Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain
Publié dans El Watan le 20 - 10 - 2018

La mise en application de l'accord russo-turc sur une zone démilitarisée à Idleb se poursuit en dépit de la constitution d'un front du refus composé de Jabhat Ansar Dine et de plusieurs groupes radicaux issus de scissions avec l'ex-Front Al Nosra et l'EI. Après la concrétisation d'un point crucial de l'accord, le retrait des armes lourdes des groupes rebelles et des djihadistes avant le 10 octobre, la deuxième étape concernait leur évacuation de la zone tampon (15 à 20 km) aux frontières d'Idleb initialement fixée au 15 octobre. Malgré l'expiration du délai qui fragilise l'accord, sa réalisation confiée sur le terrain à Ankara ne semble pas totalement compromise.
En effet, dimanche 14 octobre, le groupe dominant à Idleb, Hayat Tahrir Al Sham – l'Instance de libération du Levant (coalition entre l'ex-front Al Nosra et d'autres groupes armés assez puissants) – a publié un communiqué dans lequel il exprime son intention de ne pas s'opposer à l'application de l'accord. Rappelant sa méfiance vis-à-vis des Russes, cette force a néanmoins exprimé son refus d'engager une action qui causerait la destruction et le déplacement des populations. Malgré l'ambivalence du communiqué, Hayat Tahrir Al Sham a accepté d'obtempérer dans les faits en adoptant une attitude coopérative pour faciliter l'application de l'accord par les Turcs.
Cette décision semble s'inscrire dans l'approche réaliste qui guide les orientations du groupe depuis deux ans. En effet, après la décision de changer de nom en janvier 2017 pour rompre avec l'héritage d'Al Qaîda et du djihadisme international et s'afficher comme un acteur national syrien, rupture favorisée par les dissensions entre Abou Mohammed Al Joulani et des figures de l'organisation djihadiste, l'évolution dans un sens plus pragmatique se poursuit à la suite, notamment, des pressions exercées par les Turcs qui conservent des appuis importants au sein du groupe. Il est cependant probable que cette décision ne fasse pas l'unanimité au sein de la base de Hayat Tahrir Al Sham qui pourrait être secouée par des dissensions internes dans les semaines à venir.
Evolution dangereuse
Si le processus visant à faire appliquer l'accord se poursuit donc à Idleb sous l'action d'Ankara, fermement engagée à le faire respecter, et la supervision de la Russie qui ne semble pas mécontente de l'évolution de la situation sur le terrain, le conflit pourrait bien se déplacer à l'est de l'Euphrate où la situation devient préoccupante en raison de l'exacerbation des tensions entre le régime et les forces kurdes. Les négociations débutées en juillet dernier entre les deux acteurs sont dans l'impasse. D'un côté, le régime qui entend garder le contrôle de sa souveraineté rejette fermement toute option fédérale, de l'autre les forces kurdes misent plus que jamais sur le soutien politique et militaire des Etats-Unis qui les conforte dans leurs revendications autonomistes, incompatibles avec les intérêts fondamentaux de l'Etat syrien.
Le 15 octobre, le chef de la diplomatie syrienne, Walid Al Mouallem, a réitéré la position intransigeante du gouvernement syrien concernant la région fédérale du Rojava proclamée en 2016 : «Nous n›accepterons pas le fédéralisme… contraire à la Constitution syrienne.» Et de rappeler que si les Kurdes font le pari exclusif du soutien américain, «c'est leur problème, mais ils devront en payer le prix».
Après avoir signalé sa volonté de désengagement de Syrie, Washington a opéré un revirement majeur, un changement d'orientation lié à la présence dominante des néoconservateurs dans la gestion des dossiers régionaux. James Jeffrey, représentant spécial des Etats-Unis pour la Syrie, David Schenker, assistant du secrétaire d'Etat pour le Moyen-Orient, et Andrew Tabler, spécialiste de la Syrie au Conseil de la sécurité nationale, ont en effet fait de la stigmatisation de l'Iran leur cheval de bataille.
Leur nouvelle orientation préconise à la fois l'utilisation de sanctions en tant que leviers de pressions politiques sur le régime iranien et le recours aux instruments de la guerre hybride à travers les opérations spéciales, et le soutien aux minorités. L'influence des néoconservateurs dans la conduite des affaires sécuritaires a donc poussé avec succès au maintien de la présence des Etats-Unis en Syrie à travers le renforcement de l'appui aux Kurdes, pièce importante de la stratégie américaine d'endiguement actif de l'Iran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.