«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade
Publié dans El Watan le 16 - 11 - 2018

La Cour constitutionnelle du Gabon a modifié la Constitution pour pallier l'absence du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé depuis trois semaines à Riyad, une décision jugée d'«inacceptable», hier, par l'opposition et la société civile qui parlent de «coup de force».
Tard mercredi soir, Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle depuis 1991, a convoqué la presse pour lui faire part de la décision de la Cour de modifier la loi fondamentale afin de faire face à «l'incapacité temporaire» du président Bongo. Ce dernier est hospitalisé depuis le 24 octobre en Arabie Saoudite où, selon la présidence à Libreville, il se trouve «dans une phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques» à la suite d'un «malaise», de «vertiges» et d'un «saignement».
Aucune précision n'a été donnée sur le mal dont souffre Ali Bongo, 59 ans, ni sur la date de son éventuel retour au Gabon. La Constitution actuelle ne prévoyant pas le cas d'«incapacité temporaire» du chef de l'Etat, la Cour, saisie par le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, a donc décidé d'y ajouter un alinéa.
«En cas d'indisponibilité temporaire du président (…) certaines fonctions (…) peuvent être exercées, selon le cas, soit par le vice-président de la République, soit par le Premier ministre, sur autorisation spéciale de la Cour constitutionnelle», indique-t-il. Dans un premier temps, la Cour a autorisé le vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, «à convoquer et à présider un Conseil des ministres qui portera exclusivement sur l'ordre du jour joint à la requête du Premier ministre».
Aucun Conseil des ministres ne s'est tenu depuis l'absence du président Bongo. Avant d'être modifiée par la Cour, la Constitution stipulait que seul le président pouvait autoriser son vice-président à organiser un Conseil des ministres. En cas de vacance définitive du pouvoir, qui n'a pas été constatée par la Cour, le président du Sénat doit assurer l'intérim jusqu'à l'organisation d'une élection présidentielle dans un délai maximum de 60 jours.
Un coup de force
L'opposition et la société civile ont dénoncé «un coup de force» et «un coup d'Etat constitutionnel» opérés par Mme Mborantsuo, pilier du régime des Bongo, d'abord du père, Omar, qui a dirigé le pays de 1967 à 2009, puis du fils Ali qui lui a succédé. Paul-Marie Gondjout, cadre de l'Union nationale (UN), l'un des principaux partis d'opposition, a affirmé sur les réseaux sociaux que la Cour constitutionnelle «n'a nullement le droit de modifier la Constitution, elle ouvre de fait un nouveau front dans la profonde crise politique gabonaise». «C'est inacceptable», a déclaré Jean-Christophe Owono Nguema, sénateur de l'opposition.
«Cette dame (Mme Mborantsuo) ne peut piétiner ainsi notre Constitution et brader la souveraineté du peuple gabonais, je crains le pire pour mon pays», a-t-il ajouté. Télésphore Ondo, constitutionnaliste à Libreville, estime cependant que la Cour a un «pouvoir d'interprétation» et de «régulation des institutions» et est donc dans son droit en modifiant la loi fondamentale.
Cette décision a selon lui pour but de «sortir des turbulences institutionnelles» et la Cour constitutionnelle, face «à une lacune et un doute», a dû agir «dans l'urgence». Wilson-André Ndombet, politologue proche de l'opposition à l'Université Omar Bongo (UOB), reconnaît également qu'il y avait «une situation de blocage des institutions, c'était un chaos constitutionnel». Mais, selon lui, la décision de la Cour «maintient les gens dans un flou institutionnel qui permet aux acteurs politiques au sommet de l'Etat d'utiliser la situation en leur faveur».
«Quand la Cour constitutionnelle va valider les résultats des législatives» d'octobre, remportées par le parti au pouvoir, «qui va pouvoir nommer le nouveau gouvernement si le président de la République n'est pas là ?» s'interroge-t-il. Gabonreview, site d'information réputé pour son sérieux, a publié hier matin un article intitulé, «Vacance du pouvoir, Mborantsuo seule aux commandes», notant que désormais la Cour constitutionnelle «assure la plénitude des prérogatives du président de la République».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.