PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie et son racisme
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La Tunisie continue d'évoluer positivement pour l'édification d'une société moderne et contre les injustices. Après le fameux code sur le statut personnel qui libère la femme de tous les archaïsmes, après la loi qui élimine la discrimination entre homme et femme en matière d'héritage, l'Assemblée nationale tunisienne vient d'adopter un texte criminalisant toutes les formes de discrimination raciale.
Une décision qui pourrait faire tache d'huile et inciter les gouvernants arabes à réfléchir sur la question et à s'engager à combattre le phénomène, sachant que le racisme est très enraciné dans les sociétés musulmanes. Il n'y a qu'à voir comment sont traités dans les pays du Golfe les ressortissants de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines et d'autres citoyens asiatiques. Un véritable esclavage qui ne dit pas son nom.
Et l'Algérie dans tout ça ? La Constitution algérienne ne souffre d'aucune ambiguïté sur le sujet. Elle condamne toutes les formes de discrimination sans exception. L'article 298 bis du code pénal, adopté le 26 juin 2001, précise : «Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d'un emprisonnement de 5 jours à 6 mois et d'une amende de 5000 à 50 000 DA ou à l'une de ces deux peines.» La loi est donc très claire. Qu'en est-il de la pratique ? Me Miloud Brahimi affirme que des condamnations pour racisme et antisémitisme ont été prononcées, mais elles sont rares et ont été peu médiatisées.
On ne peut pas se voiler la face. Le racisme existe bel et bien dans notre société. La majorité des citoyens ne savent pas qu'ils le sont. Pour eux, dire «nigrou» n'est pas raciste, mais il y a des gens qui n'hésitent pas à tenir des propos condamnables à l'égard des malheureux migrants subsahariens.
Le racisme se manifeste parfois au niveau officiel, comme en témoigne l'histoire de cette jeune Camerounaise violée par des voyous à Oran. Le commissariat de police n'a même pas voulu recevoir sa plainte. Il a fallu que la presse en parle pour que le dossier soit pris en charge par la justice.
Autre exemple : il est rare de voir une Algérienne en compagnie d'un Noir. Si cela devait arriver, le couple subirait toutes sortes d'injures de la part des passants. Et personne n'y trouverait à redire ou au moins à calmer les esprits.
Autre mauvais exemple : lors des prêches du vendredi, il n'est pas rare d'entendre l'imam se livrer à des diatribes antisémites. Nous n'avons jamais entendu parler de sanctions contre de tels individus. Peut-être que les officiels font l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, un amalgame que les Israéliens veulent faire adopter par la communauté internationale.
Pourtant, les Algériens ne trouvent rien à redire quand un compatriote épouse une Noire et vice-versa. Aucun travail de sensibilisation sur le racisme n'a été entrepris par les autorités, alors que c'est une mission de longue haleine, comme on le constate dans les pays confrontés à ce problème. La lutte contre le racisme commence dans les programmes scolaires et doit cibler les jeunes écoliers.
On ne sait pas si le ministère de l'Education nationale est armé pour faire face ce tabou. L'Algérie a une vocation africaine et elle l'a toujours prouvé. Il est urgent qu'elle se mette à affronter sérieusement les préjugés. Toute l'Afrique l'observe, il suffit qu'il y ait de la volonté et du sérieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.