Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de musique symphonique : Enchanté, Mozart !
Publié dans El Watan le 20 - 10 - 2018

Une sacrée union et réunion. Entre la formation française, qui vient de Normandie, La petite Symphonie, et celle allemande, La Clique des Lunaisiens. Une association de bienfaiteurs «frenchy» et teutons ayant présenté La Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart.
Le fameux opéra chanté en allemand (singspiel), composé par Mozart sur un livret d'Emanuel Schikaneder, et dont la première représentation a eu lieu le 30 septembre 1791 dans les faubourgs de Vienne, au théâtre de Schikaneder. Et ce, devant une salle bondée et en présence de l'ambassadrice d'Allemagne à Alger, Mme Ulrike Knotz, le conseiller à la coopération et à l'action culturelle et le directeur général de l'Institut français d'Algérie, Grégor Trumel, ainsi que des artistes tels que Lina Borsali, chanteuse de musique arabo-andalouse, et sa manager, Leïla El Kebir.
Et contre toute attente, au lieu d'un opéra classique, ce fut une version de concert revisitée à travers une mouture déjantée et surtout contemporaine et actuelle par le metteur en scène Marzorati Arnaud, accompagné de musiciens chevronnés à la rectitude teutonne et à l'élégance française, et ce, sous la direction orchestrale du maestro Daniel Isoir.
Et cet opéra de Mozart, La Flûte enchantée, ne ressemble pas à l'original. Sortant des sentiers battus, les musiciens entrent sur scène dissipés, dans une cacophonie générale… Ils protestent en scandant que «tout va mal…les conditions mauvaises…».
Ça déménage à tous les étages… de l'Opéra. Les barytons font irruption dans la salle, parmi le public. Les trois comparses, les première, deuxième et troisième dames, des voix (alto, mezzo et soprano) chantant en chœur dans la langue de Goethe, on bâillonne, on bande les yeux, le chef d'orchestre Daniel Isoir pousse même des… «vivats».
Un Opéra désopilant
Bref, un opéra «manichéen», opposant le mal et le bien, l'amour à la trahison. Où ça fomente, ça trame, on s'assoie par terre, en tailleur, à la manière «zen» du yoga, ça soliloque… Avec un pivot, le conteur, le récitant, Marzorati Arnaud (le metteur en scène), commentant cet opéra mêlant intrigues, convoitises et autres plans durs de la comète.
Des opposants et adjuvants, la fameuse «Reine de la nuit», sa fille, Pamina, son prétendant, Tamino, les tourtereaux, Papagena et Papaneno, les trois dames…Un maelstrom frais, chatoyant, interactif, opératique très vivant.
Deux heures de spectacle d'une époustouflante et hilarante performance, car il s'agit bien de cela. «Nous sommes une formation qui vient de Normandie, où évoluent des gens qui viennent de Belgique, d'Espagne et même une musicienne argentine. Nous sommes cosmopolites. La petite Symphonie est une idée du chef d'orchestre et pianiste Daniel Isoir, ayant fédéré des gens autour de lui en petites formations, des symphonies de Mozart, des concertos, de la musique de chambre…
C'est la première fois que nous venons en Algérie. Moi, je suis très surpris par l'accueil qu'on nous a réservé ici. J'ai trouvé cela formidable. Les gens sont d'une gentillesse extraordinaire, ici…», nous confiera le violoncelliste Mathurin Matharel, membre de La petite Symphonie. C'est sûr, La Flûte enchantée a décoincé les zygomatiques et conquis le public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.