véritable esclavage qui ne dit pas son nom.
Et l'Algérie dans tout ça ? La Constitution algérienne ne souffre d'aucune ambiguïté sur le sujet. Elle condamne toutes les formes de discrimination sans exception. L'article 298 bis du code pénal, adopté le 26 juin 2001, précise : «Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d'un emprisonnement de 5 jours à 6 mois et d'une amende de 5000 à 50 000 DA ou à l'une de ces deux peines.» La loi est donc très claire. Qu'en est-il de la pratique ? Me Miloud Brahimi affirme que des condamnations pour racisme et antisémitisme ont été prononcées, mais elles sont rares et ont été peu médiatisées.
On ne peut pas se voiler la face. Le racisme existe bel et bien dans notre société. La majorité des citoyens ne savent pas qu'ils le sont. Pour eux, dire «nigrou» n'est pas raciste, mais il y a des gens qui n'hésitent pas à tenir des propos condamnables à l'égard des malheureux migrants subsahariens.
Le racisme se manifeste parfois au niveau officiel, comme en témoigne l'histoire de cette jeune Camerounaise violée par des voyous à Oran. Le commissariat de police n'a même pas voulu recevoir sa plainte. Il a fallu que la presse en parle pour que le dossier soit pris en charge par la justice.
Autre exemple : il est rare de voir une Algérienne en compagnie d'un Noir. Si cela devait arriver, le couple subirait toutes sortes d'injures de la part des passants. Et personne n'y trouverait à redire ou au moins à calmer les esprits.
Autre mauvais exemple : lors des prêches du vendredi, il n'est pas rare d'entendre l'imam se livrer à des diatribes antisémites. Nous n'avons jamais entendu parler de sanctions contre de tels individus. Peut-être que les officiels font l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, un amalgame que les Israéliens veulent faire adopter par la communauté internationale.
Pourtant, les Algériens ne trouvent rien à redire quand un compatriote épouse une Noire et vice-versa. Aucun travail de sensibilisation sur le racisme n'a été entrepris par les autorités, alors que c'est une mission de longue haleine, comme on le constate dans les pays confrontés à ce problème. La lutte contre le racisme commence dans les programmes scolaires et doit cibler les jeunes écoliers.
On ne sait pas si le ministère de l'Education nationale est armé pour faire face ce tabou. L'Algérie a une vocation africaine et elle l'a toujours prouvé. Il est urgent qu'elle se mette à affronter sérieusement les préjugés. Toute l'Afrique l'observe, il suffit qu'il y ait de la volonté et du sérieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.