Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Le maillon faible de la chaîne touristique    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Le CSC en quête de confirmation, la JSS en danger face au Ahly    Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…    Baisse du taux de criminalité en 2018    280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki    715 opérations pour 627 localités et mechtas à Jijel    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Le réseau électrique renforcé    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Ligue 2: Plusieurs débats captivants    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Commémoration du 67e anniversaire de la mort du moudjahid Belouizdad    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie et son racisme
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La Tunisie continue d'évoluer positivement pour l'édification d'une société moderne et contre les injustices. Après le fameux code sur le statut personnel qui libère la femme de tous les archaïsmes, après la loi qui élimine la discrimination entre homme et femme en matière d'héritage, l'Assemblée nationale tunisienne vient d'adopter un texte criminalisant toutes les formes de discrimination raciale.
Une décision qui pourrait faire tache d'huile et inciter les gouvernants arabes à réfléchir sur la question et à s'engager à combattre le phénomène, sachant que le racisme est très enraciné dans les sociétés musulmanes. Il n'y a qu'à voir comment sont traités dans les pays du Golfe les ressortissants de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines et d'autres citoyens asiatiques. Un véritable esclavage qui ne dit pas son nom.
Et l'Algérie dans tout ça ? La Constitution algérienne ne souffre d'aucune ambiguïté sur le sujet. Elle condamne toutes les formes de discrimination sans exception. L'article 298 bis du code pénal, adopté le 26 juin 2001, précise : «Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d'un emprisonnement de 5 jours à 6 mois et d'une amende de 5000 à 50 000 DA ou à l'une de ces deux peines.» La loi est donc très claire. Qu'en est-il de la pratique ? Me Miloud Brahimi affirme que des condamnations pour racisme et antisémitisme ont été prononcées, mais elles sont rares et ont été peu médiatisées.
On ne peut pas se voiler la face. Le racisme existe bel et bien dans notre société. La majorité des citoyens ne savent pas qu'ils le sont. Pour eux, dire «nigrou» n'est pas raciste, mais il y a des gens qui n'hésitent pas à tenir des propos condamnables à l'égard des malheureux migrants subsahariens.
Le racisme se manifeste parfois au niveau officiel, comme en témoigne l'histoire de cette jeune Camerounaise violée par des voyous à Oran. Le commissariat de police n'a même pas voulu recevoir sa plainte. Il a fallu que la presse en parle pour que le dossier soit pris en charge par la justice.
Autre exemple : il est rare de voir une Algérienne en compagnie d'un Noir. Si cela devait arriver, le couple subirait toutes sortes d'injures de la part des passants. Et personne n'y trouverait à redire ou au moins à calmer les esprits.
Autre mauvais exemple : lors des prêches du vendredi, il n'est pas rare d'entendre l'imam se livrer à des diatribes antisémites. Nous n'avons jamais entendu parler de sanctions contre de tels individus. Peut-être que les officiels font l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, un amalgame que les Israéliens veulent faire adopter par la communauté internationale.
Pourtant, les Algériens ne trouvent rien à redire quand un compatriote épouse une Noire et vice-versa. Aucun travail de sensibilisation sur le racisme n'a été entrepris par les autorités, alors que c'est une mission de longue haleine, comme on le constate dans les pays confrontés à ce problème. La lutte contre le racisme commence dans les programmes scolaires et doit cibler les jeunes écoliers.
On ne sait pas si le ministère de l'Education nationale est armé pour faire face ce tabou. L'Algérie a une vocation africaine et elle l'a toujours prouvé. Il est urgent qu'elle se mette à affronter sérieusement les préjugés. Toute l'Afrique l'observe, il suffit qu'il y ait de la volonté et du sérieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.