Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    Lutte contre la mendicité des enfants : Prise en charge de plus de 90 enfants    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    A quand l'ouverture du site pour le retrait des ordres de versement ? Les souscripteurs du programme AADL 2 à Oran s'impatientent    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Equipe nationale: Premier objectif atteint pour Belmadi    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    Entre réforme set continuité    ICG préconise des réformes en urgence: Risque d'une crise économique majeure en Algérie    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    Un proche de Ould-Abbès candidat du FLN    Le temps et la diversion    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    La JSK pour réduire l'écart sur le leader    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Une éclatante résurrection    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    L'ASO Chlef reprend les commandes    Retard dans la création de zones industrielles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie et son racisme
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La Tunisie continue d'évoluer positivement pour l'édification d'une société moderne et contre les injustices. Après le fameux code sur le statut personnel qui libère la femme de tous les archaïsmes, après la loi qui élimine la discrimination entre homme et femme en matière d'héritage, l'Assemblée nationale tunisienne vient d'adopter un texte criminalisant toutes les formes de discrimination raciale.
Une décision qui pourrait faire tache d'huile et inciter les gouvernants arabes à réfléchir sur la question et à s'engager à combattre le phénomène, sachant que le racisme est très enraciné dans les sociétés musulmanes. Il n'y a qu'à voir comment sont traités dans les pays du Golfe les ressortissants de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines et d'autres citoyens asiatiques. Un véritable esclavage qui ne dit pas son nom.
Et l'Algérie dans tout ça ? La Constitution algérienne ne souffre d'aucune ambiguïté sur le sujet. Elle condamne toutes les formes de discrimination sans exception. L'article 298 bis du code pénal, adopté le 26 juin 2001, précise : «Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d'un emprisonnement de 5 jours à 6 mois et d'une amende de 5000 à 50 000 DA ou à l'une de ces deux peines.» La loi est donc très claire. Qu'en est-il de la pratique ? Me Miloud Brahimi affirme que des condamnations pour racisme et antisémitisme ont été prononcées, mais elles sont rares et ont été peu médiatisées.
On ne peut pas se voiler la face. Le racisme existe bel et bien dans notre société. La majorité des citoyens ne savent pas qu'ils le sont. Pour eux, dire «nigrou» n'est pas raciste, mais il y a des gens qui n'hésitent pas à tenir des propos condamnables à l'égard des malheureux migrants subsahariens.
Le racisme se manifeste parfois au niveau officiel, comme en témoigne l'histoire de cette jeune Camerounaise violée par des voyous à Oran. Le commissariat de police n'a même pas voulu recevoir sa plainte. Il a fallu que la presse en parle pour que le dossier soit pris en charge par la justice.
Autre exemple : il est rare de voir une Algérienne en compagnie d'un Noir. Si cela devait arriver, le couple subirait toutes sortes d'injures de la part des passants. Et personne n'y trouverait à redire ou au moins à calmer les esprits.
Autre mauvais exemple : lors des prêches du vendredi, il n'est pas rare d'entendre l'imam se livrer à des diatribes antisémites. Nous n'avons jamais entendu parler de sanctions contre de tels individus. Peut-être que les officiels font l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, un amalgame que les Israéliens veulent faire adopter par la communauté internationale.
Pourtant, les Algériens ne trouvent rien à redire quand un compatriote épouse une Noire et vice-versa. Aucun travail de sensibilisation sur le racisme n'a été entrepris par les autorités, alors que c'est une mission de longue haleine, comme on le constate dans les pays confrontés à ce problème. La lutte contre le racisme commence dans les programmes scolaires et doit cibler les jeunes écoliers.
On ne sait pas si le ministère de l'Education nationale est armé pour faire face ce tabou. L'Algérie a une vocation africaine et elle l'a toujours prouvé. Il est urgent qu'elle se mette à affronter sérieusement les préjugés. Toute l'Afrique l'observe, il suffit qu'il y ait de la volonté et du sérieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.