Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Kurdes ont choisi leur "capitale"
Syrie
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 09 - 2016

Malgré les mises en garde d'Ankara et l'offensive des troupes turques dans le nord de la Syrie, les Kurdes syriens, qui jouissent d'une autonomie de fait depuis le début du conflit, se proposent d'adopter un nouveau régime politique pour renforcer cette autonomie et étendre leur territoire.
Malgré les mises en garde d'Ankara et l'offensive des troupes turques dans le nord de la Syrie, les Kurdes syriens, qui jouissent d'une autonomie de fait depuis le début du conflit, se proposent d'adopter un nouveau régime politique pour renforcer cette autonomie et étendre leur territoire.
Dans le nord de la Syrie, les Kurdes se proposent d'adopter la Constitution de leur entité territoriale, rapportent les agences internationales, se référant à Hadiya Youssef, présidente de l'assemblée fondatrice du "Système démocratique fédéral du Rojava (Kurdistan syrien, ndlr)". "L'assemblée fondatrice du système démocratique du Rojava et du nord de la Syrie se réunira début octobre pour adopter la Constitution de l'entité territoriale des Kurdes (...).
Nous ne renoncerons pas à ce projet, et l'intervention turque ne nous arrêtera pas", a assuré Mme Youssef. Le 17 mars dernier, la conférence constitutionnelle tenue à Rumeila (province de Haseke) a annoncé l'établissement de la "région fédérale démocratique du Rojava", nom donné par les Kurdes au nord de la Syrie (Kurdistan syrien).
Environ 200 délégués s'y sont alors réunis avec l'intention de préserver leur autonomie et de l'étendre à des secteurs dont les miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) venaient de chasser les djihadistes de l'Etat islamique (Daech).
Ankara, qui assimile les Kurdes de Syrie aux séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), craint que leurs succès n'attisent la guérilla dans le sud-est turc, où les Kurdes sont majoritaires, et les a sommés de se replier à l'est de l'Euphrate, mais les YPG sont aussi le premier relais sur le terrain des Etats-Unis dans la lutte contre Daech.
Après l'adoption de la Constitution, qui fera de Qamichli, ville à la frontière avec la Turquie, la capitale du Kurdistan syrien, débuteront, selon Mme Youssef, les préparatifs d'élections locales qui seront suivies à terme par un scrutin régional. Damas qualifie d'illégitime la proclamation par les Kurdes syriens de leur région autonome dans le nord du pays.
L'ambassadeur de Syrie à Moscou Riad Haddad a déclaré en amont que la plupart des Kurdes étaient opposés au schisme et plaidaient en faveur de l'unité du pays. Moscou déclare également impossible de proclamer la création d'une entité kurde en Syrie en-dehors d'un dialogue inter-syrien.
Dans le nord de la Syrie, les Kurdes se proposent d'adopter la Constitution de leur entité territoriale, rapportent les agences internationales, se référant à Hadiya Youssef, présidente de l'assemblée fondatrice du "Système démocratique fédéral du Rojava (Kurdistan syrien, ndlr)". "L'assemblée fondatrice du système démocratique du Rojava et du nord de la Syrie se réunira début octobre pour adopter la Constitution de l'entité territoriale des Kurdes (...).
Nous ne renoncerons pas à ce projet, et l'intervention turque ne nous arrêtera pas", a assuré Mme Youssef. Le 17 mars dernier, la conférence constitutionnelle tenue à Rumeila (province de Haseke) a annoncé l'établissement de la "région fédérale démocratique du Rojava", nom donné par les Kurdes au nord de la Syrie (Kurdistan syrien).
Environ 200 délégués s'y sont alors réunis avec l'intention de préserver leur autonomie et de l'étendre à des secteurs dont les miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) venaient de chasser les djihadistes de l'Etat islamique (Daech).
Ankara, qui assimile les Kurdes de Syrie aux séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), craint que leurs succès n'attisent la guérilla dans le sud-est turc, où les Kurdes sont majoritaires, et les a sommés de se replier à l'est de l'Euphrate, mais les YPG sont aussi le premier relais sur le terrain des Etats-Unis dans la lutte contre Daech.
Après l'adoption de la Constitution, qui fera de Qamichli, ville à la frontière avec la Turquie, la capitale du Kurdistan syrien, débuteront, selon Mme Youssef, les préparatifs d'élections locales qui seront suivies à terme par un scrutin régional. Damas qualifie d'illégitime la proclamation par les Kurdes syriens de leur région autonome dans le nord du pays.
L'ambassadeur de Syrie à Moscou Riad Haddad a déclaré en amont que la plupart des Kurdes étaient opposés au schisme et plaidaient en faveur de l'unité du pays. Moscou déclare également impossible de proclamer la création d'une entité kurde en Syrie en-dehors d'un dialogue inter-syrien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.