Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après le départ du Général Mohamed Lamari
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2004


Les changements apportés par le chef de l'Etat sont limités et ne semblent pas avoir pour vocation de provoquer un chamboulement dans la haute hiérarchie militaire. La démission du général de corps d'armées Mohamed Lamari de son poste de chef d'état-major de l'ANP justifie, pour une large part, la rotation décidée par Abdelaziz Bouteflika à certaines fonctions-clés. Cela est intervenu quelques jours après l'annonce officielle du départ du général Lamari pour «raison de santé». La nomination d'un nouveau commandant des forces terrestres (CFT) était, en ce sens, prévisible après la confirmation du général-major Ahmed Gaïd Salah au poste de chef d'état-major de l'ANP. Bien qu'attendus, ces changements sont néanmoins mis à profit par le président de la République pour engager une intégration progressive des jeunes officiers généraux dans la chaîne de commandement de l'ANP. Pour assurer la relève au Commandement des forces terrestres (CFT), le choix du chef de l'Etat s'est porté sur le général-major Ahcène Tafer. Dans la sphère militaire, l'arrivée du général-major Ahcène Tafer à la tête du CFT ne constitue pas une surprise eu égard à ses états de service. Ayant déjà prouvé ses aptitudes au commandement à la tête de la 3e Région militaire (Béchar), cet officier, bardé de diplômes, figure parmi les jeunes généraux-majors sur lesquels compte Bouteflika pour professionnaliser l'ANP. La confirmation d'Ahmed Sanhadji, un autre jeune général-major, au poste de secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN) permet de croire que le chef de l'Etat veut donner l'opportunité à la nouvelle génération d'officiers d'accéder aux hautes responsabilités. En se voyant confier le secrétariat général du MDN, le général-major Ahmed Sanhadji occupe la fonction la plus importante après celle du chef d'état-major et celle du ministre de la Défense. Celle-ci, rappelle-t-on, est détenue par le président de la République, également chef suprême des forces armées. Avant d'être désigné pour prendre en charge l'administration du MDN, le général-major Ahmed Sanhadji occupait le poste d'attaché militaire à Paris. Le changement a touché aussi certains commandements de régions. La 1re Région militaire (1re RM, Blida) change de main au profit du général Habib Chentouf. Peu connu du public, celui-ci a été nommé en remplacement du général-major Fodil Chérif. Le communiqué de la présidence de la République, annonçant ces nominations, ne précise pas la destination de ce haut officier, habitué des sorties médiatiques. De l'avis des observateurs, pour lesquels la démission du général Mohamed Lamari est à lier à un différend avec le président de la République, le remplacement de ce général-major était déjà dans l'air. Pour appuyer cette hypothèse, ces mêmes observateurs soulignent que Fodil Chérif faisait partie, en compagnie de Mohamed Lamari, d'un groupe restreint d'officiers ayant manifesté son désaccord concernant la politique sécuritaire du président Bouteflika. A l'inverse de ceux qui soutiennent la thèse du «conflit», d'autres sources attestent que le commandant de la 1re RM aurait fait valoir ses droits à la retraite. L'on rappelle, à ce propos, que le général Fodil Chérif et ses unités étaient, durant la dernière décennie, le fer de lance de la lutte contre le terrorisme au centre du pays. Les nominations annoncées par la présidence de la République portent, en outre, sur l'installation d'un nouveau commandant à la tête de la 3e RM (Béchar). Il s'agit du général-major Saïd Chanegriha. Celui-ci sera secondé par le général Cherif Zerrad. Le chef de l'Etat a ordonné, de plus, une permutation de poste entre le commandant de la 2e RM (Oran), le général-major Kamel Abderahmane, et le commandant de la 5e RM (Constantine), le général-major Saïd Bey. Opérés à petites doses, les remaniements apportés, jeudi dernier, à la tête de la hiérarchie militaire paraissent répondre à la même logique ayant guidé la promotion, le 5 juillet dernier, de quatre généraux au grade de général-major et de dix colonels au grade de général. Ils viseraient globalement à «acclimater» l'ANP à ses nouvelles missions. Le succès des nouvelles missions de l'ANP passe, a soutenu M. Bouteflika dans son discours prononcé lors de la célébration de la fête de l'Indépendance, par un apport nouveau de cadres pour permettre «l'adaptation des moyens matériels, le développement de formations spécifiques et la mise au point de nouveaux modes d'opération». Pour la circonstance, il a appelé l'ANP à participer à la «stabilisation institutionnelle» en se consacrant «entièrement à l'exercice de ses missions sous l'autorité et la responsabilité du président de la République, chef suprême des armées, responsable de la Défense nationale».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.